Téléchargez notre application Ligue 2

Ligue 2 – Les favoris de la rédaction pour la saison 2022-2023 !

Championnat

Comme chaque année, vous pourrez reprendre cet article fin mai pour pouvoir nous aduler ou au contraire nous huer. Personne ne peut dire aujourd’hui quel sera le classement final de la Ligue 2 version 2022-2023, mais nous allons tenter de le faire ! Ou au moins de désigner nos principaux favoris pour jouer la montée et plus globalement le haut de tableau, puisque seulement deux montées directes auront lieu à l’issue de cette saison sans barrage. C’est parti !

Retrouvez toutes nos interviews du tour des clubs de Ligue 2 en cliquant ici

Favoris trois étoiles (***) : Saint-Etienne et Paris FC

La saison dernière, le Paris FC avait déjà obtenu trois étoiles par notre rédaction. Comme souvent, le club de la capitale a très bien commencé avant de baisser un peu le pied. Malgré tout, le PFC a vite consolidé sa place dans le Top 5 avant de vivre un Play-Off 1 rocambolesque. Ceci dit, Paris apprend un peu plus de ses échecs chaque année. Thierry Laurey dispose déjà d’une excellente base, et le mercato estival nous semble fort judicieux (Hamel, Phiri, Le Cardinal, Lasne…) pour améliorer encore d’un cran l’effectif. De plus, Paris n’a pas vraiment perdu de joueurs majeurs. De quoi en faire un solide prétendant à l’élite une nouvelle fois.

A ses côtés, nous avons longuement hésité à placer Saint-Etienne à trois ou deux étoiles. Dans les côtés négatifs : la relégation dramatique à digérer, les trois points de pénalité et les huis clos à subir en début de championnat, et le flou qui entoure encore la vente du club. Dans les côtés positifs : un nouveau projet séduisant mis en place autour de Laurent Batlles, qui connaît la recette pour monter avec un jeu chatoyant, et un recrutement effectué en ce sens avec des habitués de Ligue 2, voire de L1 (Briançon, Chambost, Giraudon, Lobry, Cafaro…). Bien sûr, les débuts risquent d’être compliqués le temps que le mercato fasse son œuvre pour dégraisser puis régénérer l’équipe. Mais Sainté se doit de jouer le haut de tableau, et avec son budget, peut légitimement viser une des deux premières places malgré les handicaps du départ.

Favoris deux étoiles (**) : Caen, Metz, Sochaux

Habitué malheureux de l’ascenseur, le FC Metz sait comment bien négocier une relégation. La dernière fois en 2018, les Grenats étaient d’ailleurs remontés directement. Cette fois, la tâche sera plus ardue avec un ticket de moins vers l’élite. Mais pas impossible. Si Laszlo Boloni n’est pas le coach le plus réputé pour le beau jeu, au moins va-t-il pouvoir reprendre en mains un groupe qui reste sur un échec. Si la seule arrivée jusqu’à présent est celle d’Ismaël Traoré, elle en dit long sur les ambitions messines de ne pas s’éterniser à cet étage. Le visage de l’équipe risque de bien évoluer d’ici au 1er septembre, mais Metz peut faire partie des sérieux outsiders cette saison et sera sans doute difficile à bouger.

Un retour en L1, Sochaux en rêve depuis 2014. La progression sous l’ère Omar Daf a été constante ces dernières années, jusqu’à la belle 5e place obtenue l’an passé. Avec de la continuité, le FCSM aurait sans doute obtenu les trois étoiles. Mais la principale inconnue réside le changement d’entraîneur avec l’arrivée d’Olivier Guégan. Qui dit nouveau coach dit forcément nouvelles méthodes. Si l’effectif reste très solide et complet sur le papier, la mayonnaise va devoir rapidement prendre au niveau tactique et dans les principes de jeu. Il y aura aussi plus de concurrence, et donc des choix à gérer pour un groupe qui était assez peu habitué à cela ces dernières années.

Enfin avec deux étoiles, nous avons choisi de placer le SM Caen également. Stéphane Moulin a pris le pouls du club la saison dernière et peut faire franchir un nouveau cap à un groupe qu’il aura cette fois beaucoup plus façonné. Malherbe a réalisé une deuxième partie de saison encourageante et a bien analysé ses adversaires pour réaliser un recrutement peu onéreux et cohérent pour la division (Thomas, Mandréa, Daubin, Essendé, Ntim, Brahimi…). Reste néanmoins à digérer la perte de cadres comme Johann Lepenant ou Jessy Deminguet, sans compter les sollicitations pour les Ali Abdi ou Alexandre Mendy. Sur le papier s’il n’y a pas trop de départs, Caen a toutes les armes pour s’inviter parmi les bonnes surprises de la saison.

Favoris une étoile (*) : Dijon, Amiens, Guingamp

Enfin, terminons le tour de nos favoris avec les clubs à une étoile. Dijon a beaucoup déçu l’an dernier pour son retour en L2 malgré un recrutement ambitieux. L’arrivée d’Omar Daf peut permettre à un groupe talentueux de se remettre complètement au travail, et de donner enfin la pleine mesure de ses capacités entraperçues à de trop rares reprises la saison passée. Aux cadres (Reynet, Congré, Le Bihan…) d’élever leur niveau et d’emmener dans leur sillage tout le DFCO. Dans le même ordre d’idée, Philippe Hinschberger a pu faire un peu de ménage au sein de son effectif, a pu le réduire pour partir en mission avec un groupe plus homogène. S’il ne figure pas parmi les gros favoris, Amiens a le potentiel et les infrastructures pour faire partie des outsiders. Il faudra pour cela trouver plus de régularité et de solidité défensive. Enfin, Guingamp a conclu la saison passée à la 6e place avec une deuxième partie de saison canon. La préparation a été hyper positive avec Stéphane Dumont et ses principes de jeu sont bien assimilés. Gros bémol : les pertes de M’Changama et Pierrot pour le moment pas encore vraiment remplacées, même si l’expérimenté Baptiste Guillaume est venu renforcer l’attaque bretonne. Mais du côté d’EAG, la force résidera surtout dans son collectif plutôt que par les individualités.

Ils n’ont pas été cités…. Bordeaux, Le Havre, Nîmes…

Bordeaux devrait faire figure de favori avec son budget et son passé de club de L1. Mais le retard accumulé pendant le mercato et la prépa risque d’être difficile à combler. Surtout, l’effectif est aujourd’hui bien trop jeune pour pouvoir prétendre sur la régularité jouer le haut de tableau. Il faudra d’autres recrues du calibre des Nsimba et Barbet pour faire franchir un cap au FCGB. Avec quatre relégations directes, attention d’ailleurs à ne pas jouer avec le feu car le FCGB sera attendue chaque week-end au tournant par ses adversaires.

Avec son tout nouveau projet piloté par Mathieu Bodmer et Luka Elsner, Le Havre part dans l’inconnu. Le temps que tout cela se mette en place, il nous paraissait difficile de lui mettre une étoile. D’autant que les premières recrues arrivées au mercato ne sont pas vraiment placées sous le signe de la data mais plutôt de l’urgence pour encadrer un effectif très très jeune.

Enfin, on aurait également pu parler de Nîmes ou Grenoble. Mais la saison passée a montré qu’il existait encore un gap avec le haut de tableau et les deux clubs n’ont pas vraiment affiché l’ambition de vouloir absolument s’inviter dans le Top 5 pour débuter la saison. A surveiller en revanche pour faire partie des bonnes surprises éventuelles.

Concernant toutes les autres équipes, nous avons considéré qu’elles seraient plutôt aptes à lutter en milieu de tableau ou pour le maintien compte tenu des recrutements et/ou des budgets plus limités dans cette division.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications