Sponsor ML2

Ligue 2 – Les Tops/Flops du multiplex de la 28e journée

Championnat

Des favoris au rendez-vous, des cartes rebattues dans la lutte pour le maintien : la 28e journée de Ligue 2 nous promet un sprint final palpitant, juste après la trêve internationale de la semaine à venir. Voici les Tops et les Flops de la rédaction de MaLigue2.

À lire aussi >> Ligue 2 (28e journée) – Tout le monde gagne en haut, Laval relégable, Niort se relance, Pau enfonce Dijon !

Les Tops

Personne n’a craqué !

Le triomphe du mental ! « Victoire dans la douleur » pour Metz, Sochaux « récompensé dans la difficulté » selon Olivier Guégan, « victoire du courage » pour Bastia ou encore « avec les tripes » du côté de Niort : les matchs de la 28e journée de Ligue 2 se sont joués dans les têtes samedi. Sans la moindre semaine d’interruption depuis la reprise, fin décembre, la fatigue se fait ressentir et peu de formations ont pu offrir des parties maîtrisées de bout en bout. Dans le haut de tableau, les quatre poursuivants du Havre ont su débloquer leur rencontre dans la dernière demi-heure et se sont tous imposés. Ça promet pour les dix journées de championnat restantes.

Le bijou de Mamadou Camara !

Malheureusement pour l’attaquant de QRM, Mamadou Camara, son splendide but contre Metz n’aura apporté aucun point à son équipe, battue (1-2) à domicile par les Lorrains. Mais quel but ! Entré neuf minutes plus tôt, le numéro 19 normand récupère le ballon à la hauteur de surface de réparation, collé à la ligne de touche côté droit avant d’entamer une folle remontée de terrain : accélération qui laisse Sabaly sur place, grand pont sur Danley Jean Jacques, débordement sur Udol et au bout de 80 mètres de course, il évite de le tacle de Candé pour envoyer une frappe (ou un centre ?) dans le petit filet opposé : Oukidja est lobé. Son deuxième but en pro, l’ancien Troyen n’est pas prêt de l’oublier !

Rodez sort la tête de l’eau

Quel mois de mars pour Rodez ! L’équipe aveyronnaise vient d’enchaîner trois succès, en marquant à chaque fois trois buts. Le RAF tournait pourtant à 0,8 but par rencontre en moyenne lors des 25 matchs de championnat précédent. La saison dernière, après un hiver terrifiant, l’équipe s’était réveillée au meilleur moment pour assurer son maintien. Avec ces neuf points pris en trois matchs, les Ruthénois sortent de la zone de relégation. Le club n’avait pas signé une telle série depuis le mois de mai 2022

 Les Flops

Amiens, une saison pour rien ?

La saison dernière, l’Amiens SC avait fini par terminer la saison en roue libre, loin de ses objectifs, au gré de prestations irrégulières, avec des joueurs préoccupés par leur prochain contrat. Un an plus tard, le club picard semble en être revenu plus ou moins au même point, calé dans le ventre mou de Ligue 2, sans rien à espérer jusqu’à la fin de saison. Le changement de dispositif opéré par Philippe Hinschberger contre Pau (1-0) lors de la 25e journée n’a eu d’effet mobilisateur qu’à très court terme. Le manque de tranchant défensif a coûté cher samedi contre Rodez (1-3). La zone de relégation n’est qu’à six points malgré la 11e place. Il n’y aura pas de sprint final pour l’ASC, juste une course pour ne pas arriver hors-délai.

Laval récidive

Dominateur pendant l’ensemble de la rencontre, le Stade Lavallois a tout de même trouvé le moyen de perdre sur la pelouse de Niort (2-3) en craquant dans les moments les plus importants : égalisation de Boutobba concédée dans le temps additionnel de la première période, pénalty offert par Seidou et transformé par Rocheteau à la 88e minute. « On fait des erreurs, déjà faites auparavant. On a l’impression qu’on n’apprend pas », déplore le défenseur Yohan Tavares, rejoignant le constat de son entraîneur, Olivier Frapolli. Avec ce quatrième revers de suite, Laval redevient relégable, ce qui n’était plus arrivé depuis la 11e journée.

Dijon, dernière chance ?

Dijon reste 18e de Ligue 2 après sa défaite à domicile contre Pau (0-1). En laissant filer un concurrent direct pour le maintien, les Bourguignons comptent à présent cinq points de retard sur le dernier non-relégable (Rodez, 16e). Le néo-Béarnais, Yanis Begraoui, a profité d’un Didier Ndong , défenseur central de fortune et d’un Baptiste Reynet pas vraiment décisif pour marquer le seul but du match. Omar Daf a beau regretter la cruauté des scénarios ou celle des arbitres semaine après semaine, le DFCO ne peut pas se permettre d’attendre que la chance tourne du bon côté car le spectre du National se profile…

Photo ©Anthony Bibard/FEP/Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications