Téléchargez notre application Ligue 2

Ligue 2 – Les Tops/Flops du multiplex de la 8e journée

Championnat

Après un début de soirée poussif, la 8e journée de Ligue 2 a finalement été riche en enseignements, avec la prise de pouvoir du FC Sochaux et la première victoire du Pau FC: voici le Tops et les Flops de la J8 !

À lire aussi >> Ligue 2 (J8) – Sochaux remporte le « Dafico », Caen se réveille et Pau gagne enfin !

Les tops

Le nouveau Sochaux triomphe encore !

On pouvait soupçonner un certain esprit de revanche au FC Sochaux-Montbéliard à l’heure d’aller défier Dijon au Stade Gaston-Gérard, après un été tendu entre les deux clubs, sur fond de transfert de l’entraîneur Omar Daf, du Doubs vers la Côte-d’Or. Le staff du DFCO avait beau bien connaître les Weissebeck, Kalulu, Mauricio et consorts, le FCSM a montré qu’il était passé à autre chose. Ce sont les recrues franc-comtoises qui ont fait le spectacle : superbe centre de Faussurier sur la tête de Sissoko sur l’ouverture du score et un numéro de Doumbia dans la surface pour faire le break (2-0). Les trois premières journées difficiles sont un lointain souvenir pour le FCSM version 2022-2023 qui reste sur cinq victoires d’affilée. Pour retrouver une telle série en championnat, il faut remonter à l’époque des Oruma, Pedretti, Pagis, Frau, Monsoreau, Gnanhouan… et Daf

Pau, la persévérance paie

Avec un effectif bouleversé cet été, le Pau FC a montré de sérieux signes de difficultés en début de saison. Après avoir retrouvé une certaine stabilité défensive, les hommes de Didier Tholot ont probablement livré leur meilleure prestation offensive à Laval, malgré un seul but, tardif, marqué par Mons Bassouamina (1-0). La formation béarnaise abandonne la 20e place à Rodez après sa première victoire de la saison. Seule petite ombre au tableau, la sortie sur blessure, tôt dans le match (26e minute) d’Erwin Koffi. Le latéral droit semblait touché à la cuisse.

Annecy ultra-solide

Les premiers pas du FC Annecy en Ligue 2 avaient été délicats, avec trois défaites d’affilée contre des adversaires pas toujours plus inspirés mais souvent plus efficaces. Il semble que les leçons aient été retenues par l’équipe de Laurent Guyot. L’équipe de Haute-Savoie s’est muée en un modèle d’efficacité et reste invaincue depuis cinq journées à présent. Mieux, le FCA n’a pas concédé le moindre but lors des quatre derniers matchs. 12e du championnat avec la quatrième meilleure défense, le promu ne se laisse plus bousculer. Et comment passer sous silence la magnifique demi-volée d’Alexy Bosetti, célébrée avec son coéquipier Alexandre Phliponeau, sorti sur civière quelques instants plus tôt.

Bonus : retour gagnant pour Jessy Deminguet

Après un mercato qui ne s’est pas déroulé comme il l’espérait, Jessy Deminguet était de retour dans le groupe caennais ce week-end. Le milieu de terrain n’a pas tardé à se remettre dans le bain contre Amiens (3-1) : entré à la 27e minute, il a signé deux passes décisives.

Les Flops

La traversée du désert pendant 45 minutes

Le coup de tête inspiré d’Ibrahim Sissoko (voire plus haut) pour Sochaux était plus que bienvenu après 26 minutes de multiplex. Il est venu sauver une première période exceptionnellement improductive. En 45 minutes et sur huit terrains différents, aucun autre but n’aura été marqué. Fort heureusement, la Ligue 2 s’est réveillée à partir de 20 heures, avec 13 buts lors des secondes périodes.

Un bien triste Nîmes-Bastia

17 fautes côté nîmois, 20 pour Bastia : le multiplex a fait peu de crochets par le Stade des Costières samedi soir (0-0), si ce n’est pour  constater que le match était haché, et peu emballant. Les Crocos terminent à 10 après l’exclusion de Vargas, Bastia à neuf après un double jaune du capitaine Christophe Vincent et un geste plus maladroit qu’agressif de Frank Magri sur Maël Duran De Gevigney. Contre Dijon (1-0), Bastia était ressorti vainqueur d’une soirée tendue. Cette fois, il y aura peu de choses à retenir. Côté gardois, on « patine », de l’aveu même de Nicolas Usaï.

Laval, la fête est terminée

Les choses sérieuses commencent pour le Stade Lavallois. Après un début de saison séduisant, dans l’euphorie du titre en N1 et de la montée, les Tango sont brutalement revenus sur terre et restent à présent sur quatre défaites consécutives. La défaite contre Pau (0-1) à Francis-Le Basser plonge l’équipe dans une nouvelle réalité : celle de la zone de relégation et des points qui valent très cher. Après l’euphorie des premières semaines, l’heure est à la « déception » et à « l’impuissance » pour Olivier Frapolli. Il va vite falloir s’adapter à ce soudain refroidissement d’ambiance.

©Photo by Vincent Poyer/FEP/Icon Sport 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications