Téléchargez notre application

Domino’s Ligue 2 – Le bilan des play-offs : tous perdants !

AC Ajaccio

Pour la première fois de son histoire, la Domino’s Ligue 2 nous a offert deux matchs de play-offs en cette fin de saison 2017-2018 pour déterminer qui aurait le droit d’affronter le 18e de L1 dans un barrage d’accession. Et si cette grande nouveauté a ajouté du suspense et de l’enjeu à la fin de la phase régulière en championnat, ces deux rencontres de pré-barrages n’auront pas été concluantes, tant au niveau du jeu que du spectacle. Retour sur une semaine chaotique et surréaliste en Ligue 2, où finalement personne n’est sorti gagnant. Et surtout pas le football.

A lire aussi >> Oswald Tanchot : « Quand on envisage d’organiser les JO en France et qu’on a des difficultés à organiser des play-offs de Ligue 2… »

Le Havre-Brest, une fin de rencontre à oublier

Tout avait pourtant plutôt bien commencé. Mardi 15 mai, le stade Océane n’avait plus connu telle ambiance depuis un petit moment. Sur le terrain, même si le jeu proposé n’était pas le plus alléchant en raison du fort enjeu, rien à signaler jusqu’au deuxième but havrais en fin de rencontre. Énervés de voir ce but accordé, les Brestois dégoupillaient, et Butin prenait un premier rouge pour protestation. Avant le grand n’importe quoi. Un entraîneur, Jean-Marc Furlan, rentrant sur la pelouse pour alpaguer Youga, ces deux derniers exclus, le tout dans un début de bagarre générale… Des images pas vraiment flatteuses pour la Ligue 2, et surtout un suspendu évitable pour le HAC malgré les excuses de Furlan et sa demande de blanchir le joueur à la commission de la discipline de la LFP, qui actera finalement la sanction d’un match ferme pour le deuxième play-off.

Résultat : Brest éliminé, et le HAC qualifié mais avec un joueur important en moins.

AC Ajaccio-HAC, un premier déplacement de la honte

Le vendredi 18 mai, les play-offs s’enchaînent dans cette spirale, et vont basculer dans la grande bêtise, avec une protection mal assurée du bus du Havre à son arrivée au stade François-Coty sous les chants hostiles et honteux (« Français de merde »…) d’une poignées d’énergumènes. Caillassé, le car du HAC tombe en panne et ne peut combler les 50 mètres qui le sépare des entrailles de l’enceinte corse dans ces conditions. La préfecture ne souhaite pas prendre le moindre risque, et la rencontre est finalement reportée. La Ligue 2 touche le fond. L’incompréhension à l’ACA est grande, et les déclarations à chaud de Riad Nouri ou Alain Orsoni montrent à quel point les acteurs de ce club n’ont pas pris la mesure de la gravité des faits. Cet accueil et ces chants sont tout simplement indignes d’une entité souhaitant rejoindre l’élite du football français. La fête est littéralement gâchée par cette frange de supporters haineuse. Choqués, les Havrais, eux, devront refaire un nouvel aller-retour en Corse pour jouer 48h plus tard, décision de la LFP, à leur grand désarroi.

AC Ajaccio-HAC, le remake surréaliste

Le dimanche, on pensait enfin mettre de côté toutes les polémiques du vendredi pour se reconcentrer sur le terrain. Ce fut chose faite pendant 90 minutes, à l’issue d’un match nul. Mais la prolongation venait malheureusement de nouveau braquer les projecteurs sur la L2 pour des faits peu glorieux. Un joueur de l’ACA, Coutadeur, qui bouscule un arbitre dans sa propre surface, concédant le rouge et un penalty. Le buteur havrais répondant en chambrant le kop corse dans un contexte bouillant et vite agressé par ses adversaires, provoquant une bagarre générale entre joueurs, où Mateta, Bain et Sainati voient rouge. Et encore, vu les ralentis, l’addition aurait pu (dû) être encore plus lourde pour l’ACA, lorsque l’on voit des mains se perdre sur les visages, ou les remplaçants s’inviter sur la pelouse et faire un sprint pour se mêler aux échauffourées… A 9 contre 9, Mady Camara lui ne se pose pas de question pour jouer les héros de la soirée au bout du temps additionnel, bientôt suivi par Leca lors de la séance des tirs au but.

Résultat : Le Havre éliminé, l’AC Ajaccio qualifié mais avec une prolongation dans les jambes, deux joueurs suspendus, et une image largement dégradée auprès du grand public.

Au final, personne n’est donc sorti gagnant de ces premiers play-offs : clubs, joueurs, dirigeants et LFP. Toulouse se frotte les mains en attendant ce barrage aller-retour face à l’ACA après ces pré-barrages rocambolesques. Les Violets restent sur une victoire contre Guingamp lors de la 38e journée de L1, et n’ont pas accumulé toute cette fatigue nerveuse et physique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications