Ma ligue 2 - 100% Ligue 2

Le premier site 100% Ligue 2

Nos actualités

Grenoble - 10 juillet 2018 Dorian Waymel 0 commentaire

Entretien ML2 – Philippe Hinschberger : « Grenoble, un club avec une histoire forte »

Après deux montées successives, Grenoble retrouve le monde professionnel et la Ligue 2 cette saison. Mais l’intersaison pour le club isérois s’est révélée plutôt mouvementée, avec le départ de l’entraîneur Olivier Guégan, remplacé par Philippe Hinschberger. L’ancien technicien de Metz aura la mission de maintenir au moins la présence du GF38 dans notre championnat, et se confie à MaLigue2 en cette période chargée de préparation estivale.

A lire aussi >> Pour sa rentrée, Grenoble concède un nul face à Alger

MaLigue2 : Vous entamez un nouveau challenge à la tête du GF38, qu’est-ce qui vous a séduit au moment de rejoindre ce club ?

Philippe Hinschberger : C’est déjà un club qui a une histoire forte en Ligue 2, et même en Ligue 1. Et ça ne date pas du 20e siècle (rires). C’est un club neuf, qui avait sombré pour les raisons que l’on connaît (une liquidation judiciaire en 2011, ndlr). Il y a ici un vrai stade, avec un gros potentiel du côté des supporters. Ce n’est évidemment pas le seul facteur qui m’a fait signer, mais c’est très important. C’est un club qui était une place forte du foot français, et c’est un exploit de revenir de CFA2 à la Ligue 2. Strasbourg l’a fait, Le Mans est en train de le faire.

Il y a une attente forte des supporters autour de ce club, on l’a vu en fin de saison passée en National 1…

Grenoble, c’est une vraie ville de sports. Il y a beaucoup de clubs de haut et de très haut niveau ici, sans parler de la montagne, du vélo, des trails… Il existe un fort engouement, particulièrement pour son club de foot. Le GF38 a toujours réalisé de belles affluences, même en N2 ou en N1, c’est porteur pour une équipe. J’avais déjà rencontré les dirigeants il y a 3 ans en CFA. Et à l’époque, j’étais candidat avec Pascal Gastien et Jean-Louis Garcia, qui a eu le poste, ce qui prouve l’intérêt que ce club suscite. Là les dirigeants m’ont appelé directement, je ne suis pas passé par une short-list, c’est aussi ce qui a facilité mon choix de m’engager.

« Je n’ai pas à commenter ce qu’il s’est passé avec Olivier Guégan »

Est-ce que le groupe a été impacté par le départ d’Olivier Guégan, qui restait sur deux montées ?

Pour que les choses soient claires, je n’ai pas à commenter ce qu’il s’est passé, et je ne veux pas savoir pourquoi le club a fait ce choix. A l’époque, je me souviens qu’Antoine Koumbouaré avait été viré du PSG alors qu’il était premier. Les clubs font leur choix. Après, il faut appeler un chat un chat. Les joueurs ont pu être surpris, c’est logique et je comprends qu’ils aient pu communiquer en faveur de leur ancien coach. Mais vous savez, les joueurs se mettent ensuite à disposition de leur nouvel entraîneur. Quand on est viré en cours de saison, il y a parfois des déçus, vous recevez des textos de soutien pendant 48 heures, puis trois jours après il y a déjà match pour les joueurs avec le nouvel entraîneur. Là c’est la même chose. Je n’ai pas vu des visages fermés à la reprise ou de la défiance. Ils ont l’objectif de se préparer au mieux pour la saison de L2.

A lire aussi >> VIDEO. La chanson de Philippe Hinschberger pour Grenoble

Présentez-nous votre groupe, que vous découvrez également mieux au fil des jours dans cette préparation estivale. Est-il jeune ? Expérimenté ?

Par rapport à ce que j’ai connu à Metz, je dispose d’un groupe jeune. J’ai découvert des gens qui courent énormément, avec un gros potentiel athlétique. Mais pour exister en Ligue 2, il faut également savoir tenir le ballon et ne pas faire uniquement que répéter les efforts et aller à 100 à l’heure. Car sinon, vous aurez trop de déchet dans la rencontre et vous faîtes n’importe quoi si vous manquez trop de lucidité. Le groupe est très sympathique, et se connaît bien. 85% de l’équipe de l’année dernière a été prolongée. Et beaucoup ont déjà côtoyé le monde professionnel, donc ce ne sera pas totalement une découverte. Ils restent sur une belle dynamique, et avec un état d’esprit qui peut renverser des montagnes. Je constate aussi une certaine fraîcheur dans le groupe. En L1, dès qu’un brin d’herbe dépasse ou que le douche est un peu trop froide, ça râle. Là, ce n’est pas du tout le cas.

« Il faudra savoir être patient »

Le fait de rester sur deux montées d’affilée est-il un avantage ? Où le risque n’est-il pas de connaître des passages plus compliqués avec l’augmentation du niveau et le fait d’éventuellement gagner moins de matchs que lors des deux dernières années ?

Vous l’avez dit, la difficulté, c’est que les garçons ont été habitués à beaucoup gagner. Sauf que c’est très différent de monter avec l’un des plus gros budgets d’une division, que de se maintenir en L2 avec le 16e ou 17e budget. Il y a une douzaine de clubs qui ont un passé en L1 dans cette division, et il va falloir être prêt à affronter des adversaires d’un autre niveau que par le passé. J’espère que les gens vont s’en rendre compte. Il y aura sans doute moins de victoires, notamment à domicile, il faudra savoir être patient. J’espère que la dynamique de la montée aura des effets immédiats, mais il faudra aussi savoir tenir sur le long terme.

Il y a déjà eu quatre arrivées depuis le début du mercato, souhaitez-vous encore renforcer votre équipe à certains postes ?

J’ai pu observer depuis la reprise que je dispose de joueurs avec un gros potentiel, qui peuvent avoir un bel avenir, comme Florian Sotoca par exemple. Nous avons 22 joueurs, plus trois gardiens. Le premier objectif, c’était de renforcer cette équipe à des postes précis en accord avec Max Marty (le directeur sportif). On cherchait un latéral gauche, un défenseur central gaucher pour remplacer Mayembo, et on voulait renforcer le milieu de terrain. Là, pourquoi pas recruter au poste d’excentré droit, et encore un profil de défenseur central qui puisse aussi évoluer en latéral gauche (Fabien Boyer a été recruté depuis, ndlr). Mais le but n’est pas d’empiler les joueurs, il faudra que les recrues amènent une vraie plus-value.

A lire aussi >> Les décisions de la DNCG pour Grenoble et Béziers

A quoi devra ressembler le GF38 diriger par Philippe Hinschberger cette saison ?

J’aimerais gagner tous les matchs 4-0 en me baladant (rires). Plus sérieusement, j’ai vu dès le premier entraînement que le groupe dispose de grosses qualités athlétiques. Maintenant, on bosse tous les jours sur l’utilisation du ballon avec des jeux de conservation. On doit être capable de ressortir proprement de l’arrière, mais aussi d’assurer les transitions offensives, et défensives lorsqu’on est mis sous pression pendant 20 minutes par exemple. Il faudra aussi trouver des alternatives sur le plan offensif, savoir amener de la vitesse quand c’est nécessaire. Autant d’ingrédients pour bien figurer en Ligue 2.

Propos recueillis par Dorian Waymel

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos partenaires

Ligue de Football Professionnel
LiveFoot.fr
parissportifcanada.ca
http://www.nordsports-mag.com/
Eco Foot
Super Football Club
Image sport