Téléchargez notre application Ligue 2

Bilans de la trêve (8/20) – Nîmes : « Une saison de transition, à tous les niveaux »

Championnat

Après avoir dû digérer la relégation en mai 2021, le Nîmes Olympique est encore entre deux cycles. Les Crocos ont fait leurs adieux au Stade des Costières de belle manière avant la trêve en battant Bordeaux (1-0) et s’apprêtent à reprendre dans une enceinte provisoire, le Stade des Antonins, en attendant la construction d’un nouvel écrin. De l’aveu même du président Rani Assaf, les Crocos ne devraient pas viser la montée avant au moins trois saisons. Raisonnable, l’objectif de se stabiliser en Ligue 2 est encore loin d’être atteint puisque le NO est 17e et premier relégable après 15 journées. Colin Delprat, journaliste à La Gazette de Nîmes fait le point avec MaLigue2 sur cette première partie de saison.

À lire aussi >> Metz – László Bölöni sur le stage en Espagne : « Je ne suis pas sûr de vouloir que tout l’effectif soit présent »

Le bilan sportif

« On est vraiment dans une saison de transition, à tous les niveaux. Avec le stade, l’effectif qui a été totalement chamboulé et récemment le nouvel entraîneur (ndlr, Frédéric Bompard a remplacé Nicolas Usaï). Quand on additionne tous ces facteurs, on sent que ça va être une année difficile. C’est logique que Nîmes ne soit pas dans la première partie de tableau. Après, être aussi bas, je ne m’y attendais pas forcément parce qu’il y a de la qualité dans cet effectif. Il y a eu beaucoup de difficultés cette saison parce que l’équipe n’a pas été décisive dans les matchs clés et a une incapacité à savoir ne pas perdre ses matchs : très peu de matchs nul (3) et le plus grand nombre de défaites derrière Niort (8 contre 9 pour les Chamois) : cet aspect est problématique. La grande majorité de l’effectif n’a pas connu l’épisode Ligue 1. On tourne une page et la transition est difficile », explique Colin Delprat.

Ambiance, état d’esprit…

Depuis le retour en Ligue 2, le Nîmes Olympique peine à recréer une dynamique positive sur le plan humain, dans l’effectif comme en tribunes, ce qui pèse forcément sur les résultats : « L’atmosphère est parfois un peu pesante mais ça va mieux ces derniers temps. Ça a toujours été compliqué entre les supporters et le président. Il manquait cette ferveur qu’il y avait à Nîmes, quand l’équipe ne joue pas très bien, pour aller jouer plus fort les duels et mettre la pression sur l’adversaire. Et puis il y a ce manque de stabilité, ces changements de coachs récurrents, des joueurs un peu démotivés qui cherchent à partir […] L’entrée au Stade des Antonins est une belle inconnue. La victoire contre Bordeaux incitera peut-être les gens qui étaient au stade à venir un peu plus souvent. Il y a un mal profond entre Rani Assaf et certains supporters mais les résultats seront la clé de voûte de toute la construction du projet. Il y aura un effet de curiosité, le stade de transition est très correct pour jouer en Ligue 2. Le club espère un nouvel élan […] Quand on discute avec les supporters, l’objectif maintien n’est pas suffisant même pour une saison de transition. On peut viser un milieu de tableau ou un maintien plus tranquille que ce qui est vécu en ce moment. »

Le nouveau changement de coach

« Ce qui est dur c’est que Nicolas Usaï part après avoir fait son meilleur mois : deux victoires, un nul et une défaite. Fallait-il le faire avant, pendant la mauvaise série ? C’est compliqué à dire, il y avait à la fois du mieux dans le jeu et dans les attitudes. Il avait abandonné sa défense à trois et était repassé à deux attaquants. C’était plus percutant : ça allait gagner des matchs, en perdre aussi mais c’était peut-être suffisant pour se maintenir. Le président a estimé que ce n’était pas suffisant et il a tranché. Ça a été surprenant pour les joueurs et le staff, étant donnés les résultats positifs et le discours qui passait toujours. Mais ils l’ont aussi compris avec cinq semaines de travail qui permettent au nouveau coach d’installer ses principes de jeu. »

Les éventuelles cibles du mercato

« Je suis plutôt en accord avec ce qu’a dit le président : il faut un milieu axial supplémentaire dans la rotation pour mettre un peu plus de concurrence à Fomba, N’Guessan et Thomasen. je pense qu’il faut un ailier supplémentaire aussi, un joueur capable de percuter, ou un attaquant polyvalent puisque le club va certainement perdre Omarsson. Cependant, on a l’habitude de dire que le mercato hivernal est un mercato d’opportunités : tu fais des « coups » plus que de vrais choix. »

L’équipe-type (4-4-2*) selon les temps de jeu : Maraval – Labonne, Guessoum, De Gevigney, Burner – Vargas, Fomba, N’Guessan, Thomasen – Tchokounté, Koné

Sur le banc : Sadzoute, Poulain, Pagis, Saïd, Djiga, Dias (g), Omarsson

*après avoir débuté la saison en 3-5-2, le Nîmes Olympique a joué ces dernières semaines en 4-4-2, avec un temps de jeu en hausse pour Pablo Pagis, en soutien du duo d’attaque

Le pronostic de ML2 :

A l’image de Dijon et, dans une moindre mesure, Saint-Étienne, le Nîmes Olympique est pris dans une lutte pour le maintien alors que son effectif pourrait laisser espérer mieux. Les Crocos ne sont pas à l’abri en espérant que le changement d’entraîneur permette à l’équipe de poursuivre l’amélioration entrevue jusqu’à début novembre plutôt qu’un énième retour à la case départ. Le mercato d’hiver sera peut-être l’occasion de solder quelques dossiers de joueurs en quête de changement d’horizon depuis déjà longtemps (Omarsson, Benrahou).

Photo ©Alexandre Dimou/FEP/Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications