Téléchargez notre application Ligue 2

Anciens de Ligue 2 – Que deviennent les entraîneurs partis la saison dernière ?

Championnat

Les bancs de touche n’ont pas manqué de connaître du mouvement cet automne, quelques clubs ayant profité de le longue trêve internationale pour redéfinir leurs projets sportifs. Si les mandats peuvent se terminer d’un jour à l’autre, le parcours pour retrouver un banc de touche est autrement plus long. Bon nombre de coachs sont encore dans l’attente d’un nouveau challenge.

À lire aussi >> Nimes – Un nouvel analyste vidéo et des retours de blessure

Ils sont toujours en Ligue 2

La saison dernière, Olivier Guégan n’avait pas atteint la trêve hivernale  avec Valenciennes, limogé au bout de 14 journées alors que le club nordiste flirtait avec la zone de relégation (16e). L’ex entraîneur de Reims et de Grenoble est celui qui a le mieux rebondit puisqu’il est à présent le coach de Sochaux qui lutte pour la montée en Ligue 1. Guégan avait été remplacé par l’entraîneur de l’équipe réserve, Christophe Delmotte qui a lui aussi quitté le club à l’issue de la saison. Alors qu’il avait prolongé son contrat et décidé de réintégrer le centre de formation, l’ancien joueur de Lens a quitté le Hainaut quelques jours plus tard pour devenir l’adjoint de László Bölöni eu FC Metz.

Ils ont retrouvé un poste

La barrière de la langue et un projet de jeu un peu trop ambitieux, basé sur le gegenpresssing, avaient fait du court mandat de Daniel Stendel à l’AS Nancy un calvaire. Le technicien allemand est rentré au pays pour devenir coach de la réserve d’Hanovre (Regionalliga Nord, 4e  niveau) : un vrai retour à la case départ pour le technicien qui avait entraîné l’équipe première du club il y a quelques années. Il est actuellement 3e de son championnat, au coude-à-coude avec la réserve de Hambourg. Il avait été remplacé pendant près de trois mois par Benoît Pedretti pour un long intérim. Ce dernier a retrouvé, comme il le souhaitait, la réserve de l’ASNL, 4e  en National 3 Grand Est, tout en poursuivant sa formation d’entraîneur.

Limogé par Bastia quelques mois après avoir décroché la montée depuis le National 1, Mathieu Chabert avait retrouvé un poste quelques semaines plus tard, à Châteauroux mais à de nouveau été débarqué il y a quelques jours. Le club de Quevilly-Rouen Métropole souhaitait conserver Bruno Irlès, débauché par Troyes en Ligue 1. Pour ce dernier, vite contesté par le public, l’aventure à l’étage supérieure s’est interrompue au mois de novembre, alors que l’ESTAC est 13e de L1 mais sans victoire depuis sept journées.

Ils cherchent encore

David Linarès avait été le tout premier à « sauter » lors de la saison 2021-2022. Dans la foulée d’une relégation en Ligue 1 avec Dijon et une fin d’exercice 20-21 catastrophique, l’ancien milieu de terrain n’avait pas réussi à redresser la barre, forçant le président Delcourt a arrêter les frais au bout de cinq journées. Depuis, l’ancien Lyonnais est toujours sans club. il avait été cité du côté de QRM au printemps dernier mais c’est finalement Olivier Echouafni qui avait hérité du banc.

La trajectoire de Pascal Planque avait été similaire à Nîmes : adjoint (de Jérôme Arpinon) bombardé entraîneur principal pour une mission maintien en L1 sans succès, il était resté un peu plus longtemps aux commandes de Crocos moribonds avant de perdre sa place au mois de janvier 2022. Son successeur, Nicolas Usaï, a lui aussi été remercié. À Grenoble, Maurizio Jacobacci n’avait tenu qu’une moitié de saison, avec un bilan peu reluisant, plombé par une humiliation contre Andrézieux-Boutheon (0-3) au 8e tour de Coupe de France. Celui qui a fait l’essentiel de sa carrière en Suisse avait été pressenti à Yverdon en D2 helvète au mois de juin puis devancé par un certain Marco Schällibaum.

Enfin, trois entraîneurs avaient pu terminer la saison avant de quitter la Ligue 2 en juin dernier. Insatisfait des ambitions et de la discipline à Dijon, Patrice Garande est libre. Son nom a été évoqué du côté de Saint-Étienne, un club qu’il suit de très près. Paul Le Guen a fait les frais d’un changement de direction au Havre et se fait discret depuis. Enfin, Fabien Mercadal, après avoir sauvé QRM au bout des barrages, avait quitté le club pour des raisons personnelles. S’il n’excluait pas de reprendre du service, il devrait rester dans le Sud de la France à court terme.

Crédit photo : Dave Winter/Panoramic/Imago

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications