Téléchargez notre application Ligue 2

Ligue 2 – Saison 2021-2022 : les favoris de la rédaction

Championnat

Troyes et Auxerre étaient nos deux grands favoris la saison dernière. Le premier a terminé champion, le deuxième au pied des play-offs. Comme chaque année, certaines formations ont créé la surprise, d’autres ont déçu. Nous avons vu parfois juste, parfois nous nous sommes bien plantés. Alors que le mercato ne se termine qu’au 31 août et que les effectifs de Ligue 2 vont encore bouger, difficile de prévoir de quoi l’avenir sera fait. Malgré tout, c’est un rituel, nous vous partageons notre avis sur nos favoris pour cette édition 2021-2022 qui s’annonce, comme bien souvent, plus ouverte que jamais !

A lire aussi >> Télé, radio, web… comment bien suivre la Ligue 2 en 2021-2022

***

Dijon, Paris, FC

Paris : A quand deux clubs de la capitale en première division ? Compte tenu du changement majeur à la fin de saison 2022-2023 avec une Ligue 1 à dix-huit clubs, ce serait le moment opportun pour le Paris FC de rejoindre le Paris SG. Clairement, le club du président Ferracci a les armes pour ! En constante progression depuis quelques saisons et avec deux participations aux play-offs lors des trois dernières années, le Paris FC est désormais une équipe de haut de tableau Ligue 2. Avec un joli budget et une ambition assumée (nouveau centre d’entraînement, centre de formation performant), le PFC a choisi de se séparer de René Girard et a retrouvé un coach de Ligue 1, Thierry Laurey. Déjà auteur de deux montées Ligue 2-Ligue 1 avec le Gazélec Ajaccio puis le RC Strasbourg, le technicien connaît parfaitement le championnat. Avec un effectif déjà intéressant pour débuter la saison (seul point noir la blessure de Bamba et la nécessité de se renforcer en défense centrale), le coach devrait trouver rapidement ses marques avec sa nouvelle équipe. Quelques joueurs ont quitté le club durant l’intersaison, avec en grosse perte le départ d’Ali Abdi. Offensivement, les possibilités restent nombreuses dans cette équipe et l’entraîneur a déjà prouvé en Ligue 2 qu’il savait bien faire jouer ses équipes et exploiter leur potentiel offensif. Alors que le mercato n’est pas terminé, on peut aussi faire confiance aux très bonnes idées (et au très bon travail forcément de la cellule de recrutement) de Frédéric Hébert pour compléter qualitativement cet effectif d’ici la fin août. La vérité du terrain validera (ou pas) tous ces arguments, mais à ce jour les voyants sont presque tous au vert pour faire du Paris FC l’un des favoris de cette nouvelle saison de Ligue 2.

Dijon : Évidemment, on ne parlera pas du « PSG de la Ligue 1 » sur MaLigue2 pour reprendre la formule de Bruno Irlès ! Oui, Dijon a fait un gros recrutement. Oui le Dijon du président Delcourt connaît bien la Ligue 2, et les bonnes recettes pour y progresser afin de monter en Ligue 1. Demeurent toutefois deux, voire trois inconnues majeures : comment le néo-coach David Linares va-t-il appréhender ce championnat et gérer une pression nouvelle ? Comment son effectif va réagir sur le terrain en se trouvant chaque weekend dans la peau du favori, alors que peu de joueurs ont connu ce statut auparavant ? Enfin, la remontée immédiate après une descente à l’issue d’une très mauvaise saison est toujours très difficile à gérer. De nombreux clubs se sont cassés les dents, d’autres ont mieux su le gérer comme le FC Metz par exemple. Sur le papier, Dijon doit jouer le top 5 cette saison, reste à découvrir désormais les premières réponses sur le terrain ces prochaines semaines. Un recrutement XXL, des renforts dans toutes les lignes… Mais voilà, il faudra trouver les automatismes dans un championnat où il ne faut pas prendre trop de retard. Sur le papier, une dinguerie, un onze costaud avec presque que des recrues. Mais le papier, ça brûle aussi… Reste à plastifier tout ça, pour afficher sur le mur le titre ou la montée en fin de saison.

**

Toulouse, Sochaux

Toulouse : Il n’a pas justement pas manqué grand-chose au Toulouse FC pour réaliser cet « exploit » de remontée immédiate après une descente en Ligue 2… Mais les Violets ont sans doute payé un début de saison raté, la faute à un projet qui a pris du retard et un recrutement tardif. Sans oublier le COVID de fin de saison qui a touché tout l’effectif… Le changement de coach décidé à l’issue de la saison prouve l’ambition du Téfécé de faire encore mieux que l’an dernier, et donc de viser la remontée immédiate. Néanmoins, l’effectif s’affaiblit considérablement ces dernières semaines : Koné, Machado, Moreira, Amian et Bayo sont partis, Adli est sur le départ…et les recrues tardent à arriver. Si le président Damien Comolli a prouvé l’an dernier son expertise dans les datas pour recruter, le mercato sera-t-il toujours aussi réussi à 100% chaque été avec des joueurs venus de contrées lointaines comme Ado Onaiwu ou Mikkel Desler ? Dans ces conditions, pas simple de s’appuyer et capitaliser sur le bon travail réalisé l’an dernier. Même si le démarrage peut être difficile, on fait tout de même confiance à la cellule de recrutement toulousaine pour apporter les profils de joueurs nécessaires afin de jouer de nouveau les premiers rôles en Ligue 2 cette saison.

Sochaux : Des bonnes idées, il y en a aussi du côté de Sochaux. Faire venir Kalulu et Mauricio, tout en gardant Weissbeck, donne forcément du crédit à un club de Ligue 2. Si le coach Omar Daf considère – à juste titre – qu’il lui manque toujours une pointe offensive tant que Kitala ne sera pas rétabli, on peut penser que le FC Sochaux Montbéliard doit pouvoir réaliser une saison au moins aussi bonne que l’an dernier. C’est du moins l’objectif. Après une 11e place, puis la 7e l’an dernier, le FCSM doit encore gravir quelques marches et potentiellement jouer le top 5. Défensivement, il y a aussi une vraie marge de progression pour ce groupe s’il veut jouer les premiers rôles et notamment exister dans les matchs contre les grosses équipes du championnat. Le poste de latéral gauche doit notamment être comblé.

*

Guingamp, Ajaccio, Grenoble, Caen, Nancy, Auxerre…

EAG : Guingamp a presque tout changé, et tant mieux ! Après une saison qui aurait pu se terminer de manière catastrophique, le club des Cotes d’Armor a sauvé sa peau en Ligue 2 et dans le foot professionnel. L’arrivée de Stéphane Dumont au poste d’entraîneur donne le ton du possible renouveau guingampais, et d’un nouvel état d’esprit nettement plus adapté à la Ligue 2. Le renouvellement de l’effectif et le départ de nombreux joueurs devraient l’aider à construire un groupe rajeuni, remobilisé et surtout régénéré. Le chemin reste néanmoins très long, et EAG ne devrait pas jouer les premiers rôles trop rapidement. Après, dans un championnat qui pourrait être plus ouvert que l’an dernier pour les cinq premières places, Guingamp pourrait avoir une petite carte à jouer en seconde partie de saison, à condition d’être dans le top 10 à la trêve hivernale…

ACA : Un an sur deux, l’AC Ajaccio joue les premiers rôles en Ligue 2. Fin de l’analyse ! Plus sérieusement, l’ACA va s’appuyer sur un groupe quasi identique à l’an dernier. Aucun titulaire majeur n’a quitté le club corse, et Oumar Gonzalez (Chambly) pourrait apporter un vrai plus en défense. Surtout, Ajaccio sort de plus en plus de jeunes de qualité, que le coach arrive à faire progresser en les intégrant chez les professionnels au moment opportun. Dans un contexte financier de plus en plus difficile en Ligue 2, c’est un vrai plus pour le club insulaire. Enfin, les hommes d’Olivier Pantaloni ont réalisé une deuxième partie de saison de qualité, et doivent surfer sur cette dynamique pour bien débuter avec une attaque Courtet-Moussiti-Oko qui peut faire très mal à beaucoup de défenses… L’AC Ajaccio a les armes pour se positionner en première partie de tableau, et dans une bonne dynamique globale venir lutter pour le top 5. On oublie pas qu’il y a deux ans, c’était l’une des équipes les plus agréables à voir jouer, donc l’ACA est tout à fait capable de tenir sur l’ensemble d’un championnat.

GF38 : Comment Grenoble va digérer le départ de Philippe Hinschberger ? S’il serait inopportun de réduire la saison à venir à cette simple question, il n’empêche que ce fait majeur peut avoir une incidence sur le début du championnat. En constants progrès sous la direction d’Hinshberger, Grenoble a de nouveau rêvé de Ligue 1. Et après avoir goûté à une si belle saison, il faut pourtant tout remettre à plat et repartir au travail. Si l’on ne connaît pas encore le nouveau coach Maurizio Jacobacci, son discours semble séduisant. Même chose sur le profil des nouvelles recrues, qui devront compenser les départs de Benet ou Djitté. Encore beaucoup d’inconnues à ce stade donc pour le GF38, mais une vraie certitude : la belle saison de l’an dernier, avec de nombreux cadres toujours présents, qui ont prouvé leurs qualités pour jouer le haut de tableau tout au long d’une saison de Ligue 2.

ASNL : Des interrogations il y en a aussi du côté de Nancy, et notamment sur le nouveau coach Daniel Stendel que nous ne connaissons pas bien non plus… Là aussi, le profil apparaît intéressant, le discours également. A confirmer, comme toujours, sur le terrain. Après une première partie de saison compliquée, Nancy a redressé la tête et livré quelques belles prestations en 2021. Mickaël Biron voudra confirmer sa belle première saison en Ligue 2 à la pointe de l’attaque. En démarrant mieux son championnat que l’an dernier, l’ASNL pourrait espérer lutter en première partie de tableau. Si les préceptes de l’entraîneur trouvent écho chez ces joueurs, cette équipe pourrait surprendre ses adversaires et bousculer l’ordre établi. Manque encore quelques recrues au mercato pour étoffer le groupe, notamment Andrew Jung, 21 buts en N1 l’an dernier, qui est visé.

Caen : A l’image de Guingamp, le changement est porteur d’espoir du côté de Caen. Après une nouvelle année de transition, d’ennui et de stress intense en fin de saison pour les supporters, l’ère Capton-Pickeu peut enfin se lancer. L’arrivée de Stéphane Moulin est un signe fort, et important pour l’effectif et tout le club. Le SM Caen va enfin retrouver un entraîneur de qualité, après les erreurs de casting des dernières années. Autre signe fort : l’arrivée d’Ali Abdi ! Quelle surprise de retrouver le meilleur joueur de couloir gauche de la dernière saison à Caen, alors que son départ du Paris FC devait l’emmener vers un club qui évoluait un cran au-dessus. Cela montre le nouveau pouvoir de séduction de Malherbe, qui a aussi profité de l’intersaison pour se séparer de trop nombreux joueurs… Avec dans son effectif plusieurs cadres qui ont su se montrer déterminants dans le maintien de fin de saison, Stéphane Moulin peut bâtir une ossature adaptée à la Ligue 2 et incorporer 4 à 5 jeunes joueurs prometteurs entrevus l’an dernier. De quoi envisager une saison loin du maintien, et menacer le peloton de tête si les équipes de devant laissent trop de points en route.

AJA : La troisième année de Jean-Marc Furlan, la bonne pour la montée ? C’est généralement au terme de cette troisième saison que le coach tire le meilleur de ses effectifs en Ligue 2, pour les conduire jusqu’en Ligue 1. Le coach le confirmait récemment, parlant « d’acquis plus important » pour ses joueurs. Problème toutefois pour l’AJ Auxerre : l’effectif n’est pas encore finalisé pour cette nouvelle saison, et les recrues tardent à arriver avec un budget très très serré. Le départ de Mickaël Le Bihan est forcément un coup dur, alors que le jeu collectif était construit vers le buteur l’an dernier. Charbonnier tarde à arriver (s’il arrive un jour)… En défense, sans la saison exceptionnelle de Jubal, l’AJ Auxerre n’aurait sans doute pas aussi bien figuré l’an dernier. Il faudra aussi que cette équipe fasse preuve d’un supplément de caractère qui a manqué à plusieurs reprises l’an dernier pour jouer de nouveau le top 5 cette saison. Honnêtement, on était à deux doigts de ne pas mettre d’étoile du tout pour l’AJA mais l’équipe reste de qualité. Elle manque juste de profondeur de banc, et il faudra sans doute aussi laisser sa chance aux jeunes pour Jean-Marc Furlan afin de pleinement les intégrer à la rotation de l’équipe pour performer sur la durée.

Et les autres clubs ?

Pas de trace du relégué Nîmes dans nos favoris car le projet reste bien trop flou à l’heure actuelle pour savoir à quoi ressemblera l’effectif au 31 août. Un peu à l’image de la saison d’Amiens la saison dernière. D’ailleurs, l’ASC ne figure pas non plus dans la liste ci-dessus. Même si l’arrivée de Philippe Hinschberger est une excellente nouvelle et que le coach aura à cœur de nous faire mentir dans nos pronostics, la constitution assez tardive de l’effectif et ses limites sur le plan défensif ne nous incitent pas encore à placer le club picard chez les favoris. On va dire qu’Amiens obtient une demi-étoile. Valenciennes non plus n’était pas loin de l’étoile, mais là aussi le recrutement tardif n’inspire pas à une énorme confiance de notre côté, alors que l’équipe a été plombée par les blessures la saison dernière et qu’elle n’est pour le moment pas plus étoffée. Un œil sur le promu Bastia également sur la dynamique de sa montée qui pourrait être une belle surprise. On a décidé de la jouer prudente et de ne pas mettre une étoile au Sporting. Pour les autres, il s’agira principalement de lutter pour le maintien. Oui, oui, même pour Le Havre. L’effectif a encore perdu des joueurs et le recrutement est presque inexistant. Difficile de voir comment le HAC peut s’inviter dans le haut de tableau sur la durée malgré les beaux discours d’avant-saison où tout est toujours tout beau tout rose…

Et vous, quel Top 5 voyez-vous cette saison ??

Le Top 5 des rédacteurs

Dorian : Dijon – Toulouse – Paris FC –  Sochaux – Ajaccio

Philippe : Paris FC – Sochaux – Toulouse – Guingamp – Ajaccio

Clément : Paris FC – Dijon – Sochaux – Toulouse – Grenoble

Vos commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications