Téléchargez notre application Ligue 2

Nîmes – Nicolas Rainville : « Rani Assaf est quelqu’un de brillant »

Actualités

Et si Rani Assaf, président du Nîmes Olympique se réconciliait avec ses supporters et les Nîmois en général ? C’est la dure tâche à laquelle semble vouloir s’atteler Nicolas Rainville. L’ancien arbitre international, qui officie encore en Ligue 2 est désormais adjoint aux sports de la ville préfecture du Gard. Elu en 2020 sur la liste de l’actuel maire, Jean-Paul Fournier (Les Républicains), il a pris du galon le 18 décembre, en étant élu en remplacement de Laurent Boissier. Son prédécesseur a démissionné pour rejoindre l’organigramme de l’Angers SCO.

A lire aussi >> Toulouse – Les Indians boycottent le déplacement à Nîmes

Nicolas Rainville a réservé une de ses premières interventions médiatiques en tant qu’adjoint au site d’information Objectif Gard, sous le signe de l’apaisement des relations avec le NO. « La gestion des conflits, c’est mon quotidien ! Tous les week-ends, j’ai affaire à des présidents de club qui sont aussi des politiques au sens où il défendent les intérêts de leur société. J’ai seize ans de ligue professionnelle de football derrière moi. Le foot comme la politique, ce sont des relations humaines. Je sais un petit peu ce qui m’attend. Rani Assaf est quelqu’un de brillant. On ne construit pas un empire comme le sien si on a pas un minimum d’intelligence. Si je tiens toutefois à préciser que je ne serai pas l’adjoint du Nîmes Olympique, je pense que sur ce dossier j’ai la capacité de rassembler les gens autour d’une table pour trouver des solutions. »

Par ailleurs, Nicolas Rainville était l’arbitre du tout récent Toulouse-Rodez, perturbé par des injures racistes en fin de rencontre. Il s’appuie sur cet exemple pour s’adresser à ceux qui se rendent en tribune : « Je suis moi-même supporter. Les supporters doivent comprendre que les tribunes ne sont pas des zones de non-droit. On ne peut pas être d’accord avec eux quand ils souhaitent utiliser des fumigènes. Le 13 décembre, à Toulouse contre Rodez, j’ai dû arrêter un match. J’ai aussi entendu que des supporters traitaient le gardien de Rodez de « sale singe ». Il faut que les supporters, la Ville et le club arrivent à avancer ensemble sur les dossiers. Vous verrez quand le nouveau stade sortira de terre, Nîmes Olympique jouera à guichets fermés. »

Photo : ©Anthony Bibard / FEP / Panoramic / Imago

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications