Téléchargez notre application Ligue 2

Sochaux – Omar Daf : « On fera le compte à la 38e journée »

Championnat

Si les barrages de Ligue 2 paraissent désormais inaccessibles pour Sochaux, il n’est pas anodin de dire que le FCSM respecte le sport, et joue sa chance à fond. Malheureusement, c’est par conséquence le Stade Malherbe qui en a fait les frais hier, perdant 1-0 au stade Bonnal. Une défaite qui rapproche dangereusement Caen de la zone de relégation. Du côté sochalien, le club sera encore arbitre de cette lutte pour le maintien, avec un déplacement à Dunkerque. Et pour ce qui est de la montée, Omar Daf veut y croire. Le FCSM jouant contre Clermont, puis terminant avec la réception du 5e et désormais dernier barragiste, Auxerre, placé à six points, lors de la 38e journée…

A lire aussi >>Paris FC : Pierre Ferracci : « Je trouve que ce soir on a joué petits bras »

« On savait que cette équipe n’allait rien lâcher. On a connu cette situation. Où il faut sauver un club. Tactiquement ce n’était pas le même Caen que celui qu’on a joué en décembre. Ils nous ont laissé peu d’espace. On a corrigé à la mi-temps. Il fallait être patient. On a construit cette victoire avec beaucoup d’intelligence et de patience. Bravo aux joueurs. Sur les barrages, depuis plusieurs mois on y pense. Il reste trois matchs. A Grenoble, il faut féliciter l’arbitre qui a faussé les débats. Nous on est dans notre championnat. On va continuer à aller de l’avant à prendre le maximum de points, on fera le compte à la 38ème journée. Ce soir c’est une victoire avec de la personnalité. »

Source : France Bleu Belfort.

Vos commentaires :

  1. Oui, Omar ; d’accord sur le constat global : saison très satisfaisante au regard de ce que nous avons connu les années précédentes. Maintenant, sur les 3 derniers matchs à domicile, nous revivons le même scénario à chaque fois : une confiscation improductive du ballon, consistant à jouer petits bras (avec ces énervantes et incessantes recherches d’appuis vers l’arrière) jusqu’à ce que l’adversaire sorte la tête de l’eau pour nous mettre en danger. Ajoutons qu’après le scénario cauchemar à Grenoble avec deux pénaltys encaissés, nous avons failli de peu subir le scénario cauchemar de deux pénaltys ratés … Merci Chris Bédia de nous avoir épargné le pire. Pour le reste, restons lucides : nous n’avons pas les moyens sportifs de soutenir une saison en Ligue 1. Essayons donc de conserver l’ossature du groupe et de le renforcer pour une super-saison 2021-2022 avec le retour des supporters quand le grand sketch de la pandémie ne sera plus tenable pour ceux qui ont tenté de nous l’imposer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications