Téléchargez notre application Ligue 2

Paris FC – Thierry Laurey : « Je comprends la déception des gens »

Championnat

Vainqueur d’un seul match sur sept au stade Charléty depuis le début de saison, le Paris FC a pris la mauvais habitude de décevoir son public. Samedi, lors de la 15e journée de Ligue 2, le club de la capitale est encore passé à côté d’un match à domicile, battu 4-1 par le FC Metz. Alors que quelques supporters ont réclamé sa démission pendant la rencontre, Thierry Laurey a livré son analyse de la situation.

À lire aussi >> Jean-François Soucasse, président exécutif de l’ASSE : « On ne peut pas laisser Laurent Batlles seul face aux difficultés du club »

« Je comprends la déception des gens.  Ils sont déçus par ce qu’ils voient à la maison et c’est normal. Mais quand j’entends crier mouiller le maillot… Les joueurs se battent et il y a des bons mecs… C’est une grosse déception car on voulait rééquilibrer le delta avec les matchs à l’extérieur. On espérait se rapprocher des équipes de devant. C’est dommage de réussir une bonne opération la semaine dernière à Bastia et de ne pas confirmer chez nous face à une équipe de Metz, qui aurait pu être abordable par rapport à ce qu’on avait montré lors de l’entame. Ces erreurs, on ne les commet pas à l’extérieur où on effectue des matchs de qualité, constate Laurey. C’est malheureux, ça commence à être pesant. On essaye de trouver des explications, de changer des choses mais on ne voit pas une amélioration nette. C’est même pire. »

Sur le deuxième penalty concédé en début de match, suivi de l’exclusion pour contestation de Samir Chergui : « Je n’en veux pas à l’arbitre. On ne peut s’en prendre qu’à nous-même si on prend des buts à la limite du risible. Mais le 2e penalty sifflé contre nous n’y est pas pour moi. Si on n’a pas le droit de défendre dans la surface, il faut nous le dire… Mais nous, on n’a pas le droit de s’énerver de la sorte. J’en veux à Samir. On s’est tiré une balle dans le pied et on est longtemps resté au bord du précipice […] Après à dix, on doit savoir se survolter, dépasser sa fonction. Mais il y a eu des joueurs qui n’ont pas eu le même degré d’exigence que les autres. »

Source : Le Parisien

© Photo Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications