Téléchargez notre application Ligue 2

Anciens de Ligue 2 – So, how ça se passe in Los Angeles pour Kévin Cabral (ex-Valenciennes) et Rayan Raveloson (ex-Troyes) ?

Championnat

Le mot de liaison en anglais So n’est pas un bon terme pour commencer une phrase, en réalité. So veut dire grosso modo donc, et l’utiliser à tout bout de champ en début de phrase est ainsi complètement antithétique, ont l’habitude de dire les profs de la langue de Shakespeare. Il vaut mieux l’utiliser en milieu de phrase, pour faire la liaison entre deux idées. Bref, arrêtons là le point LV1 English, de toute façon, il faudra voir si Kévin Cabral et Rayan Raveloson parlent déjà bien l’American, en espérant qu’ils n’aient pas choppé le tic de langage. En tout cas, pour ce qui est du terrain les anciens joueurs de Valenciennes et Troyes en Ligue 2 n’ont pas eu besoin d’adaptation.

A lire aussi >>VIDÉO – Kevin Cabral et Rayan Raveloson inscrivent leur premier but avec LA Galaxy

Los Angeles, Galaxy

Le passage de la deuxième division aux Etats-Unis ne doit pas être sportivement des plus compliqués. Installations modernes, grands stades, staffs complets, personnel aux petits soins, et un niveau qui semble osciller entre la Ligue 2 et la Ligue 1. En-dehors des terrains, le kiff : american way of life, les belles voitures qui font vroum-vroum, le soleil de LA, et les hyamburgeures (bon, pas trop pour les pros). Un cadre de vie idéal, qui attire de plus en plus de joueurs, comme le duo du Galaxy. Depuis leur arrivée, Cabral et Raveloson font plus que le taff, avec des buts pour les deux, et une 3e place de conférence ouest avec l’équipe angelinos, à la poursuite de Kansas City et de Seattle. Dans une équipe menée par Javier Chicharito Hernandez, le toujours excellent buteur mexicain !

Débuts, des buts 

Un décor parfait, pour des débuts parfaits. Passé l’arrivée et les premiers pas, c’est ainsi qu’on pourrait décrire, jusqu’ici, l’aventure des exs de L2 à Los Angeles. Raveloson, arrivé de Troyes cet été, n’a même pas tardé à tout déchirer. 4 buts en 6 matchs de MLS, la Major League Soccer, alors que le joueur de 24 ans évolue au milieu de terrain ! Des stats assez folles, pour celui qui a juste marqué deux fois en 35 matchs de Ligue 2 avec l’ESTAC, lors du titre troyen. Le Malgache s’éclate, buteur dès sa deuxième rencontre disputée, puis lors des deux suivantes. Avec son numéro 6, il est un titulaire indiscutable de l’équipe coachée par Greg Vanney. Rejoignant aussi Samuel Grandsir, la colonie des éléments passés par la France et la L2 a trouvé un leader, en la personne de l’ex-pilier de Laurent Batlles.

A lire aussi >>Officiel – Kevin Cabral quitte Valenciennes pour la MLS !

Enfin, Kévin Cabral est arrivé avant son coéquipier. En janvier, le transfert de VA à LA avait pu étonner, début avril et en plein milieu de la saison nationale… Alors que le virevoltant ailier de 22 ans réalisait une saison assez bluffante (7 buts, 4 passes) ! Il a donc fait le choix de la destination exotique, originale, plutôt que de rester dans le Hainaut. Après des débuts timides, l’offensif a commencé à se chauffer, pour comptabiliser aujourd’hui 14 matchs avec le Galaxy, deux buts, et une passe décisive. Surtout, le détonateur régale avec ses dribbles, régulièrement mis en avant sur les réseaux du club. Le genre de joueur-spectacle, mais aussi décisif, qu’apprécient les ricains et le public outre-Atlantique. On ne saurait leur en vouloir. Voir jouer Kévin Cabral en Ligue 2, avec ses rushs, ses dreads colorées, ses dribbles et ses courses chaloupées, ça avait bien un petit côté rêve américain. Désormais, le duo vit pleinement le sien, au Los Angeles Galaxy.

Le mec arrive, fait des dribbles de ouf, marque, mais il perd aussi sa chaussure… Oh Kévin, ils vont penser quoi les Ricains ! (Photo Douglas Cuellar / Imago).

Photo Douglas Cuellar / Imago.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications