Téléchargez notre application Ligue 2

Bilan Ligue 2 – Pour Bastia, le promu, la rupture a payé

Actualités

12e de Ligue 2, le Sporting Club de Bastia a réussi son retour dans le monde professionnel en obtenant le maintien relativement tôt dans la saison. Cinq ans après le grand plongeon et une quadruple relégation entraînée par un dépôt de bilan, les Turchini veulent pérenniser leur place au second échelon du foot français.

A lire aussi >> Bilan Ligue 2 – Le fantastique exploit de l’AC Ajaccio, promu avec le 12e budget !

Qui aurait imaginé Bastia revenir aussi vite ? Relégué de Ligue 1 en 2017 et plongé jusqu’en National 3 par la DNCG après le dépôt de bilan de la section professionnel, le Sporting n’a mis que quatre ans à retrouver la Ligue 2, avec trois montées consécutives obtenues lors des saisons précédentes. Le coach du début de saison, Mathieu Chabert a mené l’équipe de N2 en Ligue 2 alors que le noyau dur du groupe (Bocognano, Roncaglia, Vincent, Schur, Santelli) était déjà présent en N3.

Avec des moyens limités, le SCB s’est renforcé l’été dernier avec une majorité de joueurs libres et le prêt, peu concluant de Kenny Nagera (PSG) en essayant d’apporter l’expérience nécessaire à la lutte pour le maintien (Saadi, Vincensini, Palun, Sainati, Placide). Hélas, le groupe du SCB s’avère vite un peu juste pour le championnat, pas aidé par la perte de Maguette Diongue, auteur de deux buts lors des six premières journées avant une rupture des ligaments croisés qui mettra fin à sa saison.

Peu de temps laissé à Mathieu Chabert

18e avec une seule victoire au compteur après neuf journées, Bastia sera le deuxième club du championnat (après Dijon) à jouer la carte du changement d’entraîneur. Exit Mathieu Chabert avant même le quart du championnat. Si la décision du président Claude Ferrandi, motivée par l’absence d’autre ressort psychologique,  a pu paraître osée, voire prématurée à ce stade de la saison, elle s’avérera couronnée de succès. Après deux matchs d’intérim assuré par le duo Cyril Jeunechamp-Frédéric Zago et notamment une victoire contre Ajaccio dans le derby corse (2-0), Régis Brouard débarque sur l’Île de Beauté.

L’ancien coach de Clermont et du Red Star aura pour priorité de trouver une nouvelle formule tactique. Après quelques tâtonnements, il opte pour une défense centrale à trois éléments, alternant entre 3-4-3 et 3-5-2. L’effet peine à se faire ressentir avec zéro but lors des trois premiers matchs. Le déclic intervient à Guingamp (3-2) et le Sporting trouve son rythme de croisière. Placé en pointe, Benjamin Santelli convainc (10 buts) soutenu entre autres par Sébastien Salles Lamonge (8 passes décisives).

Un Bastia fiable, capable de coups d’éclat

Certes, Bastia fait beaucoup de matchs nuls (16) mais ne connaîtra jamais deux défaites de suite avant les 36e et 37e journées, alors que le maintien est déjà assuré. Efficace sans être miraculeuse, la recette Brouard va néanmoins se heurter aux limites de l’effectif, principalement physique. Après un nul contre Amiens (0-0, 14e journée), Brouard déplore un « manque de vitesse, de poids, de puissance et de force ». Des lacunes à combler au mercato hivernal.

Frank Magri (12 apparitions, 2 buts) sera le plus satisfaisant des renforts de janvier. Yacouba Sylla, ancien de Rennes, Montpellier et Clermont débutera bien avant de se blesser. En revanche, l’apport d’Harrison Manzala (une seule apparition) est moins probant. Avec ses additions, le SCB confirme son identité, celle d’une équipe solide (5e défense de Ligue 2, devant Auxerre mais 14e attaque), dure à battre au Stade Armand-Cesari (deux défaites à domicile) et capable de fulgurances lors des gros matchs. Les Corses font tomber deux équipes de Ligue 1 en Coupe de France (Reims et Clermont) pour s’aventurer jusqu’en quart de finale, étrillent Le Havre (4-2) au Stade Océane lors d’une de leurs rares affiche du lundi soir et se payent le luxe de battre Ajaccio une deuxième fois (1-0) lors d’un match peu mémorable mais symboliquement précieux. Le tout assurera relativement vite le maintien.

Mathieu Chabert aurait-il fait aussi bien -ou mieux- avec les mêmes renforts et un peu de temps en plus. Nul ne le saura jamais et ce dernier a depuis rebondit en National à Châteauroux. Bastia n’a pas surfé longtemps sur la vague positive de sa remontée en Ligue 2 et a vite entamé une métamorphose pour tenter de faire durer son retour chez les pros. Pour la saison prochaine, Pierre Ferrandi annonce un groupe de jouueurs « un peu plus restreint » et a priori un peu plus qualitatif pour viser le milieu de tableau, voire le premier tiers. Il faudra cependant faire avec un encadrement de la masse salariale et des transferts imposé par la DNCG. De nombreuses fins de contrat de joueurs pourraient aussi encourager le SCB à encore une fois tourner quelques belles pages écrites lors de la remontée du club. A plus long terme, l’avenir du SCB se dessine également avec un projet de rénovation du Stade Armand-Cesari. Bastia se (re)-construit pierre après pierre, avant peut-être de retrouver la place qui était la sienne dans l’élite du football français.

Crédit Photo ©Gérard Pierlovisi/PANORAMIC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications