Téléchargez notre application Ligue 2

Présentation Ligue 2 (10/20) – Son choix, ses premiers pas, la méthode et le mercato… Entretien ML2 avec Stéphane Moulin, coach de Caen

Championnat

Il n’avait plus entraîné en Ligue 2 depuis 2015. A l’époque, Stéphane Moulin avait guidé Angers vers la L1 avant d’y pérenniser le SCO. Le coach a donc été accueilli à bras ouverts à Caen, à la recherche d’un nouveau souffle après deux saisons compliquées en deuxième division. Mais le technicien le sait : son expérience de l’élite ne suffira pas à elle seule à redresser la situation à Malherbe. Humilité, travail, enthousiasme : autant d’ingrédients que Stéphane Moulin va mettre en place, en attendant d’autres renforts pour étoffer son effectif. Entretien à J-8 de la reprise.

Le planning des matchs amicaux

30 juin : Caen-Deauville-Trouville : 6-1
3 juillet : Caen-Beauvais : 2-0
7 juillet : Guingamp-Caen : 1-1
10 juillet : Ajaccio-Caen : 0-0
14 juillet : Orléans-Caen : 1-3
17 juillet : Caen-Nantes
18 juillet : Caen- Bordeaux ou Niort

La première journée de L2

Caen-Rodez (24 juillet, 19h sur La Chaîne L’Équipe)

La décision de la DNCG

Aucune mesure prise à l’encontre du club.

Le mercato (au 16/07)

Arrivées : Stéphane Moulin (ent.)
Franklin Wadja (t.d, Lorient)
Marvin Golitin (r.p, Bobigny)
Evens Joseph (r.p, Boulogne)
Timo Stavitski (r.p, Maastricht)

Départs : Garissone Innocent (r.p, PSG)
Alliou Traoré (r.p, Manchester United)
Adama Mbengue (f.c)
Steeve Yago (f.c, Aris Limassol)
Anthony Weber (f.c)
Jessy Pi (f.c, Dijon)
Kevin Mbala (p, Bastia-Borgo)
Younn Zahary (t.d, Cholet)
Godson Kyeremeh (p, Annecy)
Yacine Bammou (t.d, Umraniyespor)
Brice Tutu (f.c)
Herman Moussaki (f.c, Boulogne)

Crédit photo : Anthony BIBARD / FEP / Panoramic / Imago.

L’entretien avec Stéphane Moulin : « J’ai bien conscience que la tâche n’est pas simple mais elle ne m’effraie pas »

MaLigue2 : Stéphane, après dix années à Angers, comment vivez-vous cette préparation dans un nouveau club avec de nouveaux repères à prendre ?

Stéphane Moulin : C’est très nouveau pour moi, évidemment. Il y a des étapes totalement différentes. La première, c’est de bien découvrir le groupe, même si j’avais visionné pas mal de matchs. Je dois faire un petit état des lieux, prendre la mesure du groupe. C’est quelque chose de nouveau car quand on travaille d’année en année dans le même club, on connaît la valeur de son groupe. Ensuite, le travail est différent parce que d’habitude, c’étaient aux nouveaux joueurs d’Angers de s’adapter à la méthode alors que là, c’est à nous d’amener quelque chose à ce groupe. Il faut repartir quasiment de zéro.

Vous étiez bien installé en L1 à Angers, le fait de revenir en Ligue 2 dans un club qui a été en difficulté la saison dernière ne vous a pas freiné ?

Je sais pourquoi je l’ai fait. Je sais que la Ligue 2 n’est pas la Ligue 1. Le groupe, par définition, n’a pas la valeur que pouvait avoir celui d’Angers en terme de qualité mais c’est normal, c’est logique. Et tout cela, je le savais. J’ai fait un choix qui m’appartient. A partir de là, je sais que le niveau ne peut pas être le même qu’en L1, évidemment. Je l’avais intégré, je ne suis pas surpris.

Malgré tout Caen n’est pas n’importe quel club de Ligue 2 et dispose du passé et des infrastructures pour viser à terme la Ligue 1…

Oui, il y a tout ici pour être en L1. Le club l’a d’ailleurs été de manière très active par le passé puisqu’il a même joué l’Europe à un moment. Sur les infrastructures, sur le stade, le public… tout cela, c’est niveau L1. Après, pour l’instant, le club est en Ligue 2 et l’équipe a failli descendre en N1 l’année dernière. En valeur, on est loin de la L1 pour le moment. Il est beaucoup trop tôt pour parler de cela. Mais si on monte, c’est sûr qu’il n’y aura pas beaucoup de choses à changer dans les infrastructures etc, on le sait. Mais cela ne se fait pas en une année. On ne passe pas de 17e de Ligue 2 à premier l’année d’après. Cela se prépare, se construit, il faut un peu de temps.

On a un groupe quasi identique, avec des fins de contrat qui sont partis plus Bammou, et on a qu’une recrue. Il faut d’abord penser à renforcer l’effectif, améliorer l’équipe. On est comme beaucoup d’autres clubs en train de chercher les joueurs dont on a besoin. Il y a aussi une réalité économique du moment. Comme beaucoup de clubs, le Stade Malherbe est en train de régler ses petits soucis financiers passés. A partir de là, c’est une équation qui n’est pas simple à résoudre. Il faut retrouver un niveau financier qui permet ensuite d’avoir des ambitions et garder un niveau de compétition suffisamment élevé. Ce n’est pas facile.

Avez-vous conscience qu’il y a une énorme attente autour de votre arrivée pour les supporters de Malherbe après ces deux années difficiles, vous allez avoir une étiquette de “sauveur” ?

Contenu réservé aux abonnés

La suite de ce contenu est réservée aux abonnés. Pour le consulter, vous avez la possibilité de regarder une vidéo de quelques secondes ou de vous abonner pour soutenir MaLigue2.

S'abonner à MaLigue2 c'est :

  • Accéder à 100% des contenus en ligne
  • L'absence de publicités pendant votre navigation
  • Soutenir un média indépendant

Déjà abonné ? Se connecter

Vos commentaires :

  1. Certain du succès de notre nouveau coach et de son staff. si je peux me permettre pour le recrutement et dans le cadre du remplacement de N’zonna, j’aimerai que le coach s’intéresse au joueur marseillais Bamba Dieng, futur joyau de notre football, que Marseille pourrait prêter la saison prochaine. Un pari certainement gagnant, et avec les bonnes relations que les 2 clubs peuvent avoir, M. Larguet, M. Saad…. bonne saison et Allez Malherbe!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications