Téléchargez notre application Ligue 2

Ligue 2 – A peine plus de 1000 spectateurs aux Costières, le coup de pression du maire envers Assaf… la fracture s’intensifie à Nîmes

Championnat

C’est de loin la plus mauvaise affluence de la 16e journée de Ligue 2. Officiellement, 1203 spectateurs ont pris place dans le stade des Costières pour ce Nîmes-QRM (2-1) de bas de tableau. Officieusement, l’impression visuelle laissée par des tribunes désespérément vides faisait penser que la barre des 1000 supporters était difficilement atteinte… La fracture est profonde, la plaie béante désormais entre la direction menée par Rani Assaf et les plus fidèles soutiens des Crocos.

A lire aussi >> Nîmes – Pascal Plancque : « La manière, elle viendra avec la confiance ! »

Avant le coup d’envoi à 19 heures, un grand rassemblement à l’initiative des trois principaux groupes de supporters (Gladiators 1991, Nemausus et Club Central) avait été organisé à 16 heures à la Maison Carrée, lieu symbolique de la vie nîmoise. Comme nous l’a expliqué Guillaume, représentant des Gladiators, dans notre émission jeudi soir, le but était de protester contre la manière d’agir d’Assaf. Pêle-mêle : des tarifs prohibitifs instaurés aux Costières, un centre de formation qui a perdu son agrément, des choix sportifs contestables avec une relégation en Ligue 2 et un classement pas franchement réjouissant pour le moment…

Le coup de pression du Maire envers Rani Assaf

Un mouvement de protestation qui a pris une nouvelle ampleur ce samedi avec la présence du maire de la Ville, Jean-Paul Fournier, à ce rassemblement. Le premier édile a pris la parole et a même été au bord des larmes au moment d’évoquer cette situation tendue au sein des Crocos, comme le montre une vidéo relayée par le média Objectif Gard. Fournier a même confié lors de son discours qu’il convoquerait Rani Assaf la semaine prochaine, avec comme moyen de pression ce grand projet de futur stade tant désiré par le président de NO. « Ce qu’il se passe en ce moment est inadmissible, les supporters ont fait part leur désarroi et ils ont raison. Je les ai soutenus (…). On va voir ce qu’il a dans le ventre, je vais lui dire ce que je pense. Laisser ce club en jachère, ce n’est pas normal. Il faut qu’il continue à pouvoir exister. Il n’aime pas ce club, il le laisse tomber (…). Il n’a pas encore le permis de construire (de son nouveau stade), il faut qu’il réfléchisse s’il le veut d’ici la fin de l’année. »

C’est dans ce contexte que Pascal Plancque et son groupe doivent évoluer désormais. Un stade vide qui n’a pas empêché les Crocos de trouver les ressources pour renverser QRM dans une rencontre pourtant mal embarquée. Assurer le maintien le plus vite possible sera un moindre mal dans une saison décidément pas comme les autres pour les amoureux de Nîmes Olympique

Crédit photo : Philippe Lecoeur/Panoramic/Imago.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications