Téléchargez notre application Ligue 2

Floqe, un Havrais au Céans…

Le Havre
floqe
Pas simple la vie de supporter du HAC…

Les sites de supporters peuvent apporter de belles surprises. On avait envie de vous présenter “Un Havrais au Céans“, parce que sa ligne éditoriale, qui nous semble basée sur la qualité d’écriture agrémentée d’une petite dose de second degré, s’approche pas mal de l’esprit MaLigue2. Vérification avec Floqe, le principal auteur de ce blog.

MaLigue2 : Peux tu nous présenter “Un Havrais au Céans” ?

Floqe : Un Havrais au Céans est né en août 2012. L’idée était de faire un blog décalé, piquant, avec une rédaction plus prosaïque et moins stéréotypée “journalisme amateur”. Tout ça en gardant bien en tête l’idée de promouvoir autant que possible le HAC et Le Havre. On ne parle pas assez du club dans les médias nationaux à mon goût, et je voulais tenter de réparer un peu cette injustice avec ma modeste contribution.
Je suis le rédacteur en chef – comprenez par-là que je suis le seul rédacteur
🙂 – et une illustratrice vient me faire profiter de son talent de manière hebdomadaire. J’envisage éventuellement d’ajouter un(e) photographe à l’équipe: j’en ai marre de phagocyter l’excellent travail de Manu Lelaider (photographe et CM du HAC).

Ton blog se différencie clairement de beaucoup de sites de supporters : ce n’est pas un site d’actualité brute, mais clairement un blog d’articles rédigés ; principalement autour de tes expériences vécues de supporter du HAC. C’est le plaisir d’écrire et de raconter le déclencheur de ce projet ?

C’est le plaisir d’écrire que j’éprouve depuis tout gosse, associé à ce manque de visibilité autour du club, qui a motivé le projet. Après quelques entrainements, j’ai commencé à coucher quelques lignes, puis quelques articles, de plus en plus régulièrement.
Je fais un peu d’actualité malgré tout, mais ce n’est effectivement ni mon but ni ce qui a motivé le projet. Je voulais vraiment partager un point de vue très subjectif sur le sportif, en y incorporant une bonne dose de second degré. Cela ne m’empêche pas de faire un travail de fond invisible, presque journalistique (sans avoir la prétention d’en être un) pour mon plaisir personnel et pour être sûr de savoir de quoi je parle dans mes petits papiers sans prétention.

Je n’ai aussi que trop reporté mon envie de faire des interviews décalées, par faute de temps. Je me suis déjà assuré le concours de deux joueurs : je ne devrais plus tarder à m’essayer à l’exercice.


Les portraits caricaturaux qui illustrent tes articles sont vraiment réussis et originaux, tu peux nous en dire plus sur ces illustrations?

Ah, Comicstef ! Elle prouve chaque semaine qu’un bon dessin vaut mieux qu’un long discours, et nous lui devons en majeure partie le succès d’un Havrais Au Céans.
Ma femme est illustratrice professionnelle et je lui fais du chantage affectif pour exploiter son talent ! L’idée était d’aérer tout ce texte indigeste par des dessins mettant en scène
avec humour l’actualité du club. Je lui donne l’idée, et son coup de crayon fait le reste. Elle vient d’ailleurs de sortir sa propre BD.

dessingenton
Benjamin Genton, coeur de HACMen…

Comment est connu/relayé ton travail de passionné au niveau du club et des journalistes gravitant autour ?

L’accueil de mon petit vivier de lecteurs est assez incroyable ! En général, les supporters sont adorables avec moi. Ils m’ont d’ailleurs demandé d’écrire dans « Tribune KOP », leur fanzine. Ce que j’ai fait et referai avec plaisir. Depuis que je me suis lancé, j’ai appris à les connaitre et à les apprécier. La plupart des joueurs me connaissent aussi (enfin, “me connaissaient”, vu l’exode estival…) et j’éprouve de la sympathie pour beaucoup de HACmen qui sont abordables, et adorables. Quelques-uns m’ont déjà apostrophé pour mes propos, mais ça fait partie du jeu. Quelques personnes au club me connaissent et ont déjà pris contact avec moi, mais je crois qu’ils ne savent pas trop quoi penser.

Enfin, j’ai aussi fait la connaissance des journalistes du coin. Il y a une certaine complicité avec quelques-uns d’entre eux et je crois savoir qu’ils apprécient « Un Havrais Au Céans ». Vu que je commence à avoir un petit réseau, on échange quelques tuyaux et j’arrive parfois à dénicher quelques infos inédites. Mon but n’est pas de faire du scoop non plus.

Et comment vis-tu les drôles de rumeurs qui sont régulièrement colportées depuis l’arrivée des nouveaux investisseurs ?

Plutôt bien. Je lis avec un œil amusé tous ces “torche-culs” que certaines personnes qui se disent journalistes peuvent pondre pour faire du clic. Ils commentent du vide et contredisent des informations qu’ils n’ont pas encore, mais que l’on a déjà localement. Avec du recul, c’est assez amusant. Là où ça me fait beaucoup moins sourire, c’est quand je vois l’impact que cela peut avoir sur le public havrais. J’essaye d’être rassurant et d’expliquer en m’appuyant sur du factuel pour rattraper le tir, mais le mal est fait. J’ai hâte que cela se termine pour pouvoir reprendre la plume et répondre : ces feuilles de chou m’ont inspirées.

Le championnat a débuté depuis peu, et, sans vouloir tirer de conclusions trop hâtives, on se dit quand même qu’une fois de plus ce ne sera pas l’année du Havre. Qu’est ce qui manque à ton club pour renouer avec son passé ?

Alors là, c’est toi qui le dis ! S’il y a peu je n’aurais pas parié un copeck sur une belle saison des Ciel-et-Marine, je commence à sérieusement revoir ma copie. Chebake est une grosse surprise et Le Marchand, Fontaine, Sao et Le Bihan sont en grande forme. Avec les arrivées tardives de Leroy, M’Bami, Gurtner, Agbetu, on commence à avoir un effectif intéressant qui devrait en plus s’étoffer au prochain mercato hivernal grâce à l’arrivée de capitaux frais. Les effets de la concurrence commencent à se faire sentir et je crois vraiment que le HAC peut devenir un outsider très crédible.

On a déjà des infrastructures merveilleuses, un centre de formation performant et le statut particulier d’être le premier club français. Ce qu’il manque au HAC ? Plus de puissance financière, être en Ligue 1 de façon pérenne et plus d’affluence au stade. Le premier conditionne le second, qui conditionne le troisième. Ah oui, et le retour de notre maillot historique, mais ça, notre futur président nous l’a déjà promis.
On est sûrement en train de vivre la pichenette sur le premier de ces dominos: verdict le 15 octobre !

Illustrations : ComicStef

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications