Francis Gillot et Auxerre, l’inéluctable s’est produit !

AJ Auxerre

25 juillet 2017. Au stade Abbé-Deschamps, Auxerre extermine une équipe bis du Paris FC 9-0. A 3 jours de l’entame du championnat de Domino’s Ligue 2, l’AJA fait figure de postulant sérieux à l’élite. La force collective impressionne. Sur le papier, aucun doute. Les Philippoteaux, Tacalfred, Obraniak, Yattara et Boucher vont faire trembler plus d’une équipe cette saison.

A lire aussi >> Officiel : Francis Gillot et Auxerre se séparent !

Un mois plus tôt, nous avions retrouvé le club bourguignon en stage au Touquet. A l’issue de l’entraînement de l’après-midi, Francis Gillot s’était longuement confié. « C’est sûr que nous allons tout faire pour remonter le plus vite possible », avait-il annoncé, prenant soin de prévenir : « Mais je rappelle que le projet est sur deux ans. A l’heure actuelle on ne fait pas partie des favoris. » 6 mois, à peine, plus tard, le projet tel qu’espéré n’existe plus.

Des lendemains qui déchantent

Ce samedi midi, au lendemain d’une énième déconvenue face à Châteauroux (1-2, 18e journée de Domino’s Ligue 2), Francis Gillot a mis un terme à son contrat le liant dans l’Yonne. Sûrement abattu, lasse d’un cercle aussi vicieux qu’impensable au premier jour d’août. Car avant de dégringoler à la 16e place de L2 (19 points) en ce mois de décembre, l’AJA avait laissé entrevoir de magnifiques promesses contre Lens, le lundi 31 juillet dernier. Un court mais précieux succès 1-0 lançait l’exercice bouguignon, avec en prime une prestation de premier ordre. Quasiment une semaine après avoir expédié le PFC, on en était persuadé : Auxerre allait faire mal. Raté !

9 défaites plus tard et 16 buts inscrits seulement ont ébranlé un coach et des dirigeants qui ne pouvaient continuer ainsi. L’ambition a laissé place au désarroi et à la triste réalité de devoir, encore, jouer le maintien. Loin des attentes de tout un peuple et d’un Francis Gillot qui, à sa décharge, a vu son effectif semaine après semaine amputé de ses meilleurs éléments pour cause de blessure ou suspension. Quand ça ne veut pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *