Téléchargez notre application Ligue 2

Rodez – La revanche des anciens Nîmois !

Championnat

Les plus audacieux évoquaient un « derby d’Occitanie » avant Rodez-Nîmes lors de la 17e journée de Ligue 2. En réalité, plus de 200 kilomètres séparent les deux villes et rien dans l’histoire des deux clubs n’indiquent la trace d’une moindre rivalité. Néanmoins, la rencontre de vendredi soir au stade Paul-Lignon avait une saveur particulière pour les Ruthénois qui l’ont emporté (1-0). Et pour cause, plusieurs joueurs du RAF sont d’anciens Nîmois qui ont trouvé là un surplus de motivation.

A lire aussi >> Rodez – Buades, le coup de tête et de piston

C’est notamment le cas de Lucas Buadès, titulaire au milieu de terrain pour Rodez et formé à Nîmes : « J’ai discuté avec pas mal de joueurs avec qui j’étais au centre de formation. On a fait pas mal de conneries ensemble, alors ça a été un sentiment particulier de les affronter, explique-t-il avant de revenir sur son expérience dans le Gard. J’ai eu du mal à montrer ma juste valeur. J’étais considéré comme le jeune qui sortait du centre, donc dans la tête de chacun, il n’y avait pas la même confiance. Ça me booste, je suis revanchard par rapport à mes deux dernières années  (8 apparitions en deux saisons de Ligue 1, ndlr). »

Adilson Malanda, lui aussi ancien du NO ajoute : « Des personnes ont fait des choix puis les ont assumés. Je suis très content d’être à Rodez, où je peux montrer que j’ai quelque chose à jouer.  »

Enfin, Clément Depres, s’il est resté sur le banc ; il revient de blessure ; a lui aussi contribué à la motivation ruthénoise en prenant la parole dans le vestiaire avant le match. « Le coach (Laurent Peyrelade) m’a demandé si je voulais bien en faire une (causerie) avant qu’on entre sur le terrain. Je suis content d’avoir pu m’exprimer parce que c’était mon seul moyen de peser sur le match. ». La prise de parole de l’attaquant a eu son petit effet à en croire Adilson Malanda : « Ses propos ont vraiment joué ce soir. Ça a fédéré tout le groupe pour le mettre sur de bons rails. ». Lucas Buadès renchérit : « Clément n’a pas pu jouer, mais a su décupler notre envie, grâce à lui, on est entré sur la pelouse avec la rage […] Quand ça se passe aussi bien dans un vestiaire, on a le droit de rêver. »

Source : Centre Presse Aveyron

Crédits photo : FEP Panomaric / Imago.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications