Téléchargez notre application

Droits TV – Un « danger pèse sur la Ligue 2 » avec des « cessations de paiement probables »

Championnat

Depuis la sortie médiatique de Maxime Saada, président du directoire de Canal+, le football français tremble encore un peu plus. Notamment car un appel d’offres rallongera forcément le délai des prochains paiements que doit la chaîne cryptée à la LFP, et donc aux clubs. Et lancer que le produit est dévalué risque de tirer les prix vers le bas. En annonçant « restituer » son lot à la Ligue, Canal+ utilise avant tout un moyen de mettre la pression.

Téléchargez l’appli ML2

« Rendre les droits, ça n’existe pas, nous précise Pierre Maes, auteur de l’ouvrage « Le business des droits TV du foot – Enquête sur une bulle explosive ». On est tenu par un contrat. La tactique qu’il semble vouloir suivre est tout simplement de ne pas payer, comme à la Mediapro. » En ligne de mire, la prochaine facture du 5 février concernant ce fameux lot 3. « A ce moment-là, la LFP n’aura pas d’autres choix que de faire un appel d’offres. »

« L’objectif sera de diviser le prix actuel par 3 »

Toujours est-il que l’on ne parle que de l’élite du foot français. Sa locomotive. Sauf que la Ligue 2 est également inquiétée. Fortement. Celle-ci est diffusée depuis le début de la saison par Mediapro (multiplex) et beIN Sports, qui dispose de 2 affiches. « Lorsque les droits ont été vendus en décembre 2018, il s’agissait d’une augmentation de 190% ! Nous sommes passés de 22 M€ à 64 M€, avec 34 M€ pour Mediapro », rappelle Pierre Maes. Selon le consultant en droits TV du foot, « Le groupe Canal+/BeIN voudra ramener le prix à ce qu’il payait avant. Leur objectif sera de diviser le prix actuel par 3… au moins ! »

A lire aussi >> Droits TV – Quelle diffusion à venir pour la Ligue 2 après Mediapro ?

La stratégie mise sur la table pour la Ligue 1 pourrait être la même pour la Ligue 2. Même si, à l’heure actuelle, beIN Sports n’a pas annoncé son intention de « rendre » ses droits. Reste que la volonté de réaliser des économies semble logique, qui plus est « dans une situation de moindre concurrence ». Ainsi, « un danger pèse sur la Ligue 2 », confirme Pierre Maes. Il s’explique : « Si les recettes TV se compressent au niveau de la Ligue 1, tout un mécanisme de redistribution sera à revoir. Plusieurs grands clubs ont déjà parlé d’une redistribution à réévaluer ».

« La vrai question : quel sera le premier club à tomber ? »

Une redistribution moindre, de nouveaux droits qui pourraient être divisés par 3, voire davantage. Les finances des clubs de Ligue 2 vont être soumises à rude épreuve. « Financièrement, des cessations de paiement et des dépôts de bilan sont probables, cette saison et la prochaine. La vraie question est de savoir quel sera le premier club à tomber. Que ce soit Ligue 1 ou Ligue 2 », concède Pierre Maes. Et de se référer à la dernière interview en date du patron de la DNCG, Jean-Marc Mickeler : « Il disait que des faillites de clubs étaient probables. Il n’y a personne de mieux placé que lui pour être au courant de la situation financière des clubs. »

Vos commentaires :

  1. Quand on vous dit que l’économie du sport, entre autres, est au tapis : comme toute entreprise qui a perdu ses clients et ne peut que compter sur une aide extérieure, elle est en situation de dépendance extrême et aura beaucoup de mal à se relever. Les choses se précisent mais 2021 sera une année noire pour tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications