Téléchargez notre application Ligue 2

Paris FC – Thierry Laurey : « A part la semaine dernière, les joueurs n’ont jamais joué 90 minutes »

Championnat

Thierry Laurey faisait son retour en salle de presse dimanche avant de retrouver les bancs de touche de Ligue 2. L’entraîneur du Paris FC a pris la parole avant le match de clôture de la première journée à Sochaux ce lundi soir. Son équipe n’est pas encore prête à 100% mais le coach espère bien que l’enjeu de la rencontre apportera un supplément d’âme pour compenser.

A lire aussi >> Sochaux -Olivier Guégan : « Il y a une attente autour de Sissoko mais il n’est pas tout seul devant »

« Comme beaucoup d’équipes tu n’es pas prêt mais tu espères que l’aspect mental des choses va faire que ça va compenser les petits manques qu’il peut y avoir dans le jeu, dans l’aspect physique, l’aspect technique aussi. Il faut que le mental se mette au niveau pour que l’impact de la compétition fasse que les joueurs se subliment un peu […] Sur l’aspect physique, à part la semaine dernière, les joueurs n’ont jamais joué 90 minutes. Sur l’aspect technique, certains sont encore en-deçà. L’aspect tactique : de nouveaux  joueurs sont arrivés donc, il faut qu’on arrive à coordonner tout ça. C’est la compétition qui va provoquer un surplus de concentration, du moins on l’espère. »

Sur Sochaux : « Je pense qu’ils sont dans le même état d’esprit que nous, ils connaissent tous les résultats de la première journée. Après on commencera à tirer quelques enseignement après 4-5 journées et qu’on verra comment se profile ce championnat. On s’apprête à jouer un beau match sur une superbe pelouse. Donc, il n’y aura pas d’excuse. On est plutôt charmé d’aller là-bas. »

A propos du mercato : « Il est clair qu’aujourd’hui on a un groupe qui est un peu trop important parce qu’il faut qu’on arrive à faire de la place aux jeunes. Pas en tant que titulaires mais ils peuvent le devenir à moyen ou long terme. L’an dernier, ils ont réussi à grappiller du temps de jeu. S’il y a des garçons qui ont des offres, on étudiera les choses comme on l’a fait jusqu’à maintenant. »

Crédit photo ©Christophe Saidi/Panoramic/Imago.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications