Le premier site 100% Ligue 2

Nos actualités

Championnat - 10 mai 2018 Dorian Waymel 0 commentaire

Entretien ML2 – Gaëtan Charbonnier : « Ça m’a fait beaucoup de bien de signer à Brest, j’avais besoin d’un nouveau discours »

Avec une passe décisive et quatre buts marqués entre la 32e et la 36e journée de Domino’s Ligue 2, Gaëtan Charbonnier a été élu joueur du mois d’avril sur MaLigue2. Et l’attaquant du Stade Brestois ne s’est pas arrêté en si bon chemin, puisqu’il a de nouveau inscrit un doublé contre QRM (2-0) lors de la J37. Une victoire qui permet aux Bretons d’être maîtres de leur destin. Avant le déplacement à Châteauroux pour la 38e journée, l’ancien Rémois a pris le temps d’évoquer cette fin de saison passionnante avec nous.

MaLigue2 : Gaëtan, félicitations pour votre titre de joueur du mois d’avril, et pour votre joli début du mois de mai !

Gaëtan Charbonnier : Merci pour cette récompense. Il est vrai qu’on a démarré ce nouveau mois comme on a terminé le précédent. La réussite est là, le premier but que j’ai marqué contre QRM ne serait sans doute pas rentré il y a un mois et demi ou deux. Mais les individualités ne peuvent ressortir que si le collectif est performant. On savait qu’on devait faire une série pour se donner la chance de vivre une belle fin de saison. La confiance est revenue, sur le plan collectif comme individuel. En ce moment, chacun brille tour à tour : il y a eu Julien (Faussurier) ou Habib (Diallo) avant moi. On parvient à être à notre meilleur niveau tous ensemble au meilleur moment.

Mieux vaut avoir plusieurs joueurs autour des 10 buts qu’un seul buteur à plus de vingt buts ?

C’est vrai que nous sommes pas mal dans l’équipe à avoir marqué à 7 ou 8 reprises c’est saison (Diallo et Charbonnier 9, Faussurier 8, Butin et Berthomier 6). Ça veut dire que le danger peut venir de partout, donc c’est vraiment bien, c’est plus difficile pour l’adversaire de cerner notre jeu.

Comment le groupe vit cette semaine d’entraînement avant le dernier match décisif à Châteauroux ? Y’a t-il un programme spécial par rapport à d’habitude ?

Nous sommes très concentrés, on fait à l’entraînement ce qu’on fait d’habitude. On n’a rien changé à notre quotidien, on le prépare comme un autre match, pas comme si c’était le dernier. On veut finir sur une bonne note, et on sait que ça passe par notre performance là-bas. C’est à nous de mettre en place ce qu’on sait faire. On a notre destin en mains, on veut consolider cette 4e place, et pourquoi pas aller chercher la 3e si jamais l’AC Ajaccio trébuche, ce serait un peu un miracle.

Vous restez sur 7 matchs sans défaite, vous finissez l’année très fort et en pleine confiance alors que vous manquiez de continuité jusqu’à présent. Quel a été le déclic pour enfin trouver cette régularité dans les résultats ?

Je pense qu’on peut diviser notre saison en deux. Nous avons plutôt mal débuté le championnat, mais on avait bien fini la phase aller. En revanche entre janvier et février, nous avons eu de nouveau des difficultés, notamment à la maison. On voyageait mieux qu’on ne recevait. On a beaucoup travaillé là-dessus car c’était important. Maintenant, on sait s’imposer à la maison, et se montrer aussi plus solides. D’ailleurs, on reste sur trois matchs à domicile sans encaisser de buts.

« Si on ne croit pas pouvoir monter en L1, autant ne pas aller en play-offs »

Le derby remporté contre Lorient (3-0) était votre match le plus abouti et a lancé cette dynamique ?

C’est vrai que tout s’est bien déroulé dans le derby, mais j’ai envie de dire qu’il y a d’autres matchs avant qui nous ont poussé. Je pense notamment à notre victoire sur la pelouse du Paris FC où on s’impose dans le temps additionnel (1-0, J27) ou notre victoire à Auxerre (2-1, J29). Avant ce match, le staff était sous le feu des critiques et on avait vraiment à cœur de montrer qu’on bossait bien et qu’on allait dans le bon sens. Tant mieux pour le club aujourd’hui d’avoir la possibilité de jouer les play-offs en fin de saison.

En tant que joueur, vous pensez que monter en L1 est réalisable en terminant 4e ou 5e, avec deux play-offs à disputer avant un barrage aller-retour contre la 18e de l’élite ?

Si on n’y croit pas, autant ne pas y aller. Je pense qu’on a la profondeur d’effectif et les qualités requises pour le faire. L’instauration des play-offs est plutôt une bonne chose pour l’intérêt du championnat, car beaucoup plus de clubs sont concernés par un enjeu jusqu’au bout. Après, c’est la première année que ça se met en place donc on verra bien. Mais c’est sûr que la L1 me semble quand même un peu privilégiée car elle ne doit disputer que les barrages. A nous de montrer qu’on mérite vraiment de monter.

Sur le plan personnel, Brest vous a tendu la main et vous recrutant alors que vous étiez encore blessé après une rupture des ligaments croisés. On a le sentiment que tout le club a parfaitement su gérer votre retour sur les terrains pour monter en puissance…

C’est vrai que ça m’a fait beaucoup de bien de rejoindre Brest, j’avais besoin d’un nouveau discours, de quelque chose de neuf. J’ai trouvé chaussure à mon pied avec ce challenge et ce groupe. Je connaissais déjà le préparateur physique avant mon arrivée donc j’étais rassuré, je connaissais aussi l’entraîneur et son style de jeue. En ce qui concerne ma rééducation, tout a été très clair dès le début, et Jean-Marc Furlan m’avait dit que je retrouverai du temps de jeu petit à petit. C’est exactement ce qu’il s’est passé. Je suis décisif en ce moment, je joue libéré sur le terrain et ça se ressent.

« Pour le moment, je ne vois pas pourquoi je partirais de Brest »

Après quatre saisons passées au Stade de Reims, ne regrettez-vous pas un peu d’être parti alors qu’ils viennent de réaliser une superbe saison ?

Ma prolongation ne s’est pas faite avec Reims, je n’ai pas envie de rentrer dans les détails et de revenir sur le passé. Mais je suis très content pour ce groupe qui mérite vraiment la montée. Ils ont travaillé pour. La solution interne (avec la nomination de David Guion sur le banc) était la bonne. Le coach a réalisé un très bon travail avec cette équipe.

Vous avez 29 ans, comment envisagez-vous l’avenir ? Est-il possible de vous voir rester à Brest même si le club ne monte pas ?

Il me reste encore une année de contrat à Brest, et je prends énormément de plaisir ici donc ça compte énormément. On a encore une belle fin de saison à jouer donc je ne pense pas encore trop à tout cela. Mais pour le moment, je ne vois vraiment pas pourquoi je partirais de ce club.

Propos recueillis par Dorian Waymel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos partenaires

Ligue de Football Professionnel
LiveFoot.fr
parissportifcanada.ca
http://www.nordsports-mag.com/
Eco Foot
Super Football Club
Image sport