Téléchargez notre application Ligue 2

Ligue 2 – Laval : cinq supporters interdits de stade, les ultras dénoncent « un football Bisounours »

Championnat

Depuis le début de saison, le Stade Francis-Le Basser se distingue par sa chaude ambiance à chacun des matchs du Stade Lavallois en Ligue 2, avec quelques dérapages à déplorer, notamment lors de la 15e journée contre Valenciennes (1-0) : l’arbitre, M. Lepaysant avait été la cible de projectiles, avec pour conséquence le décalage du coup d’envoi de la seconde période. La semaine dernière le président Laurent Lairy avait appelé au calme, avant de prendre les devants d’éventuelles sanctions de la part de la Ligue de Football Professionnel (LFP)

À lire aussi >> Coupe de France – « J’ai mal à mon foot », « je suis écœuré », les Virois réagissent après le report de leur match contre Caen

Ainsi, d’après France Bleu Mayenne, le club a interdit à cinq supporters l’entrée du stade (interdiction commerciale de stade), dont trois membres du Laval Crew pour craquage de fumigène (lors de Laval-Niort)  et vol d’une banderole adverse (face à Pau, le 10 septembre). « C‘est totalement incompréhensible, proteste Sylvain, leader du Laval Crew, auprès de la station de radio. On fait tout pour mettre de l’ambiance à Le Basser. Là, le club nous met des bâtons dans les roues. Si le club nous enlève des membres actifs à Le Basser, malheureusement, il n’y aura plus d’animations dans le stade. »

Du côté du président Laurent Lairy, le discours est intransigeant : « C’est pour combattre des comportements qui ne sont pas conformes à ce que l’on veut porter au sein du club et du stade Le Basser. Les fumigènes sont interdits dans les stades. Le craquage de fumigènes est considéré comme un délit. Et la LFP inflige des amendes aux clubs. Les supporters savent très bien que si des fumigènes sont craqués à Le Basser, je prendrais des mesures drastiques pour que ces pratiquent cessent […] Je suis contre tout forme de violence. Je suis là pour donner du plaisir aux gens. Il n’y a aucun plaisir à voir des fumigènes dans les stades. C’est un danger pour les personnes qui sont autour. Cela envoie de la fumée au milieu du terrain, ça gène le jeu et ça gène les spectateurs. »

Cette conception n’est visiblement pas partagée par le leader ultra : « Ce que souhaite le président, c’est un football ‘Bisounours’ dans les tribunes. Que tout le monde soit assis. Cela ne nous va pas. S’il n’y a plus de Laval Crew, il n’y a plus d’ambiance dans le stade. »

Ce a quoi Laurent Lairy rétorque : « Je ne suis pas dans le football ‘Bisounours’, je suis dans l’organisation de spectacle plaisir […] Je n’ai absolument rien contre les ultras. Au contraire, ils participent à la vie du club et ils sont les bienvenus à Le Basser. J’aime les ultras, j’aime les ultras-sympas, les ultras-bienveillants. Cela fait deux ans que je le dis, je n’ai pas changé de position. J’adore l’animation qu’ils peuvent faire, dans les règles et dans le respect de la réglementation. »

Crédit Photo ©Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications