Téléchargez notre application Ligue 2

Nancy – Albert Cartier : « Je ne me lasse pas, c’est comme ça, c’est mon métier et j’aime ça »

Actualités

Cette fois, il n’y a plus le moindre doute. Quel que soit le verdict de la Commission discipline de la Ligue de Football Professionnel (LFP) concernant le match contre QRM, Nancy évoluera en National 1 la saison prochaine. La formation lorraine s’est à nouveau inclinée ce samedi lors de la 36e journée de Ligue 2 contre Nîmes (1-3), dans un stade Marcel-Picot à huis-clos. En conférence de presse d’après-match, Albert Cartier a débriefé cette nouvelle dure soirée.

A lire aussi >> Ligue 2 (36e journée) – Ajaccio en pole pour la Ligue 1, Valenciennes fait un petit pas vers le maintien et QRM gâche ses efforts

A lire aussi >> Ligue 2 – Les actionnaires de Nancy souhaitent investir dans un nouveau club… en Pologne

« Le match, c’est 25 tirs pour nous, 10 cadrés, 14 tirs en première mi-temps, pour 4 cadrés… Mais bon, je crois qu’on l’a déjà dit pour d’autres matchs. Et puis on prend des buts similaire à ce qu’on fait d’habitude. Je ne me lasse pas, c’est comme ça, c’est mon métier et j’aime ça. On leur a montré tout de suite après le match pour qu’ils voient comment on prend les buts. Et surtout, je dis à la mi-temps ‘les gars, on va marquer’. On tombe sur un bon gardien mais qui ne fait pas de miracles : il fait de bons arrêts. Mais derrière, il ne faut pas prendre ce deuxième but parce que ça va nous coûter cher. Ce sont des buts qu’on prend régulièrement. La mauvaise lecture de trajectoire, laisser rebondir un ballon : que des choses qu’un défenseur ne soit pas faire. Et ça parle d’un seul point, le manque de communication, ça ne parle pas. On est des muets […] On a vu des choses intéressantes quand notre milieu de terrain a joué rapidement, en une ou deux touches. On a pu trouver les joueurs dans les intervalles, Bobichon, El Aynaoui. Et en fin de première mi-temps, on a trop porté et on n’arrivait plus à trouver la première passe assez rapidement. ON aurait pu trouver beaucoup plus les côtés. »

Sur le penalty tiré par Lamine Cissé, 19 ans : « Je trouve que c’est une aberration de laisser tirer un gamin. Je ne comprends pas. Il n’avait pas touché le ballon. S’il rate, je le ressors derrière (ndlr, le joueur était entré en jeu deux minutes plus tôt). Et surtout, ce qui est incroyable, c’est que pas un des leaders, des cadres ne réagit. J’ai jamais ça. Ça c’est chaud… Mais bon, il a marqué, c’est bien. »

Source : France Bleu Sud Lorraine

© Photo Anthony Bibard/FEP/Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications