Reportage, Ligue 2 – Stadium Manager, un métier au cœur du développement de l’USL Dunkerque

Championnat

C’est un métier de l’ombre, que les fans de Ligue 2 ne connaissent pas forcément. Le Stadium Manager est au cœur de la vie des clubs professionnels pour permettre une bonne organisation des rencontres et de l’exploitation des stades. Reportage du côté de Dunkerque, promu en Ligue 2, où Benoît Dartois nous détaille les missions de ce métier indispensable.

A lire aussi >> Ligue 2 – Deux dates possibles pour Niort-Grenoble et Nancy-Troyes

A lire aussi >> Ligue 2 – La programmation TV de la 15e journée

Crédit photos : USL Dunkerque

Samedi 7 novembre, jour de match. Au stade Marcel-Tribut, le promu Dunkerque reçoit le leader, Paris. En coulisses, un homme s’active aux quatre coins de l’enceinte. Trois heures avant le coup d’envoi pour une réunion avec les délégués. Une heure avant le début de la rencontre pour accueillir le préfet, venu faire le point sur la situation. Un quart d’heure avant, à-côté du tunnel en bord pelouse pour veiller au respect du nouveau protocole d’entrée des joueurs depuis les nouvelles mesures prodiguées par la LFP, et pour placer les remplaçants en tribune… Benoît Dartois doit avoir un œil partout. Il a été recruté comme Stadium Manager – Directeur des Opérations de la Sécurité et de la Sûreté (DOSS) pour être précis – par l’USLD au début de la saison. Métier méconnu du grand public, c’est pourtant un chaînon indispensable dans le développement d’un club qui bascule dans le monde professionnel en provenance du National 1.

« Adaptabilité, réactivité, polyvalence et disponibilité »

« Je suis référent pelouse et référent supporters également“, ajoute Benoît. « C’est un métier qui est exigé par les instances dès lors que tu montes dans le monde professionnel. On est 40 personnes à le faire en France, dans les clubs de L1 et de L2 ». En effet à ce niveau de compétition, le cahier des charges fixé par la Ligue pour l’organisation de rencontres professionnelles est tellement pointu que ce poste se doit d’être pourvu dans chaque formation. Un job passionnant, au cœur de toutes les composantes du club, au-delà de la gestion du stade. « Ma mission principale, c’est d’assurer la mise en œuvre opérationnelle du cahier des charges transmis par la LFP », explique Benoît Dartois. « Ce sont des documents cadres qui évoluent au fil de la saison, et sur lesquels on doit rendre compte auprès des délégués, des instances et des officiels les jours de match. Cela couvre tous les champs possibles : de l’accueil du public à l’espace mis à disposition des staffs, des possibilités d’animations sur la pelouse et en tribunes… Cela balaye tous les sujets : le marketing, l’hospitalité, le VIP, l’accueil des journalistes… »

Malheureusement et comme pour tous les autres clubs de Ligue 2 cette saison, l’accueil du public est dicté par les décisions gouvernementales en fonction de l’évolution de l’épidémie du Covid-19 en France. Pas facile, dès lors, de jongler d’une semaine à l’autre en fonction des différentes jauges ou huis clos imposés, parfois en dernière minute. « C’est vraiment la particularité de cette saison, c’est que nous n’avons pas encore été en mesure d’assurer une rencontre avec une tribune pleine. On a une capacité de 2500 places, et on n’a pas encore pu l’activer. D’entrée de jeu, on a eu une directive de la préfecture avec une demi-jauge imposée. Puis il y a eu la jauge de 1000 spectateurs, avant de basculer sur le huis clos. On est en adaptation permanente car les décisions peuvent tomber du jeudi ou du vendredi pour une rencontre prévue le samedi soir. Les maître-mots liés à ce métier ? Je dirais adaptabilité, réactivité, polyvalence et disponibilité. »

« Mettre tous les acteurs d’une rencontre dans les conditions optimales »

A Dunkerque, le stade Marcel-Tribut fait peau neuve. La tribune flambant neuve de 2500 places est sortie de terre afin de respecter la norme pour la Ligue 2. Face à elle, une énorme grue de chantier dessine les premiers contours d’une deuxième tribune d’une capacité similaire prévue fin 2021, début d’année 2022. Un lifting nécessaire tant l’ancienne tribune d’honneur était devenue vétuste. Il suffit de regarder l’espace presse pour s’en rendre compte, les conditions de travail pour les journalistes n’ont plus rien à voir avec les matchs de la saison dernière. Un passage obligatoire pour l’USL Dunkerque, qui a d’ailleurs un projet ambitieux de structuration. « On a un statut professionnel provisoire. Pour prétendre au statut pro définitif, tu dois cocher un ensemble de cases. Tu dois avoir un stade homologué pour accueillir des matchs de Ligue 2, avoir un centre d’entraînement, un centre de formation… Ce sont des conditions sine qua none pour le statut pro. En parallèle, il existe la Licence Club qui permet de débloquer des pourcentages de droits TV par rapport à ton projet d’équipements etc. Tu peux récolter 10 000 points au maximum, et pour prétendre à débloquer ce pourcentage, il faut 6500 points. Sinon, tu ne peux pas te pérenniser dans le monde pro », poursuit Benoît.

C’est la mi-temps à Tribut. Dunkerque livre une belle opposition au Paris FC, mais le leader a pris les devants sur sa première occasion pour mener 1-0 depuis la 6e minute. Ce sera d’ailleurs le score final. Pendant la pause, Benoît Dartois ne quitte pas son talkie-walkie. Il s’inquiète pour l’état de la pelouse – par ailleurs parfaite grâce à son revêtement hybride -, scrute si personne ne vient s’inviter dans l’aire de jeu sans y être autorisé… Tout doit être parfait. « Même s’il existe une trame récurrente, chaque match a sa propre vérité. Le contexte d’une rencontre sera toujours différent du match précédent. Plein d’éléments peuvent être intégrés. Existe-t-il des antécédents entre les supporters, est-ce qu’il y a un enjeu sportif très important, est-ce qu’un partenaire du club réalise une activation particulière ce jour-là, est-ce que le protocole officiel de la LFP a évolué dans l’avant-match, est-ce qu’il y a un contexte sécuritaire spécifique, par exemple s’il y a eu un attentat peu de temps avant… Et en ce moment, on a les pieds en plein dedans avec le contexte de crise sanitaire lié au Covid-19. Donc le premier match nous a permis de nous rôder à tout cela. Ensuite, 80% de l’organisation se répète, mais il existe toujours cette part variable à prendre en compte. Ma finalité, c’est de mettre tous les acteurs (joueurs, staffs, délégués, supporters, partenaires, prestataires, journalistes…) de la rencontre dans les conditions optimales afin de leur garantir une expérience de qualité ».

Une vraie solidarité entre les clubs

Seul petit bémol aperçu ces derniers temps, le temps mis par les journalistes pour rallier la salle de presse depuis la tribune peut parfois s’allonger au coup de sifflet final. Benoît Dartois doit alors trouver des solutions pour fluidifier ce flux, afin que personne ne rate les premières réactions des coachs et des joueurs après la rencontre. « Une heure après le match, on débriefe de tous les sujets avec les délégués sur les points positifs et négatifs constatés au cours de la rencontre. On apprend au fil des matchs pour améliorer l’expérience de tous. » Et pour l’aider, outre l’équipe interne de salariés mobilisée à chaque rencontre avec les représentants des acteurs locaux (collectivités, police municipale, protection civile…), Benoît peut d’ailleurs compter sur ses homologues des autres clubs. « C’est quelque chose que j’ai la chance de découvrir depuis ma prise de fonction, c’est la vraie solidarité entre les clubs à ce niveau-là. On est tous confrontés aux mêmes problématiques avec le même cahier des charges à respecter. On est en échange régulier. J’échange avec le Stadium Manager de Lille, de Valenciennes, de Chambly etc. Il y a une vraie solidarité. On pourrait imaginer que les clubs se tirent dans les pattes, mais ce n’est pas le cas du tout. »

Promu cette année, Dunkerque était pourtant un bastion dort de la Ligue 2 par le passé. Entre 1966 et 1996, le club nordiste a évolué pendant 30 ans en deuxième division, avant ces 26 années d’absence. Sur le plan sportif, la saison a bien débuté sous la houlette du nouvel entraîneur Fabien Mercadal. En interne, les dossiers et le travail ne manquent pas non plus pour se mettre au niveau du monde pro. “Il y a un vrai projet ambitieux à Dunkerque. Le but est de stabiliser l’USLD en Ligue 2 », assure Benoît Dartois. « Le projet est fortement soutenu par les collectivités locales avec le stade notamment. Puis le deuxième volet, c’est le centre d’entraînement, qui permettra aux pros d’avoir un centre de vie adapté pour les joueurs et le staff avec des terrains de haute qualité. Enfin le troisième volet, c’est le centre de formation. Il faudra des terrains, et un centre d’hébergement avec un besoin estimé d’une trentaine de chambres. Ce sont les trois piliers du projet de l’USLD actuellement. Et il y a une vraie synergie locale et collective à ce niveau-là. » Une synergie indispensable pour faire de nouveau de Dunkerque un vrai club qui compte dans le monde professionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications