Téléchargez notre application Ligue 2

Sochaux – Le président Frankie Yau pointe du doigt le recrutement et les infrastructures « déplorables » du club

Championnat

Depuis sa relégation en Ligue 2 en 2014, Sochaux a toujours l’espoir de pouvoir de nouveau remonter dans l’élite. Après des années sombres marquées par l’ère Ledus ou Baskonia-Alavès, le FCSM s’est bien relevé sous l’impulsion de Nenking. Président du club du Doubs, Frankie Yau s’est rendu sur place depuis pour faire l’état des lieux et un audit de ce qui fonctionne, ou pas, chez les Lionceaux. Dans un entretien accordé à L’Est Républicain, le patron sochalien pointe notamment du doigt les infrastructures ou le recrutement.

A lire aussi >> Sochaux – Mercato, Ligue 1, investissements : le président Frankie Yau donne la feuille de route

« L’argent ne fait pas tout. Il y a plein de facteurs qui entrent en jeu. Par exemple, le recrutement. C’est un secteur qui fonctionne mal et ce n’est pas à cause de l’argent. En matière de coaching, il faut qu’on réfléchisse à des stratégies plus nombreuses pour la Ligue 1. Ensuite, il y a le problème des infrastructures. Les nôtres sont déplorables ! En L1, les clubs ont 10-12 terrains. Il y a de vraies carences à ce niveau-là. Nous avons besoin d’un centre de performance. Et puis il y a les joueurs. Aujourd’hui, nous n’avons pas une équipe de L1 et c’est quelque chose que nous devons préparer, c’est à dire optimiser celle-là pour qu’elle grimpe, puis réfléchir aux changements à opérer pour intégrer de vrais joueurs de L1. Au moins 6 ou 7 joueurs sur lesquels il ne faudra pas se tromper (…). »

Vos commentaires :

  1. C’est quand même facile de sortir ce genre de phrases. De quelle stratégie est il question quand un président tient ce genre de propos? On peut être inquiet sur l’avenir du club? Au bout de deux ans d’absence il est temps de décider: soit le propriétaire fait vraiment quelque chose, soit on arrête tout. Si Monsieur, il faut de l’argent pour faire un club, le valoriser. Regardez donc “la boutique”, on se croirait dans un magasin de village.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications