Téléchargez notre application Ligue 2

Ligue 2 – Messi, il n’y a pas que la taille qui compte, à Sochaux !

Ma Ligue 2

« Ce sont des bons joueurs, des profils qu’on recherchait. Aldo connaît déjà la maison. C’est un joueur offensif polyvalent. Les bons joueurs sont capables de jouer partout. Pour Tony, c’était difficile mais on tenait absolument à ce qu’il fasse partie de ce projet. Il a des qualités qu’on avait pas la saison dernière. Il est capable d’évoluer sous les trois du milieu, il peut aussi jouer en faux-pied sur un côté. La taille de ces joueurs, c’est à l’image du meilleur joueur du monde, Lionel Messi… (sourire) » Ces mots sont ceux d’Omar Daf, en conférence de presse, rapportés par L’Est Républicain. Le coach du FCSM répondait à une question d’un journaliste présent, qui l’interrogeait sur la taille des recrues.

Pour récapituler pour ceux qui n’ont pas suivi, Aldo, c’est Aldo Kalulu. De retour au bercail à Sochaux, aligné en pointe contre Dijon lundi soir, et buteur. Tony, c’est Mauricio, l’ailier droit ou meneur arrivé de Lens. Ce trio est complété par Maxime Do Couto (Teixeira), ailier gauche virevoltant, ébouriffant à Gaston-Gérard, qui revient en France après une expérience en Ukraine. A 1,66m, 1,69 et 1,72, la comparaison sur la taille était logique, au final. Depuis la démonstration face au DFCO, elle repose aussi sur la qualité des trois joueurs. Complétés magnifiquement par Gaëtan Weissbeck, meneur de jeu autour de qui tout s’articule…

A lire aussi >>Sochaux – Samuel Laurent : « Ugo Bonnet reste une option »

Dijon, première réussie

L’un des enjeux du match d’hier était de voir si le mercato XXL et -pour l’instant- l’agglomérat d’individualités dijonnaises allait prendre le pas sur le Lion, qui a moins changé dans son onze, mais par contre toute sa ligne d’attaque. Devaient sopposer la vitesse et la mobilité des mini-lions à un milieu et une charnière centrale assez lourdes, côté DFCO. Et bien on a vu, et assez vite (très vite). Dès le début de match, les appels en profondeur  et l’explosivité de Kalulu ont fait mal à Dijon. Do Couto fut une découverte assez folle, tout en dribbles et technique, et Mauricio, un peu en-dessous de ses deux camarades lundi, est parfois un délice de joueur collectif (cette talonnade en début de match sur la suspicion de penalty, une ouverture de 50m en demi-volée en seconde période…).

Bref, le trio est complémentaire, déjà séduisant, avec de la verticalité (Kalulu), des dribbles pour écarter le jeu, ou le relancer quand il est arrêté (Do Couto, Mauricio), et une certaine qualité de passe (Mauricio, comme les deux autres). Tous semblent surtout pouvoir faire basculer un match sur une action, un grain de folie. Alors c’est vrai, le DFCO n’était pas dans les meilleures dispositions hier, en rodage, avec de l’espace entre les lignes, les fesses entre deux chaises, comme l’a évoqué Jessy Pi en conférence de presse.  Tiraillé entre le désir de jouer plus haut, de sortir pour ne pas subir, au risque de laisser de l’espace derrière les costauds Ecuele Manga-Coulibaly… Un équilibre que la Chouette n’a jamais trouvé. La faute à une épatante équipe de Sochaux, menée par le trio de lutins infernaux.

La suite ? 

Désormais, il devra répéter ces performances. Si Gaëtan Weissbeck est monstrueux comme face aux Bourguignons, ça pourrait le faire, plus qu’assez souvent, cette saison. Il faudra aussi voir comment le trio se débrouille contre des équipes qui usent des mêmes artifices qu’eux, avec des joueurs plus mobiles et à même d’attraper Kalulu and cie. Comme analyser si Dijon, en totale reconstruction, n’était pas bon à prendre à ce moment de la saison, plutôt qu’une équipe dense comme Ajaccio, Pau, Dunkerque, ou bien entendu le Paris FC. Prochain test pour les trois larrons samedi, contre Le Havre. Une équipe qui n’a concédé aucun but à l’EAG, avec un bon Fofana dans les cages. Mais Baptiste Reynet, le gardien de Dijon, avait lui aussi été excellent ce lundi… Ce qui n’a pas empêché Sochaux de faire le show, et d’en passer trois à son adversaire du soir, à Gaston-Gérard. Un stade que retrouveront les Sochaliens samedi, en rencontre délocalisée, pour un petit souci de pelouse à Bonal. Pas grave, le trio y a déjà ses marques. Des petites, de la taille de Leo Messi. A l’image des trois joueurs. Petits, mais grands par le talent.

Photo : Anthony Bibard / FEP / Panoramic / Imago.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications