Téléchargez notre application Ligue 2

Bordeaux – 22 millions à trouver, Gérard Lopez « y croit dur comme fer »

Actualités

Une semaine après la relégation de Ligue 2 en National prononcée par la DNCG (Direction Nationale du Contrôle de Gestion), le président des Girondins de Bordeaux, Gérard Lopez, était l’invité de l’émission Rothen s’enflamme sur RMC. Si le FCGB a une dette de plusieurs dizaine de millions d’euros à résorber dans les plus brefs délais, que les supporters se rassurent… C’était prévu.

A lire aussi >> Anciens de Ligue 2 – Jean-Guy Wallemme a signé en National 1 !

« On a anticipé à plusieurs niveaux. Le premier c’est que l’on connaissait le déficit et on savait comment le combler, affirme Gérard Lopez. J’avais promis de rester au club même si on allait en Ligue 2 et c’est ce que je fais. Pour le dire vulgairement je remets la main à la poche (10 millions d’euros devraient être injecté depuis la holding Jogo Bonito). »

Après avoir détaillé les rentrées d’argent prévues à court terme (ventes de joueurs, aide à la relégation), Gérard Lopez conclut : « Il reste 22 millions à trouver. En fait, cela se passe toujours comme cela avec la DNCG (ndlr, la DNCG a prononcé une relégation ferme et non à titre conservatoire). Tous les clubs vendent et ce qu’il faut c’est donner une garantie sur les ventes. Avant même de faire les ventes, il faut donner une garantie. Et c’est là-dessus qu’il y a eu a plus grosse différence […] Bien sûr qu’il y a un risque de dépôt de bilan. On ne va pas dire qu’il n’y a pas de risque. Tant qu’il n’y a pas d’accord, il y a clairement ce risque-là. Tant qu’il n’y a pas d’accord (avec les créanciers, King Street et Fortress), il y a clairement ce risque-là. S’il y avait un accord, je serais en train de dire que l’on est plus ou moins sûr que cela va bien se passer. »

Invité à donner un pronostic sur la suite des événements, Gérard Lopez conclut : « Est-ce que les Girondins de Bordeaux aujourd’hui sont en Ligue 2 ? Factuellement, la réponse est non. Est-ce que les Girondins de Bordeaux y croient ? Clairement oui. On ne passe pas par ces moments-là si on n’y croit pas dur comme fer. Il faut qu’on bosse pour y être. Moi qui y bosse tous les jours, je vous dit que j’y serai à 100%. »

Crédit Photo ©Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications