Téléchargez notre application Ligue 2

Ligue 2 – Les Tops/Flops du multiplex de la 31e journée

Actualités

La course à la deuxième place totalement relancée. Caen, Pau et Guingamp qui assurent quasiment leurs maintiens. Nîmes et Le Havre en roue libre. QRM et Dunkerque s’enfoncent en bas de tableau. La 31e journée de Ligue 2 est déjà riche en enseignements, avant le match de clôture entre Nancy et Ajaccio. Voici les Tops et les Flops du multiplex de samedi soir.

A lire aussi >> Ligue 2 (31e journée) – Auxerre arrache un point à Bastia, Sochaux se rapproche et Le Havre s’écroule

Les Tops

Sochaux passe la seconde

La mauvaise passe sochalienne entre février et mars semble digérée. Les Lionceaux ont souffert contre les concurrents directs avec des défaites contre Ajaccio (0-1), le Paris FC (1-3) et Auxerre (2-3) et pourtant, les hommes d’Omar Daf ne sont qu’à deux points de la deuxième place ce dimanche grâce à leur régularité contre des équipes plus modestes. Ce fut encore le cas sur la pelouse de Quevilly-Rouen (2-0). Mieux, depuis deux journées, le FCSM semble connaître un déclic en attaque après avoir si souvent dû se contenter d’un seul but par match. Malgré l’absence d’Aldo Kalulu, les Franc-Comtois ont fait le spectacle avec une attaque rapide conclue par Tony Mauricio et une frappe lourde de Steve Ambri qui n’avait plus marqué depuis le mois de septembre. Le calendrier de Sochaux est plutôt dégagé pour le sprint final…  à la très notable exception de la réception de Toulouse lors de la 34e journée.

Amiens : Hinschberger ne transige pas

Alors qu’il était déjà privé de son meilleur buteur, Aliou Badji, sur blessure, Philippe Hinschberger a fait des choix forts en laissant de côté des joueurs dont l’attitude laissait à désirer d’après lui. Pari gagnant puisque l’ASC s’est imposé à Amiens (2-0) sur un doublé de Chadrac Akolo. Il ne s’agit que de la deuxième victoire picarde en déplacement cette saison. L’entraîneur de l’ASC, à la tête d’un effectif pléthorique, a fait régulièrement le choix de la fermeté cette saison, lors des écarts de conduites de Bongani Zungu ou en intronisant le jeune Owen Gene côté droit à la place de Mickaël Alphonse (parti depuis au Maccabi Haïfa). Cet été, le club de la Licorne devra dégraisser. Alors qu’il ne manque plus qu’une victoire pour que le maintien soit assuré, le coach Hinschberger semble déjà savoir sur qui il veut s’appuyer (ou pas) la saison prochaine

Pau et Caen : le maintien dans la poche

Avec 42 points chacun, le Stade Malherbe de Caen (6e) et le Pau FC (7e) sont pratiquement assurés de jouer en Ligue 2 lors de la saison 2022-2023, respectivement vainqueurs face à Dunkerque (2-1) et Le Havre (2-1). Si le parcours des Normands a été un peu plus chaotique, la formation de Stéphane Moulin est une des plus convaincante du moment avec la 3e meilleure attaque du championnat à égalité avec le Paris FC. Le SMC est devenu redoutable au Stade Michel-d’Ornano. Il n’y a pourtant pas si longtemps, le public malherbiste exprimait son désespoir en rappant.

Les Flops

Le Havre en roue libre

Longtemps considéré comme le principal outsider pour jouer la montée, voilà le Havre 10e, après une série de quatre défaites consécutives. Autrefois exemplaire, la défense Ciel & Marine vient d’encaisser neuf buts en quatre matchs et l’on peut craindre que la saison soit déjà terminée dans certaines têtes après la défaite à Pau (1-2). Sur le but vainqueur des Béarnais signé Naidji, la sortie peu inspirée de Yahia Fofana, son replacement en trottinant et la perte de balle de Cornette sur sa ligne de sortie de but auraient pu faire s’arracher les cheveux à Paul Le Guen. Il va falloir trouver un sens à donner au sept matchs restants. Seule satisfaction de la soirée havraise : le quatrième but de Matthis Abline. Néanmoins, le jeune attaquant n’est que prêté au club par le Stade Rennais et ne saurait être un pilier pour l’avenir.

Coup de froid à Nîmes

Comme Pascal Plancque avant lui, Nicolas Usaï est confronté à un problème à Nîmes : entraîner un groupe de joueurs qui, pour beaucoup, ont déjà un pied ailleurs et peut-être aussi la tête. Après la défaite contre Guingamp (0-2), la troisième d’affilée, le coach provençal n’a pu qu’insister sur le problème d’état d’esprit du NO. Comme pour Le Havre, les Crocos n’ont qu’une petite victoire à obtenir pour être à l’abri de la relégation mais la fin de saison s’annonce très longue, avant de pouvoir rafraîchir un groupe qui en a grand besoin. Pour couronner le tout, le Stade des Costières sonnait encore creux samedi. Seulement 1345 spectateurs avaient fait le déplacement. Et encore… Tous ne sont pas restés jusqu’au coup de sifflet final.

Le néant grenoblois

C’était une des curiosités des dernières semaines : le Grenoble Foot 38 arrivait à récolter de précieux points pour le maintien sans pour autant livrer des prestations de grande qualité. Samedi à Dijon (0-1), les Isérois sont arrivés à la limite du système. Les hommes de Vincent Hognon n’ont décoché qu’une seule frappe pendant l’intégralité de la rencontre et celle-ci était non cadrée. A la décharge des acteurs, les conditions de jeu étaient très délicates au stade Gaston-Gérard, les chutes de neige ayant forcé l’interruption de la rencontre pendant presque 20 minutes. Pas forcément plus adroits, les Dijonnais ont eu le mérite d’essayer un peu plus.

Néanmoins, Grenoble reste 17e, devant Quevilly-Rouen, pas plus convaincant après n’avoir pris que trois points sur les 8 derniers matchs.

Crédit Photo ©Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications