Téléchargez notre application Ligue 2

Bilans de la trêve (7/20) – Greg Ursule (Rodez) : « Un début de saison décevant par rapport à ce qu’on avait prévu »

Championnat

Dans une saison à quatre descentes directes, la marge d’erreur est infime cette saison pour les clubs de Ligue 2. Dans cette optique et après un début de saison très difficile à domicile, Rodez a décidé de nommer Didier Santini à la place de Laurent Peyrelade sur le banc. Manager général du RAF, Greg Ursule dresse pour MaLigue2 un premier bilan à la trêve internationale.

A lire aussi >> Rodez – Le prix du billet le moins cher divisé par trois après les travaux

Le bilan sportif

« On a eu un début de saison décevant par rapport à ce qu’on avait prévu. Même si on se rend compte que sur les expected goals, on est à notre place, ça correspond à ce qu’on a produit et ce n’est pas ce qu’on souhaitait. Il y a eu deux phases en ce début de saison : un première avec une prise de repères et une seconde où ce qu’on a fait dans le jeu, c’était beaucoup mieux », analyse Greg Ursule.

Sans victoire à domicile pour le moment, le compte n’y est évidemment pas pour le manager général du club. « C’est décevant. On a toujours envie de bien figurer devant notre public, on est la seule équipe à ne pas encore s’être imposée à domicile. Mais on a eu des circonstances atténuantes. Le stade en travaux manque un peu d’âme sans son public. Quand tu as besoin du 12e homme, c’est plus compliquée dans une petite enceinte. Avec notre nouvel écrin à partir du 30 décembre, j’espère que cela va nous donner un coup de boost pour écrire une nouvelle page de ce championnat à domicile. »

Le choix pas évident de changer de coach

Au-delà des résultats sportifs, la première phase de championnat a surtout été marquée par la séparation avec l’entraîneur Laurent Peyrelade, qui avait conduit le club du National 2 à la Ligue 2 avec plusieurs maintiens successifs. « Comme on l’avait publié sur le site, c’était vraiment une décision prise à contre-amour. Cela faisait 7 ans qu’on bossait ensemble. On a vécu tous les grands moments du club en partant de CFA, ce n’était pas un choix facile. Mais le fait qu’il y ait 4 descentes cette année et compte tenu de notre dynamique de points et de nos résultats à domicile, on a pris la décision de changer. Il y avait un problème de dynamique sportive, on ne voyait pas comment trouver les ressources pour l’endiguer. Ce choix ne nous donne aucune certitude mais avec les 4 descentes, l’enjeu est très fort et on a pensé que ce serait peut-être une bonne décision, on verra le 2 juin si c’était le cas ou pas. On sait qu’on joue le maintien, on connaît notre ADN. On avait un peu plus d’ambitions cette saison mais on avait décidé de faire un mercato plus tardif pour avoir des joueurs de plus grande valeur. Mais ils sont arrivés avec des états de forme différents donc le XI de départ changeait souvent. On a eu aussi la possibilité de vendre des joueurs et ce n’était pas forcément prévu (Malanda par exemple, ndlr). Tous ces détails mis bout à bout font que notre début de saison est mitigé et décevant. On compte énormément sur la préparation de cette 2e partie de saison avec un effectif complet et au même état de forme. »

Cette mission maintien devra donc se dérouler désormais sous les ordres de Didier Santini, qui n’a pas encore évolué en numéro 1 en Ligue 2 mais qui compte une solide expérience du National 1. « On a toujours voulu des coachs qui avaient une grosse envie de participer à notre projet. C’est lui qui nous a le plus séduit par son discours sans demander des moyens supplémentaires en termes d’effectif ou de staff. Il fallait qu’il parte avec le staff en place, c’était une donnée importante. Didier a montré dans les différentes équipes par lesquelles il est passé qu’il arrivait toujours à tirer la quintessence de son effectif, d’où notre choix de le nommer à Rodez. Au niveau mercato, on laisse à Didier l’opportunité de faire l’audit de l’effectif même s’il a déjà regardé tous les matchs. On pourra éventuellement bouger en janvier mais a priori ce n’est pas la première idée. »

L’équipe-type (3-5-2) selon les temps de jeu :

M’Pasi – Raux-Yao, Mouyokolo, Chougrani – Senaya, Danger, Boissier, Ouammou, Abdallah – Corredor, Deprès.

Sur le banc : Cibois, Vandenabeele,  Mendes, Valério, Far, Rajot, Coelho.

Le pronostic de ML2 :

Rodez est habitué à jouer le maintien et a toujours réussi à relever la tête depuis sa montée en Ligue 2 pour surmonter les séries difficiles et assurer sa place dans cette division. Mais une grosse inconnue survient cette saison : comment le groupe va réagir au changement d’entraîneur avec le départ de Laurent Peyrelade, qui était sur le banc depuis de nombreuses saisons ? L’effectif est quantitativement et qualitativement taillé pour finir au minimum 16e mais il faudra pour cela inverser la tendance à domicile, où l’équipe n’a pas encore gagné le moindre match devant son public.

Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications