Entretien ML2 – Olivier Pantaloni : « On sent beaucoup plus de maturité dans le groupe »

L’AC Ajaccio effectue actuellement son stage de pré-saison au Chambon-sur-Lignon. L’occasion de trouver des températures un peu plus fraîches qu’en Corse, idéales pour laisser place à une grosse préparation athlétique. Coach de l’ACA depuis 2014, Olivier Pantaloni profite d’une après-midi placée sous le signe de la récupération pour nous présenter l’ACA versio 2017-2018. Un ACA bien plus ambitieux que les saisons dernières !

MaLigue2 : Après deux saisons à lutter pour le maintien jusqu’à la dernière journée, l’AC Ajaccio s’est maintenu plus sereinement en Ligue 2 la saison dernière, terminant 11e. Une saison satisfaisante pour vous ?

Olivier Pantaloni : Oui, d’autant qu’on avait commencé difficilement avec la rétrogradation en National prononcée par la DNCG en première instance pendant l’été. Cela nous avait handicapé dans le recrutement, et certains joueurs avaient finalement hésité à nous rejoindre pour ces problèmes. Donc compte tenu de tout cela, c’est sûr que c’était une bonne surprise de terminer 11e et de moins souffrir que les saisons précédentes. Il y a eu le changement d’une partie de l’effectif, et on a pas reproduit nos erreurs du passé. En 2015-2016, on avait atteint les 40 points après 31 journées puis finalement, on avait péniblement fini avec 42 points. Cette fois on a joué le jeu jusqu’au bout. C’est une question de fierté de terminer le plus haut possible, et puis ça rapporte aussi un peu d’argent en plus au club.

Cette fois, la nouvelle rétrogradation prononcée en juin dernier par la DNCG ne gêne pas le groupe depuis la reprise ?

Non, car ce ne sont pas les mêmes problèmes. L’année passée, on avait des dettes et c’était plus compliqué de ficeler notre passage. Là, il s’agit plutôt de problèmes administratifs. Des subventions de collectivités avaient été engagées par écrit, mais il fallait qu’elles soient votées. Or, au moment de notre passage, le vote n’était pas encore effectué. Depuis toutes les sommes promises ont été votées, donc nous sommes confiants pour notre audition en appel.

L’ACA a lancé très tôt son recrutement, et a surtout ciblé l’apport de joueurs d’expérience (Gimbert, Coutadeur, Avinel…). Un nouveau cycle débute ?

On a tenu compte de la saison passée, où on avait pas forcément réalisé le mercato que l’on désirait. C’était plus un recrutement par défaut dirons-nous. Des joueurs n’ont pas voulu venir compte tenu de la situation. Cette année, j’ai pris contact avec les joueurs que je désirais assez rapidement après notre maintien acquis, et ce contact téléphonique a joué dans leur motivation de nous rejoindre, je pense.

Le mercato est encore long, mais est-il déjà bouclé selon vous ?

Je suis très satisfait de notre mercato. Tous les joueurs ciblés nous ont rejoints. Donc je pense que nous sommes quasiment au complet. Peut-être qu’un ou deux joueurs viendront encore étoffer l’effectif, mais le plus gros du travail a déjà été réalisé.

Quel est votre premier ressenti depuis la reprise le 20 juin avec ce groupe pour la saison 2017-2018 ?

On sent beaucoup plus de maturité qui se dégage. C’était le but recherché avec l’arrivée de ces joueurs d’expérience. Ce vécu est important pour la Ligue 2. Et puis je trouve qu’à quelques années d’intervalle, les mentalités ne sont pas les mêmes, elles ont évolué. Sans tomber dans le discours de l’ancien, je trouve que les joueurs plus âgés sont plus professionnels. Alors que certains jeunes pensent que le talent suffit, et se croient déjà arrivés.

Le groupe de l’ACA

A l’ACA, on essaie d’inculquer des valeurs à nos joueurs. Le travail, l’amour du maillot, l’identité corse. Chaque région a sa propre identité, mais peut-être qu’on est encore un peu plus identitaires (rires). Ces recrues ont joué beaucoup de matchs contre des clubs corses dans leur carrière, et ils savent donc très bien en arrivant ici ce qu’on attend d’eux. On a effectué un gros travail foncier de préparation athlétique, et pour le moment tout se passe dans une bonne ambiance et dans un bon état d’esprit. On aura un petit aperçu de ce que ça va donner sur le terrain le 8 juillet lors de notre premier match amical. Les anciens se disent que le recrutement est de qualité, les nouveaux le pensent aussi.

Après trois saisons à lutter pour le maintien, vous allez donc être cette fois ouvertement plus ambitieux en visant au moins un Top 10 ?

Bien sûr ! On a fini 11e l’année dernière dans la difficulté. Il est donc légitime d’avoir cette exigence-là cette saison.

Vous affrontez Saint-Étienne pour ce premier test amical. Qu’attendez-vous de cette opposition ?

J’ai déjà une équipe qui commence à se dessiner pour débuter. Je pense qu’en terme de temps de jeu, on sera dans du 60 minutes pour les titulaires, et 30 minutes pour les remplaçants.

L’AC Ajaccio réussit souvent très bien à domicile, mais coince loin de ses bases (19e à l’extérieur en 2016-2017) . Il y a eu du mieux en deuxième partie de saison dernière, mais comment comptez-vous remédier à cette problématique cette année ?

On a réalisé un excellent parcours à la maison (3e), mais on pêche à l’extérieur parce qu’on prend trop de buts. C’est pour cela que nous avons renforcé notre secteur défensif avec des gens expérimentés comme Marin, Avinel ou Hergault. Si on veut figurer dans les 10 premiers, on se doit d’être beaucoup plus solide loin de François-Coty. Je trouve que les saisons passées, on s’est trop vite découragés dès qu’un grain de sable venait perturber la machine à l’extérieur. C’est ce qu’on doit réussir à changer. C’est sûr que c’est plus facile de se dépasser et de ne rien lâcher à la maison devant son public et ses proches.

Plus globalement, il n’y a plus aucun club corse en Ligue 1 après la descente du SC Bastia. Quel est votre regard sur cette situation ?

En Corse, les clubs connaissent des difficultés financières pour lutter contre les clubs de L1 sur la durée. Économiquement, c’est difficile d’avoir les moyens de rivaliser. Après, je pense que c’est surtout une question de cycle. A un moment, tout le monde était surpris que la Corse comptait quatre clubs pros avec le CA Bastia en plus du Sporting, de l’ACA et du Gazélec. Sur l’île, le foot est quasiment une religion. Ça prendra peut-être un peu de temps de revoir un club dans l’élite, mais il y aura toujours des clubs de bon niveau en Corse. Alors, pourquoi pas revoir l’ACA en L1 la saison prochaine ?

Propos recueillis par Dorian Waymel

A lire aussi >>

Entretien ML2 – 106, passion, I Sanguinari, ACA…rencontre avec « Perfettu » !

L’AC Ajaccio dévoile ses nouveaux maillots

1 Commentaire

  1. Pingback: MaLigue2 | Interviews : nos présentations des 20 clubs de Ligue 2 - MaLigue2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *