Baptiste Malherbe, directeur de l’AJA « Une validation du projet auxerrois »

baptiste malherbe

Baptiste Malherbe, directeur général de l’AJA

Plus que deux jours avant la finale de Coupe de France AJ Auxerre – PSG. Après l’aspect sportif abordé hier avec Jamel Aït Ben Idir, entretien avec le directeur général du club, Baptiste Malherbe, pour aborder d’autres aspects de la vie générale du club auxerrois.

MaLigue2 : Au-delà de l’aspect sportif, quelle dynamique le parcours de l’AJ Auxerre en Coupe de France a-t-il engendré ?

Baptiste Malherbe : C’est surtout un dynamisme médiatique illustrant la remise en avant du projet de l’AJA, avec la formation et un retour au meilleur niveau, après deux années délicates. Il y avait déjà eu la Gambardella l’an dernier qui avait donné un coup de projecteur sur la formation. La Coupe a toujours fait partie de l’histoire du club, que ce soit au niveau national ou européen. On a senti un engouement dès le quart de finale, les gens y sont très attachés et cette victoire à Brest a fait beaucoup de bien. On a eu la chance de recevoir Guingamp pour une affiche très sympa entre deux clubs très attachants avec un stade plein et une rencontre de toute beauté, avec un scénario qui a offert un vrai beau match de Coupe. Cette qualification en finale permet de mettre en avant le projet mené par Guy Cotret depuis un an et demi et le rend plus palpable.

Cela vous permet aussi de redonner une visibilité économique auprès de vos partenaires, que n’apporte pas forcément la Ligue 2 au quotidien ?

Tout à fait, même si en Coupe de France les sponsors ne sont pas les mêmes. Cela nous a conforté sur le fait que le club revenait dans la bonne direction et redevenait compétitif, avec en parallèle le championnat, où nous n’étions pas très loin du podium jusqu’à 3-4 journées de la fin. Les partenaires voient qu’il se repasse des choses positives autour de l’AJA, ce qui leur a été présenté se réalise avec une équipe compétitive et des jeunes du centre de formation qui passent en équipe première, certains jeunes de l’épopée Gambardella qui retrouveront le Stade de France un an plus tard pour la finale de la grande soeur… Cela les conforte dans leur choix de soutenir l’AJA pour ses valeurs de formation et son projet de remontée en Ligue 1, c’est un des aspects qui consolide nos relations avec les partenaires. C’est une validation globale du projet de retour au plus haut niveau du club.

aja-club89

Les partenaires du club 89 autour du coach et du président Cotret.

Vous avez également un projet d’accueil des partenaires dans des nouvelles loges pour consolider cette dynamique ?

On y travaille depuis quelques mois, nous déposons bientôt les permis de construire. Il y a une vraie attente, les tribunes VIP étaient remplies à 100% depuis le début de la saison. On va créer de nouvelles places réceptives pour améliorer nos revenus commerciaux, tout en faisant adhérer nos partenaires à ce nouveau dynamisme. L’AJA a souvent été un club malin et précurseur, on a imaginé un système original avec les partenaires, qui se sont engagés sur plan pour des loges personnalisés. Ils sont engagés sur le long terme avec nous.

La Ligue 2 n’est-elle pas un championnat plus exigeant dans le sens où c’est plus difficile de faire parler de soi, de faire venir les gens au stade, d’attirer des sponsors…votre travail en devient-il plus compliqué ?

Le métier administratif est le même en Ligue 1, Ligue 2 voire National où de plus en plus les clubs se professionalisent. Il y a en effet plus d’engouement et d’attractivité commerciale en Ligue 1, il y a aussi plus d’exigence du haut niveau et donc plus d’attente des partenaires, des médias… La vie en Ligue 2 est plus difficile, notamment pour un club comme Auxerre : les revenus TV ne sont pas comparables, chaque revenu de billetterie ou sponsoring est encore plus vital.

C’est vrai qu’en Ligue 2 il faut que tous les clubs arrivent à valoriser davantage cette compétition, qui est un beau championnat. Il faut aussi que la Ligue nous accompagne sur son développement.

aja_gambardella2014

De la Gambar 2014 à la Coupe de France 2015, l’histoire serait belle…

La réforme décidée par la Ligue la semaine dernière ne semble pas aller dans ce sens…

C’est un scandale, totalement contraire à l’esprit sportif et décidé avec si peu de délais. Fermer les accessions, fermer cette pyramide qui existe dans tous les pays au haut niveau, c’est contraire au football qu’on aime. J’aime le sport pour les exploits sportifs et les émotions qu’il peut procurer, je me réjouis de voir Guingamp, Auxerre, Sochaux ou Evian en Ligue 1. C’est ce qui fait le charme du sport et c’est mieux quand on favorise la mixité.

Votre quotidien est très chargé jusqu’à samedi, c’est un soulagement de voir arriver cette finale ?

(rires) C’est assez chargé depuis un moment, tout le club est à pied d’oeuvre avec un remarquable travail effectué par les équipes : on a réussi à emmener 20 000 auxerrois au Stade de France, le plus gros déplacement jamais organisé par le club avec plus de 130 bus, c’est déjà une réussite pour toute l’équipe administrative.

On a une semaine chargée mais le plus dur est presque fait, les réunions de sécurité ont déjà eu lieu, la réunion à la Fédération aussi, les derniers billets sont vendus… On peaufine le protocole et on a aussi la préparation de la saison prochaine qui nous occupe. Les joueurs sont partis au vert, la conférence de presse aura lieu demain puis la dernière réunion technique samedi matin. Et après, la grande finale !

Crédit photos : AuxerreTV, AJA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *