Téléchargez notre application

L’oeil de… François Rabiller : “Le chat, Mimoun et l’imprimante….Quand la Ligue 2 perd la tête à Valenciennes”

Championnat

Pour notre chronique hebdomadaire, François Rabiller revient sur une soirée rocambolesque et spectaculaire vécue à Valenciennes vendredi lors de la 30e journée de championnat. Le journaliste et commentateur de la Domino’s Ligue 2 sur beIN Sports vous replonge dans les coulisses d’une rencontre pas tout à fait comme les autres.

Le chat, Mimoun et l’imprimante….Quand la Ligue 2 perd la tête à Valenciennes

“Cela fait six ans que je couvre la Ligue 2. J’en ai vu des choses bizarroïdes, drôles, exceptionnelles, pathétiques aussi… Mais alors ce vendredi…

Bref, pour le pire comme le meilleur, la Ligue 2 est le championnat de tous les possibles. Et c’est pour ça qu’on l’aime.

18h30 : Jusque là tout va bien

La seule once de normalité dans ma soirée. Arrivée tranquille au Hainaut avec toujours cette pointe de nostalgie en repensant à l’ambiance de ce bon vieux Nungesser. J’enregistre mon interview avec Idriss Ech-Chergui, l’homme du “Chergui Time” grâce à ses 3 buts marqués, tous en fin de match. Puis, micro baissé, on discute un long moment de tout, de rien, de la fragilité d’une carrière et de sa passion pour ce sport. La Ligue 2 permet encore ce genre d’échanges tranquilles, cordiaux, loin du star-system de son aînée Ligue 1. Jolie rencontre.

19h L’instant Xerox

Les ennuis commencent. La préfecture déclenche le plan rouge “imprimante”. Elle ne marche plus, les délégués s’arrachent les cheveux, une demie douzaine de personnes s’affairent, l’Elysée est prévenu. Les compositions d’équipes tomberont 15 minutes plus tard qu’ailleurs.

20h Le coup d’envoi

Première intervention dans le Multiligue 2 avec Sam et Robert. Annonce de l’enjeu : ce Paris veut aussi rêver plus grand. Ce VA là veut se maintenir rapidement.

20h24 So Ciss

Le sénégalais est revenu au bercail cet hiver. La douceur angevine, très peu pour lui. Et hop, un crochet de 4 mètres, la frappe enchaînée petit côté. Surpris, Demarconnay n’a pas le temps de salir son maillot. 1-0

20h28 L’instant Whiskas

Un chat traverse la pelouse. Un chat !??? Il n’est pas tout noir et c’est bizarre vu la suite des événements…

20h37 L’atelier pédagogique

Le professeur Palhies décide d’organiser un atelier découpage dans sa classe. Bonne idée, les 22 élèves s’appliquent et le petit Baptiste Aloé s’illustre. Il dézingue le camarade Ech-Chergui. Mr Palhies le vire du cours.

20h38 Les élèves turbulents

Par solidarité, les autres élèves s’agitent. Séquence bourre-pifs et gros mots. Kerrouche et Mauricio virés aussi. A 10 contre 9 le délégué commence à passer des coups de fil pour finir le match dans un complexe de Futsal. Ça arrangerait tout le monde, il fait froid.

20h40 Le Show Kounte

Quand on a connu la D5 anglaise, l’étape ultime avant l’enfer, on n’est pas déstabilisé par quelques faits de jeu. Malik Tchokounté égalise et climatise le Hainaut qui n’avait pas besoin de ça. A 9 contre 10, VA se perd, défense gruyère. 1-1

20h47 Et pourtant Gaëtan

Résumons : deux buts, trois rouges et un minou. Première période encore plus surréaliste quand un joueur du PSG surgit à la dernière seconde. Oui! Du PSG! Prêté par Paris, Gaëtan Robail vient de marquer son premier but chez les pros. Neymar s’inquiète. 2-1

21H08 Ca ne s’arrête jamais

Sébastien Roudet n’a pas compris que l’exercice du professeur Palhies était terminé. Il dégomme à son tour Lybohy. Ça chauffe, les fronts se collent, Roudet s’écroule de manière théatrale. Rouge pour Hervé, Sébastien oscarisé.

21H15 Le salon des métiers

En Ligue 2, on connaissait Yanis Merdji l’électricien et Thomas Delaine le jardinier. C’est Sam le standardiste qui égalise pour le PFC. Samuel Yohou, l’ancien homme à tout faire au club, marque aussi son premier but. 2-2

21H21 Beverly Hills

Comme dans la série, Dylan est la vedette du PFC. Bien remis de sa rupture avec Brenda, il marque. Premier but de Dylan Saint-Louis depuis deux mois. 2-3

21H35 Bouquet final

Plus de tactique, des espaces infinis, dix occasions à la minute et le petit-neveu…d’Alain Mimoun (!) qui plante aussi. Scènes de joie intense, les joueurs s’agglutinent sur leur pote Martin Mimoun. C’est l’épilogue d’un match rocambolesque. 2-4

Post match

Deux images me reviennent. Celle de spectateurs vaincus mais souriants, conscients d’avoir vécu un moment rare. Celle de Samuel Yohou dansant dans le couloir des vestiaires. Trop content de sa soirée. Comme moi.”

Par François Rabiller, pour MaLigue2.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications