Téléchargez notre application Ligue 2

Ligue 2 – Les enjeux de la 34e journée

Actualités

Dernière journée de Ligue 2 située en milieu de semaine. Ce mardi à 20 heures, les vingt équipes du championnat retournent au charbon, trois jours seulement après le dernier match. C’est sur ce rythme de forcené que quelques points de non-retour pourraient être franchis aux deux extrémités du classement. Voici les enjeux de la 34e journée.

A lire aussi >> Ligue 2 – Les compositions probables de la 34e journée

Toulouse, un peu plus près des étoiles

Et si Toulouse finissait sa saison par quatre journées de fête ? Le dernier obstacle qui se dresse entre le TFC et la Ligue 1 ne semble être que mathématique. Ce mardi soir, les Violets pourraient s’assurer une des deux premières places en cas de victoire à Sochaux (5e). En plus de devoir s’imposer au Stade Bonal, ce qui n’est pas une mince affaire, les hommes de Philippe Montanier devront espérer des faux-pas d’Auxerre et du Paris FC, sans quoi il faudra patienter quatre jours de plus.

Top 5 verrouillé ?

Les portes des play-offs pourraient se refermer dès ce soir. Si Le Havre (6e), semble avoir accepté son sort, il est encore possible de prolonger le suspense pour les Normands. Le HAC se déplace sur la pelouse d’Amiens. En cas de défaite, les Ciel & Marine diront définitivement adieu au Top 5. Assurées au minimum de disputer les phases finales, les équipes de tête n’auront plus qu’à se disputer les meilleures places. Ajaccio briguera un cinquième succès consécutif, en recevant une équipe de Dunkerque mal en point. l’AJ Auxerre (3e) devra se défaire de son voisin, Dijon, bien décidé à lui rejouer le mauvais tour du match aller. Le Paris FC cherchera à confirmer sa rémission, face à une des équipes en forme du moment : le Stade Malherbe de Caen.

Ligue 2 – Les arbitres de la 34e journée dévoilés

Un dernier effort pour Nîmes et Bastia

Même si cela a eu des effets regrettables sur les performances de certaines équipes, le Nîmes Olympique et Bastia aimeraient rejoindre au plus vide le club de ceux qui n’ont plus rien à jouer cette saison. Gardois et Corses n’ont plus qu’une victoire à obtenir pour ne plus penser au maintien mais celle-ci se fait attendre depuis de nombreuses semaines. Les Crocos n’ont pris qu’un point lors des cinq dernières journées et ira défier Quevilly-Rouen qui joue sa survie. Bastia reste sur trois matchs nuls et une défaite avant de se déplacer à Niort.

Grenoble-Valenciennes : malheur au vaincu !

Au rythme très faible auquel avancent les équipes du dernier quart du tableau, la moindre victoire représente un pas de géant. Le match entre Grenoble (16e) et Valenciennes (15e) au Stade des Alpes vaudra sans aucun doute son pesant d’or. D’un côté, Grenoble, performant lors des confrontations directes et qui sort notamment d’un succès brillant sur la pelouse de Dunkerque. De l’autre, Valenciennes, qui reste sur trois défaites d’affilée et dont le président Eddy Zdziech a tiré le signal d’alarme, lundi, en marge de l’entraînement.

Clap de fin pour Nancy ?

Annoncée depuis de nombreuses semaines, voire depuis quelques mois, la relégation de Nancy pourrait se concrétiser dès ce mardi soir. L’ASNL ira chez le barragiste, Rodez (18e) pour un baroud d’honneur. En cas de revers, les hommes d’Albert Cartier devront prier pour une défaite de Quevilly-Rouen contre Nîmes. En cas de match nul, il faudra que QRM ne s’impose pas ou qu’il n’y ait un vaincu entre Grenoble et Valenciennes. De leur côté, les Ruthénois n’ont toujours pas gagné le moindre match depuis le Nouvel An. Après le coup de gueule du président Murat, les actes ont suivi, avec la mise à l’écart de deux titulaires réguliers, Pierre Bardy et Jordan Leborgne. A cela, il faudra ajouter la suspension de Rémy Boissier. Contre le Paris FC (1-2), les hommes de Laurent Peyrelade ont montré de meilleures dispositions en seconde période, sans pouvoir obtenir un résultat positif.

Enfin, Dunkerque (19e) ne sera pas condamné ce mardi, quoiqu’il arrive mais une sixième défaite consécutive, du côté d’Ajaccio plomberait fortement le moral des Maritimes, qui pourraient se retrouver à six points du barrage dans le pire des cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications