Téléchargez notre application Ligue 2

Dijon – Valentin Jacob : « On n’a jamais trop forcément parlé de montée »

Actualités

Irrégulier. Après une victoire prometteuse dans le derby bourguignon face à Auxerre (3-1), Dijon a laissé échappé trois points à Guingamp (2-3) lors de la 17e journée de Ligue 2. Les hommes de Patrice Garande menait pourtant 2-0 après l’entame de la seconde période, un résultat « pas totalement digéré » par le groupe du DFCO d’après Valentin Jacob. Le milieu de terrain était l’invité de 100% DFCO sur France Bleu Bourgogne lundi soir. Entre autres sujets, il précise les ambitions de son club.

A lire aussi >> Dijon – Patrice Garande après la défaite à Guingamp (3-2) : « Sur le 2e but, tout le stade voit qu’il y a main »

«  On aimerait bien passer en première partie de tableau déjà, pour commencer, et après voir par la suite comment ça se goupille. Après, il faudrait qu’on arrive à enchaîner, faire des séries de victoires pour voir plus clair. On n’a jamais trop forcément parlé de montée. Même quand on a enchaîné les victoires, on prenait match après match, on regardait devant nous, mais aussi un peu derrière nous quand même. On essaye de passer en première partie de tableau pour ensuite se pencher sur d’autres objectifs. »

Sur son association à Cheick Traoré sur le côté droit : « Je l’ai connu il y a longtemps quand je jouais à Sedan. On fait toute la saison ensemble, ça c’était super bien passé. Et là, de le retrouver, de rejouer sur son côté, ça se passe super bien aussi pour l’instant. »

Samedi, Dijon rencontrera Niort, une autre équipe sur courant alternatif. Le match aura une saveur particulière pour Valentin Jacob qui a évolué trois ans dans les Deux-Sèvres. « C’est un peu le club qui m’a redonné ma chance dans le monde professionnel. À Auxerre, j’étais professionnel, mais ça ne s’est pas très bien passé. J’ai fait trois ans de réserve. Derrière, compliqué de retrouver un club professionnel, donc je retourne chez les amateurs à Annecy – qui était tout sauf un club amateur, finalement. Et puis Niort derrière, qui me retend la main pour remonter chez les professionnels. Ils sont capables de tout et ils peuvent passer à travers un match, comme survoler un match. Ils ont de grosses qualités, ils ont aussi des défauts, sinon ils ne seraient plus en Ligue 2. Mais ça reste quand même une bonne équipe et une valeur sûre de Ligue 2. J’ai fait trois ans à Niort. Les trois ans, on a fait les mêmes saisons. Très bon début de saison et plus compliqué en deuxième partie de saison, donc j’avais envie de vraiment changer d’air complètement. Même en restant en Ligue 2, j’avais besoin de changer de club. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications