Téléchargez notre application Ligue 2

La fin de l’aventure à Valenciennes, sa mise à l’écart, son avenir… Entretien ML2 avec Maxime Spano-Rahou

Championnat

Après trois saisons sous les couleurs de Valenciennes, Maxime Spano-Rahou quitte le club nordiste en fin de contrat. Si les deux premières années ont été positives, la dernière ne s’est pas déroulée comme prévu avec seulement six matchs disputés, et une mise à l’écart en deuxième partie de championnat. Le défenseur de 27 ans revient sur son passage à VA, et se montre déterminé à rebondir dans un nouveau projet en Ligue 2 ou ailleurs.

A lire aussi >> Christophe Delmotte ne sera plus l’entraîneur de Valenciennes en Ligue 2 !

MaLigue2 : Maxime, l’aventure s’achève à Valenciennes, comment avez-vous vécu ces trois saisons dans le Nord et particulièrement cette dernière plus difficile en terme de temps de jeu ?

Maxime Spano-Rahou : La première saison s’est très très bien passée. On fait une belle saison, on termine à la 7e place avec la meilleure défense. Je joue tous les matchs avec la Coupe. Je fais partie cette saison-là des meilleurs défenseurs de L2, et on obtient le meilleur classement de VA depuis sa relégation. La deuxième saison, elle est un peu plus mitigée au vu des résultats, mais on obtient le maintien sans trembler. Je fais quasiment 60 matchs en deux saisons.

Cette troisième saison, elle a été plus compliquée car j’ai été mis à l’écart. Surtout quand on voit la saison de VA, où on joue le maintien quasiment jusqu’à la dernière journée. On a tout le temps été dans les dernières places du classement, on a flirté avec la zone de relégation. C’était compliqué de voir l’équipe en difficulté sans jouer, et de voir que les choses ne changeaient pas. Je l’ai assez mal vécu, surtout que j’étais dispo et en forme. Ce sont des choix du coach que je ne comprenais pas forcément. Je ne l’ai pas forcément accepté, mais j’ai compris qu’il fallait passer au-dessus de cela et continuer à être performant à l’entraînement pour préparer mon après-Valenciennes.

La bascule au niveau de la mise à l’écart est intervenue lors du changement de coach avec l’arrivée de Christophe Delmotte ?

J’ai fait une super bonne préparation estivale. Je pense même que c’était ma meilleure prépa, j’en avais discuté avec quelques collègues. Mais je me blesse en fin de préparation, et j’ai raté les premiers matchs.  Le coach (Olivier Guégan) change de système et met un peu de temps à me remettre dans l’équipe. Il y a eu des résultats contraires, mais j’ai réussi à faire six matchs avec trois victoires et trois défaites. Sur mes trois derniers matchs contre Dijon (1-0), Caen (2-1) et Dunkerque (1-3) je me sentais vraiment bien, j’avais retrouvé du dynamisme et mon niveau, j’étais performant. A la suite de quoi, on m’a enlevé et je n’ai pas trop compris pourquoi. Je n’ai pas eu le choix. Olivier Guégan a été licencié et après cela, c’était mort, je l’ai senti dès le début.

J’ai eu certaines discussions avec le nouvel entraîneur (Christophe Delmotte) qui n’étaient pas très cohérentes. Il vient me voir et me dit qu’il ne me connaît pas, qu’il ne m’a jamais vu jouer. J’espère qu’il suivait nos matchs, au moins ceux à domicile. Si tu me dis que tu ne me connais pas alors que j’ai joué 60 rencontres en deux ans, c’est compliqué… La bascule s’est vraiment faite au départ d’Olivier Guégan.

« J’ai toujours été pro du début à la fin. Je n’ai jamais essayé de foutre la merde, de tirer les autres vers le bas »

L’un de vos derniers matchs est en Coupe de France en début d’année 2022…

Contenu réservé aux abonnés

La suite de ce contenu est réservée aux abonnés. Pour le consulter, vous avez la possibilité de regarder une vidéo de quelques secondes ou de vous abonner pour soutenir MaLigue2.

S'abonner à MaLigue2 c'est :

  • Accéder à 100% des contenus en ligne
  • L'absence de publicités pendant votre navigation
  • Soutenir un média indépendant

Déjà abonné ? Se connecter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications