Ma ligue 2 - 100% Ligue 2

Le premier site 100% Ligue 2

Nos actualités

AS Nancy Lorraine - 29 novembre 2018 Dorian Waymel 0 commentaire

Son but de fou, la D3 anglaise, le chômage, Nancy… Entretien ML2 avec Wilfried Moimbé-Tahrat !

L’AS Nancy-Lorraine a obtenu son deuxième succès de la saison en Ligue 2 lors de la 15e journée. Face à un concurrent direct dans la lutte pour le maintien, la volée stratosphérique de Wilfried Moimbé-Tahrat a permis à l’ASNL de prendre trois points précieux et de revenir au contact du Red Star, battu à Picot (1-0). Quelques jours après ce coup de canon, le latéral gauche, sans club en début de saison, s’est confié à MaLigue2. Et avoue qu’il était même un peu blessé au moment de mettre ce golazo, d’où son forfait pour le déplacement à Orléans ce vendredi.

https://maligue2.fr/2018/08/08/maligue2-fr-se-dote-dune-progressive-web-app-et-de-push/

MaLigue2 : Wilfried, nous avons appris votre forfait pour le match à l’USO. Comment allez-vous et de quoi souffrez-vous ?

Wilfried Moimbé-Tahrat : Je souffre d’une grosse contracture qui est apparue lors du match face au Red Star. Ce n’est pas très grave, j’espère pouvoir reprendre dès mardi pour la 17e journée. Lors d’une accélération, j’ai ressenti une petite pointe. On a regardé cela à la pause et j’avais convenu de sortir si besoin. Sauf que Christopher Maboulou s’est blessé aussi en deuxième période, et je n’ai donc pas pu céder ma place ! Au final, j’ai marqué ce but en étant blessé, j’ai bien fait de ne pas sortir ! (rires).

Vous avez inscrit sans doute le plus beau but depuis le début de saison avec cette volée sortie de nulle part ! Votre blessure ne vous a pas gêné ?

J’avais mal à la cuisse droite, pas celle avec laquelle je frappe, et ça ne me gênait que quand j’accélérais à fond. Donc sur le moment, je n’ai absolument pas pensé à cela, et j’avoue qu’au moment de célébrer, je n’ai pas eu mal non plus (rires). J’ai forcé un peu, j’ai serré les dents et j’ai réussi à me gérer pour terminer la rencontre. Plein de choses me sont passées par la tête après ce but. C’était un match important, à domicile, contre un adversaire direct à 0-0… Et puis c’était le premier match où ma famille était en tribune car on s’est installé il y a peu dans la région.

« Il n’y a pas que de la lumière et le Real Madrid dans le foot…»

Il y a quelques mois seulement, vous étiez pourtant sans club et vous vous entraîniez avec l’UNFP…

C’est un peu un cliché de dire cela mais c’est la vérité pour mon cas : dans le football, tout va très vite ! A la fin de la saison dernière, les clubs que je désirais n’étaient pas au rendez-vous, et je me suis retrouvé sans rien. Ce n’est vraiment pas facile de se retrouver du jour au lendemain sans activité. Heureusement Nancy est venu vers moi, et je pense aujourd’hui à bien profiter de cette opportunité et à travailler. L’UNFP, c’est notre syndicat. Ils passent souvent dans les clubs pour nous informer de tout ce qui est possible pour nous. Le chômage, c’est tabou, personne ne veut y penser, c’est normal. Mais les stages UNFP l’été, ça permet de ne pas rester seul. On s’entraîne dans des excellentes infrastructures, on retrouve l’ambiance d’un vestiaire avec des copains. Et ça permet de garder le rythme. Sans ça, je ne sais pas si j’aurais été apte pour signer à Nancy. C’est le message que je veux faire passer : il n’y a pas que la lumière et le Real Madrid dans le football, il y a aussi des mauvaises passes parfois dans une carrière. Il faut savoir s’accrocher pour rebondir.

Après la victoire contre le Red Star, on a senti un énorme soulagement au moment du cri de guerre, voire même de la rage qui émanait du groupe ?

Quand on regardait le classement avant le match, on savait que ce serait très dur moralement si on perdait ou même si on faisait match nul. Certes, rien n’aurait été terminé dans l’optique du maintien, mais quand même. Là, mathématiquement, on a réalisé une belle opération en revenant au contact du Red Star et en revenant à 6 points de Sochaux et d’Ajaccio. Rien n’est fait, mais on espère désormais lancer une série jusqu’à la trêve afin de basculer dans de meilleures conditions pour la deuxième moitié de saison.

Crédit Photo : SB29

Pour revenir sur votre parcours, il y avait une vraie montée en puissance jusqu’à votre signature de Brest à Nantes en L1. Avec le recul, pourquoi ça n’a pas fonctionné dans l’élite alors que vous étiez l’un des meilleurs latéraux en L2 au SB29 ?

Je ne veux pas me trouver d’excuses car je déteste cela. Mais malheureusement, je me suis blessé à la veille du premier match de la saison. J’ai été un mois à l’arrêt, puis j’ai rechuté. J’ai effectué mon premier match contre Paris, mais j’avais toujours une petite gêne, je n’étais pas tout à fait à 100%. Pour les deux autres années, le club avait recruté Lucas Lima à mon poste et on était en concurrence. L’équipe tournait bien, donc voilà. C’est le football. En L1, ils ne vont pas attendre deux ans que tu sois en pleine possession de tes moyens ils recrutent vite, c’est normal. Je ne garde pas que du négatif de cette expérience, et j’ai encore des objectifs pour la suite de ma carrière même si j’ai aujourd’hui 30 ans.

« Au bout de deux mois, j’avais envie de rester à Oldham ! »

La saison dernière, vous avez aussi découvert la D3 anglaise avec Oldham lors d’un prêt. Ça ressemble à quoi, la League One ?

Ce transfert s’est réalisé très rapidement car c’est arrivé en toute fin de mercato. C’est le président Waldemar Kita qui m’a permis de trouver une porte de sortie avec le président d’Oldham. J’y suis allé dans l’inconnu, et franchement au bout de deux mois j’avais envie d’y rester ! Là-bas, c’est pas le niveau de la L1 c’est clair, mais il y a beaucoup d’intensité. Et surtout, les stades sont plein en troisième division ! Ils ne conçoivent pas le foot comme nous. Par exemple lors du premier match que j’ai fait, on jouait à 17 heures et on avait rendez-vous au stade à 15h, sans mise au vert, rien. Là-bas, c’est comme ça même en Premier League ! Il faut savoir se prendre en mains. Le midi au déjeuner, il y avait de la mayo, du ketchup, du sirop… J’ai regardé mes coéquipiers français et je leur ai dit : « Mais on a le droit de manger ça avant le match ? » (rires). Nous, on ne le faisait pas, mais les Anglais y allaient (rires). Tant que tu donnes tout sur le terrain et que tu es bon, ça passe. C’est ça l’esprit en Angleterre.

Dernière question pour revenir à Nancy, c’est pas mal d’avoir un coach “intérimaire”, Alain, Perrin, avec un tel CV pour jouer le maintien, non ?

On savait que la mission maintien allait être très difficile, et Alain Perrin nous apporte toute son expérience. Son CV parle pour lui, il a entraîné les très grands clubs français. C’est forcément bien pour nous, et on est très contents de l’avoir. Maintenant, je n’oublie pas tout le travail effectué avant par Didier Tholot. Il a permis au club de se maintenir et a formé le groupe au début de saison. L’idéal aurait été le mix des deux, le coach Tholot n’a jamais triché et le coach Perrin apporte son vécu. Il nous demande de bien jouer au ballon, de repartir de derrière, mais surtout d’être bien organisé tactiquement et défensivement pour être bien structuré et développer notre jeu. On a également bien travaillé physiquement car il avait vu qu’on avait tendance à flancher dans les fins de match. Maintenant, c’est nous qui sommes sur le terrain et c’est à nous d’aller chercher les résultats, ce n’est pas Didier Tholot ou Alain Perrin qui jouent.

Propos recueillis par Dorian Waymel

Crédit photo de Une : ASNL

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos partenaires

Ligue de Football Professionnel
LiveFoot.fr
parissportifcanada.ca
http://www.nordsports-mag.com/
Eco Foot
Super Football Club
Image sport