Téléchargez notre application Ligue 2

Ligue 2 – Les tops et les flops du multiplex de la 35e journée

AJ Auxerre

La dernière place de barragiste chipée par Auxerre, le Stade Malherbe de Caen qui flirte dangereusement avec la zone de relégation… Ce multiplex de la 35e journée de Ligue 2 a encore accouché de résultats marquants, dans cette fin de saison passionnante ! De la tension, des retournements de situations, du suspens, bref de la régalade en barres, pour tous les suiveurs du championnat. Peut-être un peu moins en bas de tableau ou pour le Paris FC… En tout cas, l’occasion de faire le top/flop des rencontres d’hier soir, à trois matchs de la fin de cette L2 2020/2021.

Les Tops

Auxerre, la bonne opération

Assurément, le gros coup du week-end vient de la Bourgogne. Les hommes de Jean-Marc Furlan, emmenés par un Mickaël Le Bihan on fire et auteur d’un doublé (18 buts désormais, 2e du classement), ont disposé du promu Dunkerque. Qui avait pourtant ouverte le score dès la 2e minute, par l’intermède du grand Malik Tchokounté. L’AJA aura finalement renversé la situation, à la demi-heure de jeu puis en début de seconde période, pour passer devant son adversaire du soir (2-1)… Et surtout le Paris FC, à la différence de buts ! De quoi présager d’un sacré duel à distance entre les deux formations, encore plus vu le calendrier de chaque équipe (Caen, Grenoble et Sochaux pour l’AJA, Toulouse, Ajaccio et Chambly pour le PFC).

Guingamp-Basilio, un point qui comptera ?

89e minute de jeu au Roudourou, hier soir. Le temps printanier dans les Côtes-d’Armor semble accoucher d’un match sans but, un peu tendu par l’enjeu (le maintien pour Guingamp, la montée pour le Paris FC). On s’achemine vers le coup de sifflet final, quand l’arbitre de la rencontre, mister Sylvain Palhies, siffle penalty contre l’EAG. Florian Martin s’avance pour le tirer, Enzo Basilio s’élance pour le stopper. C’est le gardien, pourtant pas titulaire en début de saison, qui sortira vainqueur du match dans la fin de match. De quoi amener le dernier rempart à exulter, et Flo Martin, sorti quelques instants plus tard, à rester prostré sur le bord du terrain. De quoi aussi permettre aux Bretons de gagner un point, dans ce paradoxe d’images si cruel parfois dans le sport. Mais ici si important pour Guingamp. Les hommes de Fred Bompard gardent deux points d’avance sur Dunkerque, barragiste.

Troyes, à trois matchs de la fin, c’est presque fait

L’autre grosse opé du week-end. En ouverture de cette 35e journée de Ligue 2, Troyes a disposé avec maîtrise de Grenoble, quatrième au classement, chez lui dans l’Aube. Une aurore qui finit pratiquement de lever le voile de la montée directe en Ligue 1 pour l’ESTAC, qui compte désormais huit points d’avance sur Clermont (avec un match en plus), neuf sur Toulouse (avec deux), mais surtout dix sur le quatrième, Grenoble (et là sans match en plus) ! Sans cataclysme, la Ligue 1 se rapproche pour Laurent Batlles et son squad, où Kouamé, Touzghar et Saint-Louis auront été étincelants, hier (3-1). Troyes, ça sent bon !

A lire aussi >>Ligue 2 (35e journée) : Auxerre éjecte Paris du Top 5, pas de vainqueur en bas de tableau

https://twitter.com/Ligue2BKT/status/1386052090477391882

Les flops

Paris FC, affaire de penalty

Six points d’avance sur Auxerre pendant des semaines, longtemps cinquième de cette Ligue 2, et puis, vous l’avez déjà lu, cette satanée 89e minute du match à Guingamp. Péno raté par un admirable joueur de ce championnat, le gaucher Florian Martin, à qui son président Pierre Ferracci ne jette pas la pierre. A contrario, la sortie du chef du PFC aura rappelé à l’ensemble du groupe de René Girard certaines choses, au micro de beIn Sports. « Je n’’ai pas eu l’impression qu’on jouait pour gagner ce match, j’ai presque eu l’impression qu’on jouait pour ne pas le perdre. Je n’ai pas l’habitude de tenir ce discours, parce que je suis toujours derrière l’équipe, et je le suis aujourd’hui. Mais je crois que la meilleure façon d’être derrière l’équipe, c’est de lui dire que dans les trois derniers matchs il faut manifester plus d’ambition, pour aller chercher une place dans les cinq premiers. Quand je dis ambition, on a rien à perdre, sinon une place dans les cinq premiers, si on joue petits bras. Et je trouve que ce soir on a joué petits bras. » Ambiance. Pour terminer, le PFC est certes en ballotage défavorable, mais a son destin en main, avec un calendrier un peu meilleur que celui de l’AJA.

Caen, affaire de penaltyS

Ni une ni deux, ce sont deux penaltys qui mettent aujourd’hui Caen dans l’embarras. Un premier raté par Gaëtan Weissbeck, en première période de ce Sochaux-Caen (1-0). Puis un second, transformé cette fois par Chris Bédia, à la 64e. Aujourd’hui, le Stade Malherbe n’a plus qu’un point d’avance sur Dunkerque, barragiste (37 points contre 36). Aujourd’hui, Caen craint de se faire dépasser par Dunkerque, qui a une partie de retard à jouer contre Amiens, mercredi. Aujourd’hui, le SMC a un calendrier de dingue sur les trois derniers matchs, avec des rencontres contre Auxerre, Toulouse à l’extérieur, et Clermont. Ca sent le souffre, en Normandie, depuis hier soir. Peut-être depuis un peu plus longtemps.

Début d’échauffourée entre Ajaccio et Amiens

Pour conclure ce top/flop, une info qui nous vient d’un match pourtant sans grand enjeu sportif, Ajaccio-Amiens (2-2), avec deux équipes normalement sereines, dans cette fin de saison. Alors qu’Amiens venait d’égaliser sur la pelouse de l’ACA, dans les arrêts de jeu, un début d’échauffourée a éclaté entre les remplaçants, en tribunes. De la tension en dehors du terrain, dont l’origine n’est encore confirmée. Des mots auraient été échangés entre les joueurs,  qui se sont ensuite rapprochés. Très rapidement, ils ont été séparés par le service de sécurité de l’AC Ajaccio, comme on a pu le voir sur les images de beIn. Les joueurs ont ensuite regagné rapidement leur vestiaire respectif. Une fin de partie un peu bête, même si l’affaire s’est vite tassée grâce à l’intervention de la sécurité d’Ajaccio, et visiblement des membres de deux staffs, ainsi que certains joueurs.

 

Crédit photo : ©Romain PERROCHEAU, Panoramic / Imago

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications