Téléchargez notre application Ligue 2

[Ligue 2 – Bilan 2021] – Nancy, la reconstruction perpétuelle

Championnat

Nancy aura vécu une saison plus calme que les précédentes, grâce à un bon dernier tiers de championnat. Une 8e place dans le haut de tableau, contrairement aux trois derniers exercices, où l’ASNL fut bloquée dans le ventre mou de la Ligue 2. Nancy présente ainsi son meilleur bilan depuis quelques années, et peut continuer de bâtir. Ou plutôt de rebâtir, car chaque été, c’est la même chose du côté de la Lorraine : le club doit être vendu, la moitié des joueurs partent, les meilleurs éléments se carapatent chez le voisin messin, et de jeunes éléments prometteurs arrivent. Mais il faut du temps pour retrouver la bonne formule, et du coup, l’ASNL reste en Ligue 2, sans même véritablement espérer jouer le haut de tableau. L’an passé, le club avait plutôt misé sur la stabilité et la jeunesse, après le non-rachat du City Group. L’année 2020/2021 doit donner envie aux dirigeants de continuer dans cette voie…

A lire aussi >>Mercato – Kenny Rocha quitte Nancy pour Ostende !

Tout avait mal démarré, mais tout a bien fini

Journée 27, Nancy est 15e, a été plusieurs fois 18e, et se déplace à Châteauroux, concurrent direct pour le maintien, dans cette fin de saison. Bim bam boum, l’ASNL s’impose 1-4 à l’extérieur, remonte à la 10e place, pour ne plus quitter cette position haute. Lors des dix derniers matchs, les Lorrains resteront toujour 10e-8emes, classement final nancéien. Dans la foulée, le club au chardon ira même coller une manita chez lui, au leader Troyes (1-5), puis battra Clermont à domicile ! De quoi entrevoir un certain potentiel, dans les traces des premiers pas en Ligue 2 de Mickaël Biron. Arrivé de National, le joueur de 23 ans a été excellent, marquant à 12 reprises. Un pari gagnant, alors que le rapide numéro 7 évoluait en National 2, à Epinal… Le signe, peut-être, d’une nouvelle politique à Nancy, faisant la part belle aux jeunes, plus réaliste quant à son pouvoir d’attraction sur le marché.

Biron, Haag, Triboulet, la jeunesse au pouvoir

Car qui dit pouvoir d’attraction, dit aussi l’échec, l’été dernier, pour attirer jusqu’au bout le City Football Group. L’entité voulait racheter Nancy, elle aura finalement jeté son dévolu sur Troyes. Un revirement cruel pour les supporters nancéiens, encore plus rageant à regarder les trajectoires des deux clubs aujourd’hui. Mais ce seront donc les belles révélations, accompagnées de cadres, qui ont fait la saison de l’ASNL. De quoi se consoler quelque peu, et penser à un futur plus sympathique que le marasme des jours passés. Micka Biron, bien entendu, est le premier nom qui vient à l’esprit, quand le bilan de la jeunesse est à faire, mais il y a aussi ceux de Triboulet (4 buts, 5 passes), Giovanni Haag (4 buts aussi pour le milieu défensif, les deux joueurs étant formés au club), ou encore l’énorme de Kenny Rocha (6 buts, 9 passes).

Un beau petit squad, capable donc de fulgurances, sans oublier les intégrations de Warren Bondo, Aurélien Nguiamba et bien entendu Christopher Wooh, qui complètement ce tableau, avec bien entendu les cadres. Seka, Valette, Ciss ou Bassi ont apporté leur pierre à l’édifice, tout comme le prêt gagnant d’Aurélien Scheidler, arrivé en janvier, et auteur de quatre buts ! Le souci, maintenant et à nouveau, est que Nancy va perdre beaucoup de tous ces noms… D’autant plus que Jean-Louis Garcia, chantre de l’édifice nancéien, pas forcément Pep Guardiola en puissance, mais entraîneur solide et guide certain pour un club de Ligue 2 (et son maintien), va lui aussi partir. Et rien ne dit que son remplaçant ramènera Nancy en Ligue 1 dans les mois à venir.

A lire aussi >>Ligue 2 – Nancy 4e du classement de l’année civile, Paris 14e !

 Quel été en Lorraine ? 

Avec une 8e place pas forcément espérée l’été dernier, 11 victoires, 14 nuls et 13 défaites, une différence de buts nulle, un dernier été agité, et un prochain qui pourrait l’être, Nancy est de ces clubs en perpétuelle reconstruction. Mais l’année 2020/2021 apparaît plutôt positive, par la grâce des Biron ou Haag, avec du feu dans les jambes. Reste que Wooh, la promesse défensive, est déjà partie, après 16 petits matchs de Ligue 2, comme risque de le faire Nguiamba. Que Kenny Rocha a préféré aller voir si le chardon était plus vert en Belgique (à Ostende !). Ou que Bassi imite Vagner, un an plus tard, pour rejoindre l’ennemi de Metz. Un coup mercato qui fait toujours plaisir aux supporters. Alors oui, l’ASNL vise le meilleur buteur de National, Andrew Jung, qui ferait de toute façon mieux que l’énigme Dona Ndoh. Si Nancy arrive à garder un tant soit peu le reste de sa jeunesse triomphante, ajoute quelques vieux briscards de la Ligue 2, et récupère un ou deux joueurs du calibre du meilleur buteur de National, sait-on jamais ce qu’il pourrait se passer, dans l’Est. Rien n’est certain, quand on est en perpétuelle reconstruction, mais elle pourrait enfin un jour être belle, en Lorraine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications