Téléchargez notre application Ligue 2

Bilan Ligue 2 – Amiens, une saison tronquée, une saison de leçons

Actualités

Pour la première saison de Philippe Hinschberger sur le banc, l’Amiens SC a dû se contenter d’une 14e place en Ligue 2, le plus bas classement du club depuis 2016. Entre brefs moments d’euphorie et régulières désillusions, la saison de l’ASC a démarré en retard et s’est terminée en avance. Le club de la Licorne se prépare à un chantier qui s’annonce considérable

A lire aussi >> Bilan Ligue 2 – Valenciennes, du Top 5 visé… au Flop 5 de la réalité

Après avoir dû batailler jusqu’à la mi-juin pour arracher le coach Philippe Hinschberger à Grenoble, l’Amiens SC a passer l’été dernier comme tant d’autres, à observer un mercato traîner en longueur. Ce retard à l’allumage avait probablement coûté au club picard sa place en Ligue 1, au terme d’une saison 2019-2020 amputée de son sprint final par l’épidémie de Covid. En 2021, c’est encore dans l’urgence que se clôt la fenêtre des transferts, avec le départ de Jayson Papeau le 30 août et les arrivées de Dossevi, Pavlovic et Bamba dans les 48 heures qui suivent. Si le premier cité jouera peu (8 apparitions), les deux autres s’imposeront comme des éléments clés de l’ASC, qui auront sans doute manqué lors d’un premier mois de compétition raté : après trois défaites initiales, Amiens est 16e au bout de cinq journées, loin du top 5 visé par le coach. Au cœur du mois d’août, un cadre de l’effectif, Mickaël Alphonse, s’inquiète même du niveau de ses coéquipiers.

L’automne des promesses

Construit en retard, le groupe picard continue de flirter avec la zone rouge et ne compte qu’une seule victoire en octobre. Sans surprise la colère des supporters se fait entendre mais, heureusement pour Philippe Hinschberger, elle se dirige vers la direction du club. Le coach conserve son crédit auprès du public et de la direction et la confiance va payer dans les semaines qui suit. Après avoir débuté la saison en 4-3-3 fait peu à peu évoluer son schéma vers un 3-4-3, ou 3-4-1-2. C’est alors qu’on découvre l’Amiens de l’automne, l’Amiens flamboyant au Stade de la Licorne. Valenciennes est la première équipe à en faire les frais en encaissant un sévère 3-0. Puis viennent le tour de Dunkerque (3-0) et d’Amiens (4-0). Si la furia offensive picarde peine à se reproduire lors des matchs à l’extérieur, les belles soirées à domicile seront régulières, jusqu’au mois de février et un 3-0 infligé à Nîmes. Entre temps, les Amiénois s’offre un beau parcours en Coupe de France, ne chutant qu’en quart de finale à Monaco (0-2).

Aux bons choix tactiques, Philippe Hinschberger ajoute quelques décisions fortes, notamment en faisant la part belle à la jeunesse dans les couloirs. Côté droit, Owen Gene, à 18 ans, supplante totalement Mickaël Alphonse, transféré au Maccabi Haifa. A gauche, Matteo Xantippe s’impose avec 21 apparitions. Au meilleur de la forme offensive d’Amiens, l’effectif semble montrer sa vraie valeur et rivalise effectivement avec le top 5 en termes de production offensive. Aliou Badji (13 buts) talonne Branco Van den Boomen dans la course au titre de meilleur joueur ML2 du mois de janvier, flanqué de Tolu Arokodare (8 buts) et soutenu par Kader Bamba (7 passes décisives).

Au printemps, l’insouciance

Malheureusement pour l’ASC, les bonnes performances ne dureront pas, en partie en raison de l’intérêt qu’elles ont suscité. Prêté par le club égyptien d’Al-Ahly, Aliou Badji voit son option d’achat levée mais est déjà annoncé partant cet été. Bongani Zungu, dont les relations avec le coach Hinschberger n’ont jamais été évidentes ne se voit pas comme un joueur de Ligue 2 à long terme. Nombreux sont les joueurs à l’avenir incertain : Bamba et Arokodare sont prêtés, le gardien historique, Régis Gurtner, en fin de contrat, réfléchit encore à poursuivre au club, idem pour Xantippe, qui s’est vu proposer un premier contrat et Arnaud Lusamba. Au milieu des préoccupations individuelles et sans réel objectif à atteindre pour la fin de saison, le projet collectif devient plus flou, avec une litanie d’écarts de conduite dans le derniers tiers du championnat.

Zungu, Bamba, Badji, Ghahoré, Dossevi… Les mises à l’écart pleuvent dans le groupe à partir du mois d’avril. Le coach Hinschberger admettra ne jamais avoir eu autant de problème d’indiscipline à gérer dans sa carrière. Les performances sur le terrain s’en ressentent forcément : « On a joué en tongs », déplore le technicien après une défaite contre Le Havre lors de la 34e journée. « On a à peu près touché le fond de la médiocrité », déplore-t-il deux semaines plus tard face à Grenoble (1-1). Aux coups de gueule de l’entraîneur feront écho ceux des dirigeants, voire d’anciens dirigeants mais rien n’y fera pour empêcher une fin de saison en roue libre avec une seule victoire lors des dix dernières journées. La conclusion de la saison picarde sera aussi ratée que l’entame.

A lire aussi >> Amiens -Philippe Hinschberger : « Le bilan est mauvais par rapport aux structures et ambitions du club »

Un été de travaux

C’est donc un grand ménage qui s’annonce au mercato pour Amiens cet été. Philippe Hinschberger veut un groupe de 22 joueurs, assez pour doubler les postes, assez peu pour écarter tout élément perturbateur. « On a prévu que tout le monde ne soit pas là à la reprise. Ça se fera ou pas. Le club doit anticiper sur ces gens dont je ne désire pas la venue ou le retour pour que l’on trouve une solution. En tout cas, il y a des joueurs qui ne sont pas prévus au retour de la saison. Il ne faut pas refaire comme cette saison où dix mecs présents au début de saison n’étaient plus là après. Il n’y a aucun intérêt ». Le message est on ne peut plus clair.

https://twitter.com/AmiensSC/status/1530111670198145024

Avec de nombreux départs à prévoir et presque autant d’arrivées, l’Amiens SC ne pourra pas se permettre de se réveiller dans la dernière quinzaine d’août cette fois. A cette fin, le club a procédé à une réorganisation en interne, qui accompagne le départ du vice-président Mulazzi avec des pouvoirs élargis pour le responsable du recrutement, John Williams, qui devrait opérer comme un directeur sportif à présent. Pas forcément populaire dans les tribunes du Stade de la Licorne, ce dernier va devoir montrer sa capacité à écrire une nouvelle page à l’Amiens SC.  « Plutôt que de parler de montée, on va lancer un projet d’optimisation la saison prochaine », déclarait-il récemment. Avant de se montrer plus performant, l’ASC se montre déjà plus prudent.

Crédit Photo ©Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications