Téléchargez notre application Ligue 2

Ajaccio – Christian Leca : « Je ne reproche pas à Nancy d’agir ainsi, je dénonce le règlement permettant de le faire »

Championnat

C’est sans aucun doute l’affaire qui fait le plus de bruit cette semaine en Ligue 2. Depuis lundi, un collectif de clubs de Ligue 2 a alerté la LFP, la FFF et la DNCG sur ce qu’ils considèrent comme “une concurrence déloyale” le mercato de Nancy, qui se sert notamment de son club partenaire d’Ostende pour acheter des joueurs et les prêter à l’ASNL, contournant ainsi la sanction de la DNCG de ne pas pouvoir recruter à titre onéreux… tout en restant parfaitement dans les règles. Dans un entretien accordé à l’Est Républicain, le président d’Ajaccio, Christian Leca, explique pourquoi il a rejoint ce mouvement contestataire.

A lire aussi >> Sochaux – « Ignominie, indigne de jouer en Ligue 2… », Samuel Laurent découpe Nancy !

« L’équité est une chose essentielle dans le sport. Je ne reproche pas à Nancy d’agir ainsi, je dénonce le règlement permettant de le faire. C’est une occasion pour nous d’agiter le chiffon rouge devant les instances. Il faut absolument faire quelque chose. Ce problème, on ne le retrouve pas qu’à Nancy. Bordeaux va faire pareil avec Gérard Lopez en L1 qui possède aussi Boavista. Lille l’a fait aussi, comme Troyes pourrait le faire en appartenant au City Football Group. Qui sont les 13 clubs de L2 signataires ? Peu importe le nombre et le nom des clubs. C’est le foot français qui attend une évolution des règlements. »

Crédits photo : Gerard Pierlovisi Panoramic / Imago.

Vos commentaires :

  1. Malheureusement, le temps ou les clubs avaient tous un président qui ne devait rendre des comptes qu’à lui-même et au instances du club est révolu. Maintenant, certaines entités jouent avec les clubs comme on joue au Monopoly, plus ils en ont, plus ils sont contents. Pour être un peu nostalgique, je dirais que le football de nos grand-mères et que les aventures merveilleuses comme celle d’un grand club Bourguignon avec le même coach pendant 40 ans et de grandes valeurs qui ne devaient rien à une planche à billets mais à la qualité des personnes qui le dirigeait appartiennent aujourd’hui au passé et c’est très regrettable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications