Téléchargez notre application Ligue 2

Auxerre – Autopsie du crash à Toulouse

Championnat

Cela devait être la plus belle affiche de la 12e journée de Ligue 2, un choc entre deux des équipes les plus séduisantes du championnat. Toulouse leader, Auxerre, 3e avant le coup d’envoi : les deux meilleures attaques face-à-face. Un choc il y a bien eu, mais surtout pour Auxerre. Battus 6-0 au Stadium municipal, les hommes de Jean-Marc Furlan vont devoir se remettre du traumatisme. Le résultat de samedi remet en cause le statut de candidat au titre (ou simplement à l’accession directe en Ligue 1) du club icaunais. Comment l’AJA en est arrivé là ?

A lire aussi >> Auxerre – Jean-Marc Furlan : « Je me demande si l’on sera capables de vivre ou pas parmi les cinq premiers »

Difficile de construire quoique ce soit d’un match qui commence pratiquement à 0-2. Au bout de sept minutes, l’AJA avait déjà craqué deux fois. Avant samedi, Auxerre pouvait se targuer d’avoir la deuxième défense du championnat (la huitième à présent) et de n’avoir jamais encaissé de but avant la 40e minute. Tout a changé à Toulouse avec une entame complètement ratée. Cette défaillance inhabituelle accrédite la thèse de l’accident. Néanmoins, les buts toulousains ne sont pas le fruit d’un malheureux hasard mais plutôt d’une gestion catastrophique de la profondeur de la part des Bourguignons.

Un pressing défaillant

Sur l’ouverture du score, pas de hors-jeu contre Healey qui profite d’un alignement parfaitement aléatoire de la défense bourguignonne. Jubal avance reste haut tandis que Pellenard et Bernard sprintent vers leur but : un décalage qui fait le bonheur de Van den Boomen pour servir l’attaquant gallois. Pas plus d’efficacité sur les remontées balle au pied du TFC. Quand Ratao accélère par deux fois, Alec Georgen, le latéral droit auxerrois n’en finit plus de reculer, semblant attendre l’intervention du milieu de terrain. Résultat, le Brésilien avance à sa guise et marque avant d’offrir une autre balle de but à Mvoué. Côté droit, le bilan n’est pas plus flatteur. Nathan Ngoumou s’est régalé dans les boulevards laissés dans le dos de Quentin Bernard en seconde période.

Une ligne défensive haute, tel est le parti pris de Jean-Marc Furlan. Ce choix est risqué mais peut s’avérer payant lorsqu’il est accompagné d’un pressing efficace. C’était tout sauf le cas samedi. Le double pivot Iyad Mohamed-Birama Touré a vite pris l’eau. Le premier cité faisait sa première apparition, comme titulaire, à 19 ans, en raison des absences de joueurs confirmés comme Sakhi, Coeff ou Ndom.  Les deux récupérateurs auxerrois ont été assez souvent laissés livrés à eux-mêmes par le trio de milieu offensif dont les efforts se sont avérés trop timides (Autret, Hein) voire carrément maladroit avec Rémy Dugimont dont l’exclusion à la 49e minute n’a fait qu’aggraver la situation.

Pas de plan B

Enfin, Auxerre a pêché par obstination samedi. Alors que le 4-2-3-1 était battu en brèche par le TFC. Alors que la réduction à dix joueurs ne faisait qu’annoncer la débâcle défensive, l’AJA est restée fidèle à ses principes de jeu originels, de façon quasi-suicidaire. La défense est restée haute, obligeant Donovan Léon à intervenir à de nombreuses reprises à plus de 20 mètres de sa ligne. Le gardien de l’AJA sait le faire mais sa capacité d’anticipation ne pouvait décemment pas palier toutes les lacunes de placement de ses coéquipiers. A défaut d’éviter ce qui n’aurait été qu’une défaite contre un adversaire, Jean-Marc Furlan aurait pu tenter d’éviter le naufrage. En plus de résoudre les failles tactiques, il va devoir soigner des esprits meurtris après ce match.

A la décharge du coach auxerrois. Avec huit absents dans l’effectif, les solutions n’étaient pas légion sur le banc. Le technicien icaunais n’a d’ailleurs fait que deux changements. Ce qui n’était pas un cadeau pour Iyad Mohamed n’aurait pas été plus profitable à d’autres joueurs inexpérimentés à ce niveau comme Kevin Danois (17 ans), Mohamed ben Fredj (21 ans) ou Nicolas Mercier (18 ans). Plus souvent sur la touche que sur le terrain ces derniers temps, Carlens Arcus est entré au poste inhabituel de milieu droit en fin de match pour remplacer Hein. Le Haïtien, incontestable la saison passée, devrait être revu à son poste de défenseur latéral prochainement, surtout après l’après-midi très compliquée d’Alec Georgen à ce poste.

© Photo Federico Pestellini/Panoramic/Imago

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications