Téléchargez notre application Ligue 2

Ligue 2 – Auxerre, les armes de guerre

Championnat

Auxerre a finalement terminé 6e de Ligue 2, loupant de peu les play-offs. Parfois irrégulière, l’AJA a développé un jeu séduisant, bien souvent, dans le sillage de ses maîtres passeurs, Mathias Autret ou Hamza Sakhi. Le duo était au service de Mickaël Le Bihan, Rémy Dugimont, ou encore des défenseur-buteurs forte tête, Jubal et Lloris. Avec un milieu complet, des latéraux séduisants, et un banc intéressant, Auxerre avait peut-être les armes pour faire mieux. Des joueurs qui cependant verront Le Bihan rejoindre le voisin dijonnais l’an prochain, même si le club a récupéré Gaëtan Perrin, épatant en National avec Orléans. Les armes de guerre bourguignonnes mettront encore à l’épreuve bien des équipes…

A lire aussi >>Ligue 2 – Les meilleurs passeurs de la saison : de belles surprises, l’AJA en force, la magie toulousaine

Dans toutes les lignes, du matos

On a beaucoup parlé, et à juste titre, de la meilleure attaque de Ligue 2, Toulouse. Bayo, Adli, le trio étranger au milieu de terrain… Une sacrée équipe, construite en 3-5-2, sous les ordres de Patrice Garande. Mais l’AJA de Jean-Marc Furlan présentait sur le papier un effectif de malade. Un constat qui s’est presque vérifié niveau résultats, alors que le club de Bourgogne a fini deuxième meilleure attaque, avec 64 buts inscrits (71 pour le TFC). Organisé en 4-2-3-1, Auxerre a pu compter sur deux attaquants à plus de 10 buts cette saison (Le Bihan, 19, Dugimont, 14), un milieu de terrain passeur (Autret, 13 passes, Sakhi, 11), et une charnière centrale incroyable (Jubal-Lloris, 6 buts à eux deux !). Un panel ultra-complet, capable de scorer à tout moment, comme en fin de saison, quand tous les matchs étaient des bascules, et que Coeff et cie se muaient en sauveurs face à Nancy.

La saison prochaine donne déjà envie

Le tout donne une équipe complète, de compète, qui aurait dû aller plus haut. Des centreurs performants, des défenseurs qui se mêlent au jeu avec les latéraux Arcus-Bernard, ou encore Gauthier Hein, dont on parle peut-être un peu moins malgré ses quatre buts et trois passés dé, le potentiel offensif est fou à Auxerre. Gaëtan Perrin va apporter sa pierre à l’édifice, et si un élément comme Jessy Bénet arrive en meneur derrière l’attaquant, le délire pourrait être total. Dans un système ou Autret et Sakhi (pas encore sûr de rester cependant) sont milieux relayeurs, juste devant Birama Touré, eux les anciens ailiers, l’allant offensif voulu par Furlan a trouvé résonnance dans le profil de ses hommes, forcément.

Le néo-auxerrois Perrin s’est signalé par 13 buts et 9 passes décisives avec Orléans, et son pied s’entendrait à merveille avec Dugimont, qui vient de prolonger. Le banc a eu aussi son mot à dire cette saison, avec l’apport d’Axel Ngando (2 buts, 3 passes). Ce qu’il y a d’intéressant, c’est que tout le monde participe au jeu, comme Gautier Lloris, plutôt à l’aise pour relancr avec son pied gauche. Alors oui, il faudra remplacer Le Bihan, et trouver de la régularité. Mais les supporters doivent aussi se rappeler que les play-offs n’ont été l’affaire que d’un mauvais résultat ou deux, au final. Le bouillon de jeu, si tout ce petit monde s’entend, pourrait faire tourner en bourrique plus d’une défense lourde et costaude, la saison prochaine. Avec des armes de guerre, le football semble plus facile.

Photo : FEP / Panoramic / Imago.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications