Téléchargez notre application Ligue 2

Niort – Mathieu Michel : « Des retournements de situation, on en a déjà vu plein »

Championnat

Cinq matchs sans victoire et sans marquer de but en Ligue 2. Chaque semaine, le diagnostic s’aggrave pour les Chamois Niortais. Samedi contre Grenoble (0-3) la défense s’est mise au niveau de l’attaque. Le gardien de but, Mathieu Michel, n’a pu que constater les dégâts. Interrogé par Ouest-France, ce dernier estime que l’équipe a encore les ressources morales pour rétablir la situation.

À lire aussi >> Rodez – Laurent Peyrelade : « Revenir au score contre une très grosse équipe, ce n’est pas très facile »

« Forcément, une atmosphère un peu lourde. On est dans une situation compliquée. On sortait de deux matches sérieux et cohérents, que ce soit ici contre Guingamp (0-0) ou à Caen (1-0). On voyait que commençait à intégrer le système de jeu du coach. Samedi soir, même si on ne peut pas se réfugier derrière ça, les faits de jeu nous font évidemment mal. Quand on joue à dix, dans une situation comme la nôtre, alors que déjà à onze, c’est compliqué […] J’ai vécu dans ma modeste carrière beaucoup de maintiens, notamment à Nîmes, où on était bons derniers à la trêve, avec dix points de retard. Et on s’en est sorti. Le plus dur dans ces cas-là, c’est de garder un groupe uni, de ne pas s’éparpiller, de ne pas s’affoler non plus. Le championnat est encore très long, et malgré la déception, il faut lever la tête et se réfugier dans le travail. On a une équipe soudée, oui, mais qui est jeune, avec ses qualités et ses défauts. Dans le vestiaire, qui vit relativement bien, on se dit qu’il faut s’appuyer sur ça. Des retournements de situation, on en a déjà vu plein. Il faut trouver le déclic qui nous fera retrouver cette confiance. Pour cela, il faut s’appuyer sur notre mental, notre combativité et notre solidarité […] Une des choses les plus importantes dans une saison, c’est la force d’un vestiaire, qui est primordiale dans ces situations-là. Quand tout va bien, c’est un peu plus facile, mais quand c’est dur, c’est là qu’il faut garder de la cohésion. Aujourd’hui, on est dans une série très compliquée, et on va avoir besoin de ça. L’enthousiasme des jeunes, il faut s’en servir, et apprendre de nos erreurs. »

Photo Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications