Téléchargez notre application Ligue 2

Dunkerque – Romain Revelli revient sur la première victoire, et l’échauffourée en fin de match à Pau

Championnat

Dunkerque peut pousser un ouf de soulagement après une belle victoire un peu folle sur la pelouse de Pau (2-1) vendredi soir lors de la 10e journée de Ligue 2. L’enjeu était fort pour les Nordistes et dans une fin de match chaude, une échauffourée a éclaté après le coup de sifflet final qui a conduit à l’expulsion de deux autres joueurs. Après la rencontre, l’entraîneur Romain Revelli a livré sa réaction sur ce premier succès et sur la tension qui a eu lieu entre les deux camps.

« On est heureux pour les garçons, pour le club, pour les supporters. Cela faisait très longtemps qu’on attendait la victoire. On a joué beaucoup de temps à 10 et dans ce cas l’analyse est vite faite : c’est le courage qu’il faut mettre à un de moins et la gestion du ballon pour jouer avec la tête. C’est peut-être l’une des entames les moins agressives malgré notre but et le fait de concéder peu d’occasions. On était gênés par leur jeu sur la largeur et combiné à l’intérieur. Notre entame a été difficile mais solide à la réception des centres, à l’extérieur, contre une équipe au jeu léché. On voulait avoir plus de maîtrise, félicitations aux garçons qui ont été héroïques. Le doute s’était installé. Pour nous remettre dans le sens de la marche, il nous fallait peut-être un match un peu fou comme ça. Cela aurait été difficile de le perdre, c’était un point de bascule.

Les échauffourées à la fin ? On est humbles, on ne vient pas faire les fanfarons ou chambrer. Notre gardien était ouvert à la tête sur 4-5 centimètres. A la fin, il est tombé au sol. Notre staff était proche et j’ai vu des gens mal lui parler, s’approcher. J’avoue que cela m’a fait réagir et j’ai interpellé le délégué. Didier Tholot pensait que je chambrais, mais jamais. Je m’en suis expliqué avec Didier et c’est terminé, on s’est tapé dans la main. Je suis triste que cela a dégénéré, c’était un match avec beaucoup d’excitation, des expulsions. Et vu notre situation, c’était chaud lors des dernières minutes. »

Crédits photo : Christophe Saidi / Panoramic / Imago.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications