Téléchargez notre application Ligue 2

Entretien ML2 – Jessy Benet : « Grenoble m’a fait grandir en tant qu’homme et en tant que joueur »

Interviews

Une longue page de la carrière de Jessy Benet se tourne. Après quatre saisons sous les couleurs de Grenoble en National 1 puis en Ligue 2, le milieu de terrain va quitter le GF38 en fin de contrat à l’issue d’une remarquable année sur le plan collectif et personnel. Avant de se diriger vers un nouveau challenge, celui qui fait partie de notre équipe-type de 2020-2021 nous a accordé un entretien pour évoquer tous les sujets du moment, et dire au revoir aux supporters isérois.

A lire aussi >> Ligue 2 – Deux membres du staff d’Amiens suspendus, lourde sanction pour le directeur général de Grenoble

Jessy, est-ce que la déception de voir le chemin de la L1 s’arrêter en Play-Off 2 (défaite 3-0 à Toulouse) est digérée après quelques jours de repos ?

Jessy Benet : Non… Mais dans le foot, il faut aussi savoir passer à autre chose et penser à l’avenir. Alors oui, forcément, on est déçu de ne pas avoir été au bout mais c’est comme ça. Il y a des victoires et des défaites, des gagnants et des perdants. On n’a pas réussi à aller au bout mais c’était une belle saison, et on est fiers de ce qu’on a fait, de notre parcours.

Plus globalement, quel est votre regard sur cette belle saison conclue à la 4e place ? Pensiez-vous pouvoir lutter pour la montée en début de saison ?

Quand on a commencé le championnat, on ne se disait pas qu’on allait jouer le Top 5. On est humble, on sait où le club se place. Mais c’est sûr qu’en enchaînant les bons résultats et avec notre dynamique, on s’est dit à la trêve que ce serait vraiment dommage de ne pas réussir à attraper les barrages. On a réussi, même si sur la fin c’était plus difficile, il a fallu batailler jusqu’au bout. Notre force cette saison ? Je pense que c’est le groupe ! Au final, on a enchaîné beaucoup de matchs en semaine avec le Covid. Tous ceux qui jouaient ont apporté leur pierre à l’édifice. Les rotations ont toujours amené quelque chose de différent mais cela ne faisait pas dérailler l’équipe. Même si on a eu quelques départs et quelques arrivées cette année, tout a bien pris rapidement. On a joué avec nos qualités et cela a fait la différence pour atteindre le Top 5.

“Ma meilleure saison au niveau professionnel”

Personnellement, vous avez réalisé votre saison la plus aboutie sur le plan statistique avec 9 buts et 7 passes décisives, considérez-vous que c’est votre meilleure saison chez les pros et à quels niveaux avez-vous franchi des caps dans votre jeu ?

Statistiquement, c’est sûr que c’est ma meilleure saison sur le plan individuel. Et collectivement, on a également réalisé une très belle saison donc oui, c’est ma meilleure saison au niveau professionnel. J’ai également été épargné par les pépins physiques et j’ai eu le temps de jeu que j’espérais, j’ai eu ma chance. Je savais que j’étais capable d’avoir ce genre de statistiques. Parfois, on a manqué de réussite par le passé. L’an dernier, on marquait peu sur les coups de pied arrêtés par exemple alors qu’on avait des occasions. Mes coéquipiers m’ont bien aidé aussi cette saison.

Vous arrivez à un tournant de votre carrière avec la fin de contrat qui se profile à Grenoble. Vous allez quitter le club, ou une prolongation est-elle encore possible ?

Je vais sûrement quitter Grenoble. On n’a pas réussi à trouver d’accord. J’ai passé de très bonnes années ici. J’ai connu plein de choses : la montée en Ligue 2, la blessure, le Covid, les barrages… ! Donc c’est pas mal d’émotions. Le club m’a fait grandir en tant qu’homme et en tant que joueur. Je remercie le GF38 pour ces années passées ici. Maintenant, je vais avancer et c’est une page qui se tourne. De mon côté, j’avais envie de voir autre chose, d’avoir un autre challenge. Parfois, rester trop dans son confort n’est pas forcément une bonne chose. J’étais bien à Grenoble mais une carrière de footballeur est faite de choix. Il faut savoir changer les choses pour évoluer.

Quel message avez-vous envie de faire passer aux supporters, à qui vous n’avez malheureusement pas pu dire au revoir avec le huis-clos ?

Jessy Benet (crédit photo : AnthonyBIBARD/FEP/Panoramic/Imago)

Je les remercie de tout leur soutien ! Je n’oublierai pas mes années passées ici et cette ambiance dans le stade. Notamment celle du soir de la montée… C’est vraiment dommage que cette année ils n’ont pas pu être à nos côtés dans les stades pour nous soutenir. Il y aurait eu une belle ambiance, surtout qu’on a réalisé une belle année au Stade des Alpes alors que par le passé on était un peu moins en réussite à domicile. On sait qu’ils étaient quand même derrière nous à distance, et je les remercie encore pour cela !

“Rester encore en Ligue 2 peut être possible”

Concernant votre avenir, on parle d’un vif intérêt de Dijon votre ancien club tout juste relégué en Ligue 2, est-ce concret ?

Pour l’instant, il y a plusieurs clubs qui ont des intérêts. Je ne me suis engagé nulle part, je n’ai signé nulle part. Il n’y a pas encore de choses concrètes avec aucun club. J’ai des pistes, c’est tout.

Quelles sont vos envies ? Est-ce le moment de tenter le challenge de la L1 s’il y a l’opportunité, pouvez-vous rester en L2 dans un autre club ambitieux, ou aimeriez-vous plutôt l’étranger par exemple ?

Je ne ferme aucune porte. Après forcément, je suis ambitieux donc j’ai envie de découvrir le plus haut niveau. Si ce n’est pas cette année, peut-être essayer d’aller dans un club qui a l’ambition d’aller en Ligue 1 dans les prochaines années. Rester encore en Ligue 2 peut donc être possible.

Pour finir sur cette saison 2020-2021 unique en cette période de crise sanitaire, comment avez-vous vécu ce championnat dans ces conditions ?

Bah, mon nez va se rappeler de cette année ! (rires). En plus comme par hasard, je n’avais pas les anticorps donc je me suis fait tester toute l’année. C’est sûr que c’était une année spéciale. Pas de supporters, même dans les hôtels en déplacement parfois on avait des conditions particulières en mangeant sur des tables séparées… Mais le plus étrange a été de couper en pleine saison l’année passée. On se préparait à reprendre, on s’entretenait etc, et au final on n’a jamais repris ! Ça a été tout ça le Covid, une saison vraiment spéciale.

Propos recueillis par Dorian Waymel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications