Téléchargez notre application Ligue 2

Ligue 2 – 14e journée : les statistiques marquantes du week-end

Championnat

Après un Toulouse-Guingamp spectaculaire (2-2) ponctué par les buts d’anthologie de Spierings et M’Changama, le multiplex de samedi s’est déroulé sous le signe de l’imprécision offensive, avec seulement 10 buts en huit rencontres de Ligue 2. Retour sur le week-end en statistiques.

Du gâchis à Armand-Cesari

C’était le « match de la peur » entre Bastia, 19e et Amiens, 18e à Furiani et les attaquants ont peut-être eu les jambes tremblantes en Corse. 16 tirs à 10 mais aucun but entre les deux équipes de haut de tableau.

Dijon, la palme de l’imprécision

Bilan à peine plus reluisant entre Dijon et Paris. 30 tirs pour un seul but. C’est à Gaston-Gérard qu’on a le plus tenté samedi soir. Et encore, le tableau d’affichage n’a été débloqué que par le but contre son camp du Dijonnais Lucas Deaux. L’ancien Guingampais a suppléé malgré lui une attaque parisienne en manque de précision depuis le début de l’automne.

 Dunkerque, le meilleur élève

Avec Rodez (vainqueur 3-0 contre QRM), Dunkerque est la seule équipe à avoir cadré la moitié de ses tirs samedi. 12 tentatives pour 6 cadrées. Face au Havre et Yahia Fofana, un des gardiens les plus en vue de ces dernières semaines, il a fallu un exploit technique de Bilal Brahimi, auteur d’un petit ballon piqué pour marquer le seul but du match.

 Nîmes tourne en rond

C’était déjà le cas la semaine dernière, Nîmes garde le ballon mais ne parvient pas à l’exploiter correctement. Les chiffres sont encore plus parlants que contre Guingamp (défaite 1-3). Contre Niort, les Crocos ont eu la possession pendant les deux tiers de la rencontre (66,6% de possession). Les hommes de Pascal Planque ont réalisé plus du double de passes que ceux de Sébastien Desabre (436 à 183) pour un résultat à peu près identique (défaite 1-2).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications