Le président de Pau face à la crise financière pour les clubs : « J’en viens à me demander s’il ne faut pas anticiper une relégation administrative »

Championnat

L’instauration du couvre-feu à partir de 21h dans 53 départements de France métropolitaine touche de plein fouet la Ligue 2, dont neuf matchs sur dix par journée débutent à partir de 19h. Déjà très impactés financièrement par des recettes billetterie en net recul en raison des jauges à 5000 ou 1000 spectateurs, voire à huis clos, les clubs avancent dans le flou, d’autant que les difficultés rencontrées par Mediapro, principale source de revenus via les droits TV, n’incitent pas à l’optimise pour l’avenir…

A lire aussi >> Ligue 2 (8e journée) – Dunkerque-Le Havre à huis clos !

C’est le cas notamment pour le promu Pau. Avec l’un des plus petits budgets du championnat, le PFC essaie tant bien que mal de s’en sortir. Mais son président Bernard Laporte-Fray tire la sonnette d’alarme dans les colonnes de L’Equipe ce samedi avant de recevoir Niort. Et il n’est sans doute pas le seul dans ce cas. « On avait prévu environ 300 000 euros de billetterie, on va s’asseoir dessus. Les prévisionnels ne seront pas tenus, et j’en viens à me demander s’il ne faut pas anticiper une relégation administrative. J’espère que la DNCG sera compréhensive, et que la Ligue va nous aider. » En froid avec Mediapro, la LFP a pour le moment refusé l’idée d’avancer les matchs de L2 pour anticiper le couvre-feu de 21h. Une épine dans le pied en plus pour des clubs déjà fragilisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications