Domino’s Ligue 2 – Nîmes fait chavirer les Costières face au Paris FC !

Debrief

Ce samedi après-midi, le Nîmes Olympique, 2e de Domino’s Ligue 2, accueillait le 6e Paris FC aux Costières (28e journée). Dans un match animé et ensoleillé, c’est le NO qui a pris le meilleur sur son adversaire du jour. Car si les Parisiens avaient ouvert la marque en début de deuxième période, les Crocos ont répliqué par l’inévitable Umut Bozok et ont pris l’avantage dans le money-time. Nîmes s’envole !

Le fait du match

89e minute : Jusqu’ici dans le dur, Téji Savanier reste une arme redoutable sur coups de pied arrêtés. La preuve peu avant le temps additionnel. Le milieu nîmois trouvait la tête de Renaud Ripart dans la surface. Ce dernier ne laissait aucune chance à Demarconnay. Le NO s’impose à l’arrachée !

Le jeu

Grippée depuis quelques semaines malgré la victoire 4-1 à Niort (27e journée), l’armada offensive du Nîmes Olympique a eu toutes les peines du monde pour faire la différence. Certes, c’est vrai, les Gardois démarraient le mieux, avec un pressing incessant imposé par le quatuor offensif Ripart-Del Castillo-Bozok-Alioui. La première occasion, signée Ripart, arrivait d’un centre parfaitement ajusté de Bozok. Le cadre se dérobait (7e). Malgré cette domination territoriale, les Nîmois peinaient à venir inquiéter un portier parisien qui a attendu la 82e minute pour effectuer son premier arrêt. Lors du premier acte, le NO a cru ouvrir la marque sur un corner repris par Ripart au second poteau mais dévié au premier par la main d’Harek. Surtout, Savanier touchait le montant sur un penalty obtenu par Alakouch (29e). Le point d’orgue du gros temps fort des Crocos. Les Parisiens, emmenés par un Lalaïna Nomenjanahary dépositaire du jeu au milieu, sortaient de leur solide carapace. La rencontre s’équilibrait, les corners pour le PFC se succédaient mais les occasions, paradoxalement, se raréfiaient.

Pour venir valider cette belle fin de première mi-temps, il ne manquait qu’une concrétisation. Elle arrivait après le repos grâce au sang-froid de Lalaïna Nomenjanahary (0-1, 50e). Le Malgache profitait d’une erreur de Boscagli pour se présenter devant Valette et de l’ajuster entre les jambes. Alors, le dauphin du Stade de Reims se devait de ne plus calculer. Moins précis dans le jeu, les protégés de Bernard Blaquart s’en remettaient aux coups de pied arrêtés. Sur un corner, la tête de Rachid Alioui, cadrée, était dégagée sur sa ligne par Kerrouche (62e). Mais, quand l’un des 2 artificiers nîmois n’est pas en réussite, l’autre n’est jamais bien loin. Sur un centre déviée au premier poteau, Umut Bozok se jetait et, du talon, prenait à contrepied un malheureux Demarconnay (1-1, 67e). Le 20e but du Franco-turc cette saison. Dans des Costières redevenues bouillantes, le PFC s’attachait à calmer les ardeurs d’un Nîmes encore poussif mais à la fin victorieux. Le résultat d’une tête puissante en pleine lucarne de Ripart sur un maître coup-franc signé Savanier (2-1, 89e). Inévitable !

L’incidence au classement

Cette victoire permet au NO de prendre 4 longueurs d’avance sur le 3e Clermont à la deuxième place de Ligue 2 (52 points). Les Parisiens, eux, restent bloqué en 6e position avec 46 points.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications