Téléchargez notre application Ligue 2

Ligue 2 – Les Tops et les Flops de la 9e journée

Championnat

Avec 25 buts, la 9e journée de Ligue 2 nous a offert un samedi plutôt plaisant avant la trêve internationale. Avant une pause de deux semaines, Sochaux n’en finit plus d’impressionner même si la course à la montée est encore très serrée avec seulement trois points d’écart entre le premier et le sixième. Voici les Tops et le Flops de la J9.

Les Tops

Sochaux à la chasse aux records

Après une ouverture du score concédée en tout début de match contre Nîmes, on aurait pu croire que la machine sochalienne s’était enrayé samedi soir. Il n’en fut rien : les hommes d’Olivier Guégan n’ont eu besoin que d’une vingtaine de minutes pour redémarrer et submerger la défense gardoise. Avec six victoires de rang en Ligue 2, le FCSM réédite une performance que seul le Paris FC avait atteint la saison dernière. Les Lionceaux tenteront la passe de sept après la trêve sur la pelouse de Valenciennes mais ce sera sans l’avant-centre, Ibrahim Sissoko, suspendu pour un troisième carton jaune.

Pau, Rodez, l’éloge de la patience

Un mercato très mouvementé, le départ de plusieurs cadres, des moyens limités : Pau et Rodez ont partagé quelques points commun cet été, avec pour même effet un début de saison compliqué et quelques sorties inquiétantes… voire angoissantes par moments. Seulement, les deux clubs ont tenu bon dans la tempête et sont tous les deux sortis de la zone de relégation samedi. D’autant plus remarquables pour Rodez qui compte encore un match en retard. Les Ruthénois ont confirmé une bonne impression contre Valenciennes (1-1) en renversant le Paris FC à Charléty (2-1). Côté palois, on semble avoir trouvé un leader dans la ligne offensive en la personne de Mons Bassouamina, auteur de deux buts en deux rencontres.

https://twitter.com/PauFootballClub/status/1571222760206094340

Le Havre fait sauter le verrou annécien

Cela faisait quatre matchs que le FC Annecy n’avait plus encaissé le moindre but… C’était avant de se retrouver sur la route du Havre Athletic Club. En progrès constant depuis le début de saison, l’équipe normande a réussi là où beaucoup d’autres équipes s’étaient cassé les dents (2-0). À simplement une unité de Sochaux et Guingamp, le HAC affiche le troisième meilleur bilan en attaque, alors qu’il tournait péniblement à un but par match en moyenne la saison passée. Après un petit quart du championnat, la méthode Luka Elsner semble porter ses fruits, tout comme ses choix de joueurs. Régulièrement utilisé, l’ailier de 20 ans, Josué Casimir apporte au HAC un surplus de vivacité bienvenu, quand bien même son apport chiffré est encore modeste (1 passe décisive). Le nouveau visage des Ciel & Marine a tout ce qu’il faut pour attirer de nouveau le public au Stade Océane

Les Flops

Paris brisé

Censément un candidat aux deux premières places, le Paris FC ne pointe qu’au 12e rang après neuf journées où peu de choses ont fonctionné. Privé d’un Pierre-Yves Hamel en méforme et de son remplaçant naturel Warren Caddy, Thierry Laurey avait pris la décision de replacer Morgan Guilavogui dans l’axe contre Rodez. Si l’attaquant guinéen a marqué sur penalty, c’est trop peu pour masquer la faiblesse de la prestation parisienne face à Rodez (1-2) avec seulement deux tirs cadrés.

https://twitter.com/Ligue2BKT/status/1571212992292741120

Le club de la capitale pouvait déjà s’estimer heureux de mener au score à la pause. En deuxième période, le miracle ne s’est pas poursuivi. Le deuxième but ruthénois, sur penalty, intervient après une sortie manquée de Filipovic, peu inspiré depuis le début de saison. Les difficultés collectives du PFC sont accentuées par des méformes à des postes-clés. Résultat, la zone d’accession est déjà à huit points.

Metz décroché

Le FC Metz fait également partie du « groupe des décevants » avec un point de plus que le PFC, à la 10e place. Les Grenats ont vu la nervosité, parfois alimentée par le mercato, gâcher un début de saison prometteur, avec des points lâchés dans des rencontres qui paraissaient maîtrisées (3-3 à Laval, 3-6 contre Guingamp). À Bastia les Lorrains ont juste été improductifs (15 tirs, 3 cadrés) contre une équipe corse simplement plus tranchante. Certes, il manquait quatre joueurs suspendus à László Bölöni mais l’excuse ne tient pas : il en manquait autant aux Bastiais. Pendant la trêve, le coach va devoir insuffler plus de sérénité à son groupe.

Niort, un seul être vous manque…

Avec l’absence de Bilal Boutobba pour le déplacement à Amiens, l’optimisme n’était pas de mise quant à la prestation des Chamois au Stade de la Licorne. D’une certaine manière, on n’a pas été déçu, avec une prestation complètement ratée : pas le moindre tir cadré de la part des Niortais pour tenter d’inquiéter Régis Gurtner. Sans son virevoltant milieu offensif, l’équipe des Deux-Sèvres fait pale figure. Pour son deuxième match à la tête de l’équipe, Rui Almeida a reconduit son 3-4-3. Si la première sortie contre Le Havre (0-1) avait été plus encourageante, le résultat est le même : deux défaites en deux matchs. La méthode de l’entraîneur portugais s’est souvent avérée plus efficace sur le long terme que dans l’immédiat. Seulement, Niort n’a plus beaucoup de temps à perdre, à la dernière place de Ligue 2.

©Photo Dave Winter/FEP/Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications