Téléchargez notre application Ligue 2

Bilan Ligue 2 – Caen a retrouvé une dynamique et a reconquis son public

Championnat

Après de nombreuses turbulences et un crash évité de justesse l’an dernier, Caen a enfin su reprendre de l’altitude en deuxième partie de saison et a trouvé sa vitesse de croisière. Stéphane Moulin et ses joueurs semblent former un groupe uni, prêt à passer un cap en Ligue 2. Encore faut-il que cet effectif soit conservé au mieux pendant l’été. Penchons-nous sur le bilan du Stade Malherbe et sur son potentiel pour jouer les premiers rôles en 2022-2023.

A lire aussi >> Mercato Caen – Romain Thomas : « Ma décision n’est pas prise »

Crédit photos : Christophe Saidi/FEP/Icon Sport

Des débuts très inquiétants, puis une phase prometteuse 

Le SM Caen a mal débuté la saison, son entraîneur en est parfaitement conscient. Malgré une 17e place l’an dernier, il n’était pas concevable pour Malherbe de refaire un parcours si décevant. Et pourtant, le club s’y dirigeait tout droit. Car après deux victoires pour ouvrir le bal, Caen a progressivement plongé vers le bas du tableau, jusqu’à atteindre la 17e place à la 17e journée ! « On n’y arrive pas, tout simplement, déclarait Stéphane Moulin en novembre 2021. Cela ne suffit pas de courir. On a des manques. Mon rôle aujourd’hui, c’est d’aider les joueurs, parce qu’ils sont en grande difficulté. Leur taper dessus ? Je ne pense pas que ça nous mène où l’on veut aller. Ce n’est pas pour les protéger. Aujourd’hui, on est malades. Mon rôle c’est de trouver les bons remèdes. »

Les bons remèdes ont bien été trouvés, sans contestation possible lorsque l’on regarde les résultats qui suivent. Toujours 16e de Ligue 2 à la 21e journée, le Stade Malherbe entame une belle remontée jusqu’à la 6e place, occupée lors des 31e et 32e journées, avant de finir à la 7e, derrière Guingamp. Même si les Caennais n’ont gagné qu’un seul match sur les six derniers, on sent tout de même une dynamique très positive autour d’un club qui semble être en train de renaître de ses cendres. En particulier à domicile, puisque d’Ornano est enfin redevenu une forteresse. Depuis la 20e journée (défaite 0-2 contre Niort), Malherbe n’a plus perdu de match à la maison.

Avec la 5e attaque et la 11e défense de Ligue 2, il est facile d’identifier les points forts de Caen. En effet, le club possède dans ses rangs le troisième meilleur buteur du championnat, Alexandre Mendy (16 buts, dont 5 penaltys, deux passes décisives). Nuno Da Costa, arrivé blessé en fin de mercato estival, a mis du temps à se mettre dans le bain mais a complètement explosé à partir du mois de décembre. L’attaquant a en effet marqué 9 buts et donné 3 passes décisives, un bilan très intéressant mais un peu moins impressionnant que Jessy Deminguet, six buts et neuf passes décisives depuis le milieu de terrain !

Un mercato très agité en vue

Malheureusement pour Malherbe, les trois joueurs cités ci-dessus ne resteront peut-être pas au club, malgré la volonté du président Pickeu de vouloir en garder le maximum. Da Costa est la première des évidences, il doit logiquement retourner à Nottingham Forest à la fin de son prêt en Normandie. Mais son club anglais n’avait pas eu besoin de lui cette saison et un match dimanche pourrait sceller le sort du cap-verdien, puisque Forest peut encore monter en Premier League en cas de victoire en finale des play-offs. Une donnée qui pourrait convaincre les Anglais de laisser partir plus facilement certains joueurs. Autre situation impliquant un club outre-Manche : Mendy était il y a quelques semaines sur les tablettes du Celtic, en Écosse. Enfin, Jessy Deminguet n’a plus qu’un an de contrat et pourrait aller voir plus haut dès cet été, si une offre arrange le Stade Malherbe (qui pourrait le perdre gratuitement l’an prochain si pas de prolongation d’ici là).

Crédit photo : Christophe Saidi/FEP/Icon Sport

L’avenir d’un joueur va conditionner beaucoup de choses lors de ce mercato : Johann Lepenant, révélation au milieu de terrain, serait courtisé par un club calibré pour la Ligue des Champions à seulement 19 ans ! Sa cote très élevée, liée à ses performances et son expérience non négligeable (déjà 54 matchs de Ligue 2) pourrait permettre d’équilibrer les comptes avec une jolie vente et d’être ambitieux l’an prochain. « On est partis sur le principe que nous laisserons partir Johann Lepenant. Après, stop pour le reste. On va essayer de trouver un équilibre pour que ça ne soit pas la débandade », avait déclaré le président sur Radio Phénix. En précisant que le jeune milieu pourrait éventuellement être re-prêté dans son club formateur.

Enfin, si l’attaque a donné satisfaction cette saison, il va falloir resserrer les boulons en défense pour espérer pouvoir monter l’an prochain. Les départs annoncés d’Oniangué et de Riou vont laisser de la place à des recrues, mais peuvent aussi créer un déficit en expérience dans ce secteur. Sauf si ce manque est comblé par les arrivées d’anciens angevins proches de Moulin et Pickeu, forts d’une montée et de nombreux maintiens en Ligue 1. Si les anciens du SCO arrivent en nombre à Caen et que les bons joueurs de l’équipe restent en majorité, Malherbe aura une très belle équipe sur le papier. Et que dire des attentes envers Ali Abdi, l’un des meilleurs latéraux de Ligue 2 à gauche, du prometteur Hugo Vandermersch qui est bien revenu de sa grave blessure, ou encore de Sy ou d’Hountondji, qui ont une grande marge de progression également ? Si tous ses paramètres sont bien orchestrés, difficile de ne pas imaginer Caen parmi les outsiders l’an prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications